mercredi 31 décembre 2008

La Galanterie du Yéti


Une petite note de Lady A. sur Alice et ses mauvaises rencontres ! Il fait partie d'une série amusante qui va voir le jour de temps à autre et qui fonctionne sur le même principe: un graphisme "simple", une coloration très basique et à la va-vite et un découpage en un nombre très limité de case (généralement trois).

Celle-ci est la seconde planche, après celle du Chevalier. Elle a également été réalisée durant les vacances de Noël, d'où la présence d'un Yéti puisqu'il s'agit d'une bestiole habituée au grand froid et à la neige. Un Yéti qui a cependant une définition assez particulière de la galanterie comme nous pouvons le voir...

La première case nous montre une Alice toute ravie de se faire traiter avec respect par une créature polaire simiesque. Celle-ci la débarrasse de son chapeau d'un air serviable. En revanche dès la seconde case, notre Yéti entend bien se faire récompenser à sa manière et y va au culot !

Celui-ci espère bien pouvoir profiter de la jeune femme grâce à sa belle action d'au-dessus et y va un peu vite en besogne puisqu'il se met directement à la déshabiller ! Il soulève le haut de sa pèlerine, dévoilant son haut de maillot de bain, probablement agacé que sa proie ne soit pas assez rapide pour le satisfaire. Bien sûr, Alice est tellement surprise de la réaction qu'elle en reste sur le cul !

Il faut bien sûr faire ici une parabole avec la façon peut délicate qu'on certains hommes à vouloir se faire "remercier" de leurs bonnes attentions. On ne compte pas le nombre de jeunes femmes qui tombent dans le piège du beau prince charmant serviable et bien attentionné qui cache en fait un prédateur ne désirant qu'une seule chose et utilisant ses actions comme prétexte. Méfiez-vous: la galanterie n'est pas quelque chose que l'on repaie par la suite ! C'est un comportement simple et non pas un service !


Bien sûr un tel comportement ne passe pas et la grosse bêbête a très vite-fait de se faire émasculer par Alice qui brandit ici un sécateur à la façon du film Carnage (alias The Burning), d'après une scène anthologique. Un sécateur qu'elle a d'ailleurs très probablement piqué à ce pauvre Cropsy... En gros il ne faut pas faire chier la Miss. Et mesdames, n'hésitez pas à boxer celui qui vous réclamera une "gâterie" de cette façon par ailleurs !

vendredi 26 décembre 2008

Gypsy Witch – Scarification


Ouh que c'est moche !

Oui, cet amas de croquis est d'une laideur sans nom et j'ai sûrement dépassé ma limite ! Le visage d'Alice est d'une mocheté a faire peur et ne correspond en aucun cas à la situation... A vrai dire si ce n'était pour les archives, ce genre de truc c'est poubelle direct !

Pour situer dans le contexte, il s'agit d'une période de la vie d'Alice où la jeune femme va très mal. En faisant une dépression nerveuse, elle ne parvient plus a se supporter et vie avec une image très négative d'elle-même, ne pouvant même plus se regarder dans une glace. Et un soir de déprime, elle en vient à se taillader le visage dans un coup de folie, poussée par la déprime et la colère. Un acte autodestructeur qui montre à quel point elle se déteste... Bien heureusement pour elle, la balafre n'est pas profonde et elle aura vite fait de disparaître sans la défigurer.

De défiguration il en est pourtant question avec ce dessin tant il est ignoble. Le cutter, à gauche, est peut-être bien la seule chose un  tant soit peu réussie, mais le visage d'Alice est simplement moche.


Le premier, avant la blessure, doit normalement montrer la jeune femme qui se regarde dans le miroir, la lame du cutter juste en face d'elle. Que ce soit de la colère ou de la peur, la réaction qu'elle devrait avoir n'est pas du tout représentée, et à la place on a cet espèce de rictus en plein milieu d'un croquis minimaliste...



Le second visage est encore pire. Alice se lacère le visage d'un coup rapide, mais elle ne semble ressentir aucune douleur. Je lui fais faire une grimace stupide et mon trait est si grossier qu'il n'y a rien de cohérent (sa bouche dépasse de son visage, la forme de son visage est effrayante).

A oublier...

Gypsy Witch – Désespoir


Le dernier croquis sur la série où Alice fait sa dépression, terminant l'histoire sur une triste note puisque la sorcière se laisse complètement aller et ne pense plus qu'à se suicider après s'être blessée au visage pour "s'effacer".

Semblable à ses prédécesseurs (1, 2, 3, 4), le croquis est relativement simple et sans aucun détail. Il représente simplement la jeune femme, agenouillée dans sa salle de bain, devant son miroir, juste après s'être fait une vilaine balafre sur la figure. Désespérée par son acte et par elle-même, elle baisse la tête et sa main laisse une trace sanglante sur la glace...

A vrai dire il n'y a pas grand chose à dire ici mais j'aime beaucoup l'effet de la trace sur le miroir. Le scanner ne représente pas aussi bien les choses que sur le papier mais ça demeure visible. L'impression de détresse est plutôt bien rendue, je suis assez satisfait, et malgré l'étrange impression qu'Alice à un bras qui lui sort d'une oreille, son corps ne me parait pas trop raté.

Autant dire que ça aurait pu être pire et que ça offre une conclusion satisfaisante à une série globalement sympa (malgré que son aspect vraiment simple).

Gypsy Witch – Introspection


Nouveau croquis sur la petite série de la dépression nerveuse d'Alice (voir ici et ), servant de prologue à Jigsaw Legacy et sa capture par le fameux tueur de la saga. Celui-ci entre chronologiquement en tête de liste et présente donc Alice en face de son reflet dans le miroir de sa salle de bain, réalisant alors qu'elle se déteste. 

Pas grand chose à dire en fait puisqu'il s'agit d'un simple croquis minimaliste au possible. Bizarrement, même si ça se résume à trois / quatre coups de crayons je trouve ça toujours plus sympa que mes "dessins" plus travaillés (et se retrouvant forcément avec plusieurs défauts). La silhouette d'Alice est vraiment simple et pas réaliste (ses bras, se jambes) mais finalement c'est lisible. 

Le miroir semble peut-être un peu trop gigantesque et sa forme paraît bizarre pour une glace de salle de bain, mais Alice étant une sorcière excentrique ça ne pose strictement aucun problème de ce côté, et les écritures ne sont là que pour refléter ses pensées... 

En bref un exercice simple mais j'aime bien.

Gypsy Witch – Pleurs


Encore un croquis, moche celui-ci, sur une Alice en pleine dépression nerveuse. Celui-ci montre son besoin de tendresse et d'amour et tandis que sa solitude commence à lui devenir insupportable. Alors qu'elle préfère en rire, généralement, de cette "malédiction" qui l'empêche d'avoir une relation sur le long terme avec un homme (ou une femme), la sorcière craque ici littéralement en réalisant que sa vie sentimentale n'est qu'une suite d'échecs lamentables avec de très douloureux souvenirs.

On pourrait remonter jusqu'à la disparition de sa sœur jumelle dans son enfance pour parler de ce besoin d'amour que possède Alice, ce thème étant l'un des principaux chez le personnage. Manque de bol, ce croquis ne lui rend pas vraiment hommage tant il est raté.

Alice, agenouillée au sol dans sa salle de bain (juste avant d'essayer de se défigurer), explose en pleurs... Mais sa tête est littéralement compressée et on pourrait presque croire que toute la partie supérieur de sa tête a été arrachée !  Les larmes sont à peine visibles et de toute façon trop grosses, et le bras qui lui cache les yeux ne ressemble à rien... Ou alors il manque la main... Le corps d'Alice n'est pas terrible de toute façon même si le principe de croquis minimaliste était un parti-pris (d'où l'absence de détails).

Bref c'est moche, autant passer à autre chose...


Gypsy Witch – Ugly...


Un essai de style en petit croquis, tout d'abord réalisé sans penser à une intrigue quelconque. Il y a pourtant maintenant une histoire derrière ce dessin qui nous montre une Alice déprimée et au bout du rouleau, rongée par la solitude, les remords de ses actions passées et l'impression qu'elle est horrible tant physiquement que moralement.

Le gribouillis représente ainsi la jeune femme assaillie par de mauvaises pensées, en pleine dépression nerveuse. Dans sa salle de bain, elle ne parvient plus à supporter son reflet dans le miroir et s'écroule en se trouvant laide et monstrueuse. Ici, nous la voyons donc agenouillée au sol, tête basse, la masse de ses cheveux tombant devant elle et la recouvrant presque entièrement. Le "I am ugly" (je suis laide) est simplement la pensée accablante qu'Alice à en tête sur l'instant.

Dans le concept, ça ressemble énormément à un certain type de fantôme japonais, devenu "à la mode" depuis l'évènement Ring avec la désormais célèbre Sadako.

Je suis plutôt content de ce croquis et de l'esthétisme que j'ai réussi à lui donner. C'est pas grand chose mais vu mon faible talent je peux au moins me satisfaire de ça !

Doudou à la Montagne


Portrait à l'aquarelle, réalisé par Lady A. d'après une photo de vacances.
Les montagnes en questions sont celles des Hautes-Alpes, à Serre-Chevalier dans la commune du Monêtier-les-Bains. Et "doudou" c'est évidemment moi. Un paysage magnifique mais je fais un peu parasite... Quoiqu'il en soit, un grand merci à l'illustratrice pour ce tableau !

jeudi 25 décembre 2008

Gypsy Witch – Honteuse...


Ce dessin est la suite de la série initié par Tao veille..., où la Chaosienne joue un mauvais tour à Alice pour s'être moquée de son neveu. Voilà donc les conséquences de l'agissement décrit dans le dessin précédent: Alice réalise subitement que les bretelles du dos de son bikini se sont détachées alors qu'elle se trouve en face de l'un des hommes les plus beaux qu'elle ait rencontrée...

Forcément, la honte. Quand bien même Vincent est du genre impassible, la sorcière devient rouge comme une tomate et se dépêche d'essayer de rattacher son haut de maillot de bain avant que l'incident ne prenne des proportions plus... Importante... Le plan de Tao marche donc à la perfection: Alice ravale ses moqueries et va accorder moins d'attention à sa pierre magique qu'elle va alors lui voler. Son neveu est "vengé", il n'y a plus qu'à passer à l'étape suivante ! Faisons confiance à la Chaosienne pour avoir quelque chose de bien vache derrière la tête...

Ce dessin est simple. Simpliste même. Pas de décors, pas de détails, rien que le personnage qui n'est même pas représenté de plein pied. Et pourtant c'est peut-être l'un de ceux qui me "satisfait" le plus. Ok, je dessine mal alors je peux pas dire que je sois content de ce que je fais, mais au moins les défauts ne me sautent pas à la gorge sur le coup...

Les proportions d'Alice sont globalement plutôt bien faite (malgré un haut de tête trop gros et une masse de cheveux un peu trop gonflée) et sa réaction représente parfaitement son sentiment du moment. L'effet de son rougissement est plutôt bien aussi même si le scanner a trop accentué les couleurs (ça passe mieux sur papier)....

J'aimerai croire que cette "amélioration" du graphisme va rester par la suite mais je ne voudrais pas m'avancer. Ne reste plus qu'à attendre les méfaits de Tao maintenant...

mercredi 24 décembre 2008

Gypsy Witch – Régurgitation


Suite est fin de la petite série mettant en scène Alice et la Mimique. Ce dernier dessin, toujours aussi moche que les autres, nous rassure quand même sur l'état d'Alice, qui s'en sort vivante. Échappant à une lente digestion, celle-ci aura réussi à faire vomir le monstre qui ne semble pas s'en remettre...

C'est probablement par coup de chance qu'Alice s'en tire, passant de longues minutes à se débattre dans l'estomac dont les sucs gastriques auront tout de même fini par dissoudre son bikini, et finissant tout de même par tirer un peu trop fort sur la glotte du monstre. L'effet est immédiat et la Mimique régurgite notre petite sorcière avant de s'évanouir sous le contre-coup !

La jeune femme, épuisée et dégoutante de bave, reprend sa respiration et ses forces alors que la créature gît inanimée sur le sol, littéralement renversée, vomissant le contenu gluant de son ventre... Appréciant peu l'expérience, Alice ne fera pas de cadeau à la chose sans défense qui va finir empailler dans son magasin !

Nul doute que ce dessin est le plus horrible de la série, même si celle-ci ne volait déjà pas bien haut. La Mimique est très mal faite et on ne sait pas trop bien sur quoi elle repose vu l'angle: le couvercle semble à plat sur le sol alors que la malle elle-même est surélevée... Bref, c'est n'importe quoi.

Alice souffre d'un gros problème d'échelle (elle est trop petite) et je suis incapable de dessiner son corps correctement. Ses cheveux sont bizarres, avec une partie plaquée par la bave dans son dos, et une autre bizarrement en l'air sur le devant de sa tête... Dans la logique des choses elle ne devrait certes pas être coiffée correctement, mais là ça défit toute cohérence... Seul son visage épuisé est à peu près potable, la montrant crachant de la bave (peut-être trop liquide) et apparemment essoufflée...

Un dessin très moche mais je crois que j'ai dessiné toute cette série un peu trop vite de toute façon, pour garder en tête l'histoire à écrire sur le sujet...

Gypsy Witch – Dégustation


Suite du délire sur la Mimique, après qu'Alice se soit faite engloutir par le monstre. La voici donc prisonnière de l'estomac de la créature, laquelle va prendre son temps pour déguster sa petite "friandise" à la manière d'un bonbon que l'on suce jusqu'à ce qu'il fonde complètement dans la bouche !

Reprenant un peu le concept des Blobs et autres monstres gélatineux, j'ai fais de cette Mimique une bestiole possédant un rythme de digestion très lent, couvrant ses proies de ses sucs gastriques qui vont dissoudre toutes les protections des aventuriers qu'elle a ingérée (armure, vêtements, armes) avant de s'attaquer à l'organisme pour ensuite l'absorber. Une bave corrosive qui met cependant beaucoup de temps pour agir et qui n'occasionne que quelques brûlures et démangeaison au tout début du contact.


Bien entendu, la proie est prisonnière d'un espace très limité et ne peut ainsi pratiquement pas bouger, et donc encore moins sortir du coffre puisque n'ayant aucune prises pour se relever. C'est dans cette situation que nous retrouvons la pauvre Alice, laquelle ne possède plus que son bikini après s'être fait avaler. Un véritable bain de bave pour la miss qui se retrouve bien punie pour sa vilaine curiosité

Notre Mimique semble en tout cas ravie d'avoir pu avaler une aventurière aussi peu attentive et compte bien profiter pleinement de ce repas généreux ! Le voilà à passer sa langue sur de la chair humaine toute fraîche, et malheureusement pour Alice, ça chatouille ! Dans l'impossibilité de se protéger ou de se débattre, la pauvre sorcière subit ici une véritable torture qui va alors déclencher son courroux...

Question échelle je suis pas du tout au point puisque le coffre, certes gros mais dans lequel on ne peut tenir que tassé, contient une Alice relativement "à l'aise" vu sa position. J'aime beaucoup ses yeux gourmands cependant, même si il y a un côté pervers qui en ressort un peu. Alice par contre n'est pas plus gâtée dans le dessin que dans la situation car on lui retrouve son côté cyclopéen ignoble (à cause du dessin de profile), ses pieds ressemblent à des chaussons et la bave qui l'englue ne cache pas les défauts d'anatomie (cette cuisse énorme !).

Reste l'effet d'obscurité représenté par la trame au crayon, pour rappeler que si nous avons une vision en rayons X de la scène, il fait complètement noir dans le ventre du monstre et que l'on y voit rien. Ce n'est sûrement pas suffisant pour retranscrire la scène du point de vue d'Alice mais ça permet de s'en faire une idée...


Gypsy Witch – Mimic


Le dessin de la Mimique (nom francisé de Mimic, de l'anglais "imiter"), une créature très connu des aventuriers puisque étant une créature imitant les coffres aux trésors. De Dragon Quest à Donjons & Dragons, voilà un monstre extrêmement célèbre et sur lequel on ne pouvait faire l'impasse vu le caractère très intéressé d'Alice concernant la chasse au trésor.

 
Je me suis ici inspiré de la représentation de la Mimique dans sa vision la plus commune, et directement emprunté aux Dragon Quest: un faux coffre avec une paire d'yeux et une grande langue. J'ai oublié la dentition impressionnante parce que je n'avais pas revu de représentation du monstre depuis des lustres et que je ne voyais pas l'utilité de lui en donner, pensant que son intérieur acide (façon Blob) lui suffisait à tout dissoudre... D'où la bave.

Et au final je crois que je préfère ce côté plante carnivore / monstre gélatineux que créature classique. Bien sûr cela reviendrai à supprimer la longue langue du bestiau mais pour le coup je trouve que ça lui donne du charme, donc je la laisse.


 
Bon le résultat est très moche mais c'était plus une manière de me garder le monstre en tête et me rappeler de faire quelque chose avec, donc il ne faut pas trop se focaliser dessus mais plutôt sur le principe.


 
La chose ayant un côté indéniablement "cartoon", j'ai rajouté en croquis un petit strip d'Alice se faisant engloutir, dans un esprit plutôt comique. La miss ouvre donc le coffre, appâtée par sa taille conséquente et sans même prendre le soin de vérifier un quelconque piège. Alors qu'elle se penche au-dessus, elle se fait alors avaler tête la première et le monstre n'a plus qu'à se débattre un peu pour lui faire perdre l'équilibre. Alice reste coincée les jambes à l'extérieur avant de glisser dans l'estomac gluant de la chose, perdant ses chaussures dans la batailles à force de se débattre, et sa jupe est coincée lors de la fermeture du coffre, se déchirant alors.

Là encore, le graphisme est ignoble mais je m'en foutais un peu à vrai dire: je voulais juste représenter la scène pour pouvoir mieux la décrire plus tard, comme une prise de notes...

Gypsy Witch – Crâne de Dragon


Un petit truc pondu en vitesse durant les vacances de Noël. Il s'agit d'une sorte de brouillon à une petite histoire, où Alice part à la recherche des restes d'un dragon / serpent géant dans un monde polaire. Le concept n'en était qu'à ses balbutiements durant la réalisation de ce petit dessin, mais un concept demeure: celui du squelette de monstre géant possédant une corne en matière précieuse... Ici, Alice fait donc face au crâne d'un dragon noir avec des cornes en obsidienne (une très jolie pierre noire).

Le dessin devait surtout mettre en avant un essai d'échelle et montrer le côté impressionnant d'une jeune femme menue face aux restes massifs d'une créature préhistorique. En soit l'effet n'est pas raté, mais il ne possède pas non plus le côté imposant que je voulais lui donner.

Le crâne en lui-même n'est pas totalement une réussite, avec sa perspective plutôt fausse au niveau du museau, la mâchoire franchement raté et les cornes mal faites. Je les aient représentées à l'arrache et le manque de place (il y avait un petit croquis juste au-dessus et j'étais trop à gauche de la feuille, d'où l'aspect rogné) et du coup leurs formes sont un peu bof bof...

Alice est déjà mieux faite. Toute filiforme et les cheveux pas assez long, si on regarde ses pieds on peut remarquer que je me suis foiré sur l'échelle. Enfin pour pinailler sur les détails, sa pèlerine est rouge au lieu d'être noire, probablement pour rajouter un peu de couleur, ou alors c'est une erreur de ma part, je ne sais plus... Probablement une variante puisque la doublure-cape n'est pas tellement présente.

Au final le dessin me rappel celui où elle fait face au monstre de Frankenstein... La répétition est probablement inconsciente et ça m'embête un peu à vrai dire. Peut-être que je n'arrive pas assez à me renouveler...

Gypsy Witch – Exploration


Juste un petit croquis "à la Indiana Jones" des voyages d'Alice. En tant que sorcière, elle est bien évidemment à la recherche de divers objets antiques / mystiques et fouilles donc d'anciennes ruines dans divers mondes. Son passe-temps préféré. Ici, nous la voyons explorer lentement un long couloir souterrain plongé dans l'obscurité, dont les murs sont couverts de hiéroglyphes et de symboles divers.

Il s'agit d'un croquis que j'ai fais pour tester une façon de faire, juste en quelques coups de crayons. Ce qui m'intéressait ici c'était représenter les ombres des ténèbres et l'éclairage de la torche les dissipant. J'avais immédiatement en tête cet effet "sphérique". Par la suite j'ai rajouté Alice en plein milieu pour la source de lumière, puis un effet de perspective pour les couloirs.

Je suis plutôt satisfait de ce petit dessin. Je pense m'en être sortit pas trop mal pour représenter tout ce que j'avais en tête même si mes traits manquent de souplesse. Reste Alice qui, bien le but était de faire ça en simplifié, est un peu trop limité (visage invisible, bras trop fin et mal foutu, sa pèlerine qui tombe mal sur ses épaules). Dommage que le haut du dessin soit tronqué par le haut de la page, ça m'apprendra...


Gypsy Witch – Neige: Première Rencontre


Sur ce dessin, Alice rencontre un autre personnage de jeu de rôle que je me suis créé pour Loup Garou: L'Apocalypse. Une jeune apprentie Chaman métis indienne (pardon, native américaine) prénommée Neige, se changeant une une splendide louve blanche. Une idée de crossover qui s'est établie dans la décision de maudire Alice et d'en faire une louve-garou...

Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu de la société White Wolf, il s'agit d'un vaste univers où les joueurs incarnent donc des loups-garous. Divers clans existent, avec une hiérarchie très organisés, et chacun de ces éléments sont donc inspirés de diverses œuvres existantes sur le thème (films et livres). La différence étant qu'ici les "monstres" sont des êtres magiques et intelligents, et non le résultat d'une malédiction. L'idée d'opposer la vision traditionnelle du loup-garou (une malédiction, le rapport au Diable) avec cette version bien plus moderne, et désormais d'actualité si l'on en juge les films et les écrits d'aujourd'hui, était très plaisante et la Magie jouant un rôle important dans les deux cas, il y avait donc matière à développer.

De plus je n'ai pu jouer Neige qu'en deux occasions et il s'agit d'un personnage auquel je m'étais pourtant assez attaché. Très proche d'Alice dans le concept malgré des différences évidentes (Neige fut créer dans le cadre d'un jeu de rôle ayant un système et un monde préétablis),  il était évident que la jeune femme pourrait comprendre la sorcière bien plus que beaucoup d'autres. De quoi offrir une certaine amitié à notre Alice à une époque où elle en a bien besoin...

Métis, Neige est une américaine née d'un "natif américain" et d'une femme blanche. Son nom lui vient de ses yeux d'un bleu si pâles qu'ils font penser à des flocons de neige, même s'il lui convient très bien pour sa fourrure blanche. Ici sous forme Garou, je l'ai faite probablement bien plus grande et imposante qu'elle ne doit l'être en réalité puisque sa forme humaine est tout de même de petite taille. Cependant je voulais lui donner une impression de puissance et un aspect fantastique pour cette première apparition aux yeux d'Alice.

Concernant son physique global, et bien je suis pas très doué pour dessiner tout court, alors représenter un loup-garou au vue des multiples possibilités d'interprétation que l'on peut en faire, alors voilà... Sa tête ressemble plus celle d'un gros louloup curieux que celle d'une bête dangereuse et son corps pourrait être celui d'un Yéti, mais bon... Ah oui, sa queue est trop longue aussi, mais ça se dit pas vraiment pour une fille alors...

 

Alice, elle, ressemble énormément à Lara Croft. Ce n'était pas voulu mais en dessinant je me suis dis que ce genre de vêtements étaient tout de même plus pratique pour une randonné dans la montagne donc j'ai finalement laissé ça se faire tout seul. Je lui ai rajouté un grand bâton de marche qui ressemble quand même sacrément à celui des mages de RPG, et au final j'en suis quand même heureux car sa camoufle une petite erreur...

L'histoire se passe en effet après la période des Roses d'Ombre, mais lorsque Alice possède toujours sa malédiction ainsi que ses blessures. Son genou en mauvais état lui empêche donc une marche longue et elle devrait donc posséder tout autant sa canne que son attèle / fixateur au genou. Mais au moment du dessin, il n'y avait pas vraiment d'histoire et si le pitch est venu assez vite (Neige, garou, va aider Alice, garou aussi), je me suis planté quand même...

Heureusement on peut utiliser ce bâton comme d'une canne, et l'absence de l'engin mécanique sur le genou peut s'expliquer par un choix personnel (trop douloureux pour une randonnée qui s'avère déjà difficile) ou par explication scénaristique vaseuse (une métamorphose lui à fait "abandonner" la chose en même temps que ses vêtements, et elle s'est changée entre temps sans posséder de seconde attèle). Ouf... La prochaine fois je ferais un peu plus attention. Peut-être avec une Neige sous forme humaine ?

Gypsy Witch – Tao veille...


Premier dessin d'une petite série mettant en scène Alice avec Tao et Vincent. Notre sorcière vient s'immiscer une nouvelle fois dans la vie de famille des Dalgarry, passant le plus clair de son temps à être en "rivalité" avec Vincent et à lui jouer de sales tours. Les deux jeunes gens versant chacun dans la sorcellerie, ils se retrouvent plusieurs fois en compétition pour la récupération d'objets mystiques ou autre histoire du même genre, et se tapent mutuellement sur le système.

Une telle situation n'est pas sans amuser Tao, laquelle va rapidement se dire que les deux formerait un beau couple. Elle va donc surveiller constamment son neveu et son ancienne élève afin de trouver le bon moment pour les mettre dans l'embarras. Ici, elle prend la défense de Vincent quand celui-ci se fait narguer par une Alice qui a réussie à récupérer une pierre magique avant lui...

D'un naturel calme et patient, le Chaosien tâche de rester calme face à une Alice très gamine qui exhibe sous son nez l'objet convoité. Ni l'un ni l'autre ne remarquent cependant la présence de Tao ,qui s'apprête à donner une leçon à la petite sorcière tout en jouant avec leurs nerfs... Et leurs hormones ! Celle-ci, menottes en mains, s'apprête donc à dénouer les bretelles du dos de la jeune femme dans l'idée de la surprendre. Son plan prévoit de menotter Alice au moment où elle s'apprête à rattacher son bikini, et récupérer la pierre pour la donner à son neveu. Bien sûr elle prévoit ensuite de demander à Vincent de se venger tout en lui donnant quelques conseils bien à elle...


Le dessin aura légèrement évolué par rapport à sa première ébauche. Celle-ci se focalisait surtout sur Alice et Vincent, et on ne voyait que le bras de Tao venir doucement tirer sur une bretelle du haut de maillot de bain de la sorcière. Désormais, Tao est pleinement visible et le graphisme est heureusement plus réussi.

Vincent, fils de Premutos et C., est habillé de noir et de rouge, reprenant ainsi les couleurs vestimentaires de ses parents. Son look est sobre mais se veut classieux et il est plus grand qu'Alice. Le seul problème là-dessus c'est que je ne savais pas trop comment le coiffer. Cheveux longs comme son père ? Court ? Mi-long ? J'avais un peu peur d'en faire une "copie" de Liam ou de Killian (personnages de Lady A.) et du coup son look est un peu raté.

Alice est dans sa tenue habituelle, affichant une tête de moins que son rival et un comportement contraire. Elle est ici subjuguée par sa découverte, les yeux brillants et ne réalise pas encore le mauvais coup que va lui porter sa vieille amie. Je suis plutôt satisfait d'elle même si j'aurais dû lui donner un air plus moqueur.

Enfin Tao, qui n'est pas sur le même plan puisque dessinée après, à partir du brouillon, est la plus ratée de tous malgré le nombre de détails un peu plus important. Elle se penche et va doucement dénouer la bretelle d'Alice, se préparant à agir en gardant ses menottes à la main. Son visage de biais est atroce, mais son air amusé est quand même là. Ses cheveux sont immondes et ses tresses semblent pendre d'une mèche de cheveux !

Crises d'Angoisse...


Note du jour, par Lady A.
Et le retour du Daniel Craig de Noël.

mardi 23 décembre 2008

Gypsy Witch – Ça suffit...


Voilà un petit dessin effectué durant les vacances de Noël 2008, dans les Alpes, pour passer le temps. Il illustre la décision d'Alice de se suicider après avoir enduré les tortures et les viols de Damaskinos.

La scène se déroule à la toute fin de la crises des Roses d'Ombre, après de nombreuses aventures. Damaskinos est vaincu et porté disparu, permettant à Alice d'échapper à son contrôle et de reprendre la Machine pour fuir. Mais les tourments reçus durant toutes cette période n'ont pas laissés la sorcière intacte. Bien que libre, la jeune femme se sent tout aussi salie que responsable de ce qui arrive, et en vient à penser que sa mort libérera la famille Dalgarry et l'empêchera de nuire aux autres à nouveau.


A vrai dire je n'ai pas vraiment pensé à la scène avant de dessiner et du coup il en résulte quelque chose de sûrement différent de si j'avais pris la peine d'y réfléchir un peu. En l'état ça reste acceptable cependant. Libérée de Damaskinos, Alice récupère des vêtements à elle afin de se vêtir convenablement et non plus comme une esclave. Des fringues urbaines, loin de ceux qu'elle porte habituellement, directement issus de sa période à Arkham lorsqu'elle découvrit la mode vestimentaire goth / punk: un blue jean, un T-shirt court et déchiré pour être plus sexy...

L'arme est un simple revolver, probablement récupéré de son magasin ou peut-être celui de quelqu'un d'autre, cela n'a pas encore été décidé à cette période de l'histoire. L'arme pourrait tout aussi bien être l'un des vieux Colts de Premutos...

La position agenouillée a été choisie pour illustrer l'état d'Alice, effondrée malgré sa liberté et privée de sa vitalité habituelle. Elle est par contre un peu trop "dressée" et s'il fallait refaire les choses correctement, elle devrait être beaucoup plus voûtée, avachie sur elle-même. Par contre pour une fois ses longs cheveux non coiffés correspondent bien à la scène. J'avoue être plutôt flemmard ou tout simplement incapable de confectionner des coiffures intéressantes, et pourtant Alice serait du genre à profiter de la longueur inhabituelle de ses cheveux pour s'amuser un peu. Là toutefois, ça marche bien avec son état d'esprit du moment.

Tout bas, en ramassant l'arme et en prenant la décision d'en finir, elle murmure probablement ces quelques mots: "Ça suffit..." Je trouvais que ça passait plutôt bien et que ça reflète ce que pense la jeune femme... Quant aux choses rouges sous la cicatrice de l'œil, ce sont des larmes de sang...


Le second dessin est un gros plan sur son visage. Ressassant dans sa tête les derniers moments qu'elle a passé, ses dernières tortures, elle craque et pleure. Son œil blessé est bien entendu le premier à verser des larmes, teintées de sang. Celles-ci ne sont pas vraiment réussies, trop grossières, trop énormes. L'expression du visage d'Alice n'est pas terrible non plus car dans un tel état elle devrait être bouleversé, alors qu'ici j'ai travaillé son visage de façon minimaliste, donnant presque une impression expressivité. Mais bon au moins c'est en raccord avec le dessin précédent...

La présence du pistolet près de sa tempe me paraissait une bonne idée mais j'ai foiré mon truc. L'arme est trop éloigné et on voit à peine que c'est elle qui la tient.

Gypsy Witch – Déprime et Alcool


Un dessin très moche pour illustrer la période de déprime d'Alice, avant qu'elle ne s'enfuit de son monde avec la Machine. Déçue par la tournure que prend sa vie suite à la résurrection de sa sœur, la jeune femme déprime de plus en plus et va s'attirer pas mal d'ennuis. Mais avant de volontairement se plonger aux cœurs d'aventures dangereuses pour y trouver de l'amusement, elle va se replier sur elle-même et s'isoler.

S'oubliant dans l'alcool, Alice passe son temps à travailler dans les laboratoires de son père et à boire dans les bars ou les boites de nuit le reste du temps. Ici, c'est Jade qui décide de la tirer de là en apprenant ce qu'elle devient. Elle se rend donc dans ce bar pour convaincre Alice de se ressaisir, accompagnée de Tao qui est elle aussi une amie de la petite sorcière.

Autant le dire, c'est très mal dessiné. Alice tout d'abord. Vêtue un peu n'importe comment (un imperméable beige ? un manteau de cuir ? je ne sais pas moi-même !), elle se retrouve avec les épaules beaucoup trop large et des yeux de droguée ! Même si elle est censée prendre une cuite, c'est franchement exagéré. Elle était supposé être léthargique (ça, ça passe) et regarder son verre d'un air déprimé. Et ça, ça passe franchement moins. D'ailleurs le verre semble plus contenir du jus de carotte qu'autre chose...

Jade possède un visage très raté lui aussi. Trop "aplati". Vêtue d'un cuir long noir, elle ressemble beaucoup à sa belle maman, et ça c'est déjà pas mal. Elle tente de tirer Alice par le bras et de la convaincre de la suivre. On va dire que ça pourrait être pire.

Tao enfin. Au tout début elle devait se tenir à côté d'Alice tout comme Jade, mais en simple observatrice. Finalement mon mauvais dessin m'a fait changé les choses et elle est beaucoup plus en retrait, regardant la scène et attendant devant la porte du bar qu'elles sortent.


Sa coiffure est foiré. Autant le dire tout de suite. Elle me fait même penser à la Lulu de Final Fantasy X pour tout dire ! Ensuite plus j'y pense plus je me dis que si elle débarque dans un bar habillée comme ça, elle va provoquer une émeute. Mais bon, Tao est du genre à s'en foutre et Jade avait autre chose en tête à ce moment là. Le seul truc qui reste intéressante est son regard.

Bien qu'amie d'Alice, elle ne l'aide pas spécialement à remonter la pente. En fait elle observe la scène et sent que la jeune femme va bientôt s'attirer les ennuis qui vont lui valoir de fuir son monde et son époque avec la Machine. Elle réalise qu'elle assiste à la déchéance de son amie qui va devenir, en voyageant dans le passée, une jeune femme qu'elle aura un temps détestée et torturée.

C'est un élément intéressant et, je pense, qui mériterai d'être développé. Ce qui est bien la seule chose positive de ce gribouillis.

Gypsy Witch – Handicap


Voici un petit dessin de rien réalisé pour correspondre avec celui d'Alice se trouvant à l'hôpital suite à son combat contre C. et Premutos.

Il s'agit de la suite logique de l'histoire, où le père d'Alice vient récupérer sa fille pour s'occuper d'elle. La scène se déroule toujours à l'hôpital au moment de la sortie de la patiente: avec son genou brisé, impossible pour elle de marcher correctement et il lui faut donc s'équiper d'une paire de béquilles (qu'elle remplacera plus tard avec une canne après un peu de rééducation).

Contrairement au dessin précédent, la chemise d'hôpital d'Alice ressemble cette fois au véritable vêtement: c'est-à-dire sans pantalon (on est supposé être nu en-dessous). Mais ici elle est un peu trop ample et ressemble surtout à un large T-shirt de pyjama.

Le dessin est de toute façon truffés d'erreurs. Je trouve la coloration des béquilles pas très réaliste, même si ça passe, et la chemise cache un peu trop le genou blessé. En l'état on dirait qu'Alice ne possède pas son fixateur, ce qui pose un petit problème de crédibilité.

Autre soucis: la position d'Alice. Même si elle ne marche pas, elle devrait être incapable de se tenir ses deux jambes alors qu'ici elle se retrouve debout sans souffrir. On peut quand même supposer que son père, qui l'a tient par les épaules, l'aide à se maintenir. Quant à ses pieds ils flottent littéralement dans les airs !

J'aime quand même son expression face aux béquilles ainsi que sa cicatrice sur l’œil. William, le père, n'est que partiellement dessiné car je ne savais pas du tout quel physique lui faire. Et tant pis pour la coupe et la coloration des cheveux... Mais avec son long imperméable qui recouvre presque Alice, son regard sur elle et ses mains protectrice, il y a comme un sentiment d'amour paternel que je trouve agréable.

Daniel Craig de Noël


Voilà une private joke qu'il me sera bien difficile à expliquer, mais disons qu'en cette saison de Noël, il y a une chose que l'on voit partout, à tous les coins de rue, au point que cela ressemble à une invasion massive: Santa Claus. Des centaines et des centaines de Pères Noël de toutes les tailles, utilisés comme décoration de toutes les façons possibles.
Tant est si bien que l’œil fini par s'y habituer et, parfois, à vous jouer des tours. Comme en pleine galerie commerçante, lorsqu'une télé diffuse un extrait de film sans aucun rapport avec les fêtes de fin d'année.

Bon, je l'avais dis que ça serait difficile à expliquer...
Illustration par Lady A.

Gypsy Witch – Isolation


Un petit dessin représentant une Alice exclue de sa famille et, petit à petit, du reste du monde. Cette illustration met en scène sa période d'après la résurrection de Rebekah et de sa dispute avec sa grand-mère, et je voulais donner une impression de solitude et de mélancolie...

Ce dessin s'est complètement métamorphosé entre ce que j'avais en tête et le rendu final. A la base, la scène devait se dérouler dans la chambre d'Alice et celle-ci regardait sa famille ou ses amis par la fenêtre... Mais après avoir dessiné la jeune femme, mon croquis est devenu un peu plus hésitant, et non seulement cela se ressent dans le rendu, mais en plus dans ce qu'on en voit.

Premièrement, la fenêtre qui est complètement de travers. A l'origine elle devait être "droite" mais après un trait raté j'ai poursuivis dans cette espèce de perspective bizarre en supposant qu'en fait de "chambre", Alice pourrait se trouver dans la roulotte de sa mère. Cela me permet de donner une logique à cette forme bizarre, même si je doute que les roulottes de l'ancien temps possède des fenêtres en biais et avec cette forme...

L'autre changement est celui des deux peronnes dans l'arrière-plan. Je me suis lancé sans définir de personnages particuliers si ce n'est "la famille". Mais l'idée d'inclure la découverte de Rebekah par la famille Dalgarry me tentait bien également, et du coup tout c'est amalgamé au moment de dessiner...

Au départ, le personnage de droite (C.) devait être Jade, laquelle rencontrait Bekah, riant avec elle et donnant encore plus à Alice un sentiment de rejet de la part de tous. Mais en dessinant j'ai fini par me rendre compte que je représentais N. plus que sa fille. J'ai alors supposé que celle-ci pouvait tout aussi bien parler à Bekah sans que cela ne change vraiment les choses (toute la famille Dalgarry est invité lors de la grande fête organisée par Alice).

Et pourtant ça c'est encore modifié avec la jeune femme de gauche. A l'origine cela devait être Bekah, et j'ai d'abord changé pour la transformer en Jade et le résultat en est une espèce de fusion incompréhensible... Même si Bekah est la sœur jumelle d'Alice, elle ne lui ressemble pas parfaitement: comme beaucoup je trouve stupide l'idée de faire s'associer en tout point des jumeaux / jumelles, de la coiffure aux vêtements, comme si les enfants n'avaient pas d'identité propre. Bekah n'a pas la longueur de cheveux de sa sœur et se coiffe différemment. Elle est aussi un peu plus calme et plus sage et s'habille donc en conséquence autrement qu'Alice.

Mais cela entraine un grand flou concernant son look et du coup je ne savais pas comment la vêtir. Au fil du dessin j'ai pensé la transformer en Jade, pour faire une discussion mère-fille que pourrait envier Alice. Et au final, le personnage ne ressemble ni à cette dernière (les vêtements surtout), ni à la jeune ressuscitée (elle "parle" clairement sur le dessin alors qu'elle est pratiquement muette et sa tenue ne fait pas trop gitane).

L'illustration est alors assez brouillonne dans son concept et on ne sait pas exactement quand elle se déroule chronologiquement. C'est dommage je trouve car sinon, elle n'est pas si mal que ça je trouve. Si l'on ignore la fenêtre raté, les deux du fond sont plutôt bien rendue, assez éloignées pour donner une impression de distance mais quand même assez détaillée pour qu'on puisse bien les voir, et Alice n'est pas aussi massacrée que sur quelques autres dessins...

Bien sûr ses cheveux sont toujours "format brosse", son cul n'est pas posé sur le sol et son visage est bizarrement rétrécit sur les côtés. Pourtant je trouve sa position plutôt réussie, son regard suffisamment expressif et ses pieds assez bien fait. Côté vêtement, elle est toujours aussi dénudée mais elle se met toujours ainsi quand elle est seule chez elle, décontracte et sexy. Le lecteur MP3 est moyennement visible dans sa mitaine noire mais Lady A. trouvait que l'effet rendait assez bien puisqu'elle avait l'impression que l'appareil était fixé sur le dessus du gant. J'aime bien l'idée.

Et pour ceux qui se demande ce qu'est cette espèce de tâche bizarre sur son bras, c'est à cause de la coloration du scanner. Je me suis légèrement trompé de couleur et j'ai camouflé comme je le pouvais sur l'original, mais finalement l'appareil à décidé de bien me rappeler mon erreur (c'est gentil...).


Gypsy Witch – Hôpital


Deux petits dessins montrant l'état d'Alice à l'hôpital, après les attaques de Premutos et C. Personne n'est encore au courant de la situation et elle-même ne sait pas exactement quel est l'état de ses blessures, attendant surtout la possibilité de partir de l'hôpital.

Le premier dessin nous la montre sur son lit, incapable de dormir. Il est évident que la jeune femme est à la fois encore en état de choc et mal à l'aise face à ce qui vient de se passer précédemment. Je voulais surtout montrer une impression d'inconfort, celui de l'hôpital et du mal être d'Alice. Tout ceux qui ont passé une nuit en clinique savent que les lits sont de très mauvaise qualité et que l'on dors difficilement. Et surtout qu'on s’ennuie à mourir puisqu'il n'y a strictement rien à faire !


J'ai donc vainement essayé de retranscrire ce mauvais lit via une armature fine et un matelas dur et pas très rembourré. Mais ça fait encore très chaleureux et je ne sais pas si cette couleur de drap fait très "hôpital"... Sinon le décor est, comme vous le voyez, minimaliste, et encore heureux que j'ai foutu cette fenêtre pour que l'on comprenne que c'est la nuit, sinon c'est pas très flagrant.

Dessin bourré de fautes, notamment les jambes dix fois trop longues d'Alice, le traversin minuscule et l'oreiller qui tient miraculeusement debout. La lune ne fait pas très lune et la nuit est d'un bleu marine pas très réaliste... Bref, reste Alice elle-même, avec un pansement sur l'œil. Quand je croise quelqu'un dans la rue avec ce type de truc, j'ai toujours mal pour eux et je trouve ça très impressionnant à chaque fois.


Le deuxième dessin est un gros plan de son visage. J'ai voulu redonner l'effet mais ça fonctionne pas du tout (pansement peut-être trop petit, visage mal proportionné). En dehors de ça le visage est raté, même si son expression correspond. J'aime bien les mèches sur la gauche par contre, et la longue mèche qui lui tombe sur l'épaule, ça donne un effet de coiffure sympa, chose que je n'ai encore jamais travaillé jusqu'ici...

vendredi 19 décembre 2008

Star Wars – Fiche de personnage: Alyss Demeter

Voici une feuille de personnage pour une ancienne version du forum de jeu de rôles Star Wars: Old Revolution. A l'origine j'y ai simplement reconfiguré ma petite sorcière Alice de The Gypsy Witch en modifiant quelques détails et en réinventant une partie de ses origines, pour avoir une base de travail sans me replonger dans X films et livres de l'univers étendu. Amusement, la plupart des éléments inventés pour l'occasion furent ensuite recyclé pour la nouvelle version de Natasha, fille d'Alice, dans Ghost Charmer.

Nom: Alyss Demeter
Race: Humain
Sexe: Féminin
Âge: 22
Planète d'origine: Tatooine
Métier: Esclave
Ordre ou Groupe: Pirate

Inventaire:
- Tenue de danseuse esclave (bikini de métal, bracelets et chaînes)
- Cape noire à capuche

Apparence:
Âgée de 22 ans, je mesure 1m72. J'ai le physique d'une jeune femme svelte et élégante, dont le corps fin et élancé a été sculpté en grande partie grâce à la danse.
Bien que je sois blanche de peau, je descends d'une ancienne lignée de nomades habitués à voyager et je possède un teint très légèrement bronzé, affirmant mes lointaines origines. Cela se retrouve aussi dans la couleur de mes longs cheveux noirs de jais qui m'arrivent jusqu'aux cuisses (je les laisse pousser depuis toute petite). Ils sont lisses et fins, très doux au touché, mais il arrive que l'eau de la pluie les fassent frisotter quelque peu. Je les porte libres dans mon dos, sans coiffure particulière, bien que je les orne souvent à la manière de mes ancêtres: tresses, plumes, perles de bois… Je m'amuse d'ailleurs souvent à donner un aspect assez tribal à mes coiffures.
Plus particulier, mes yeux font l'objet d'une couleur assez particulière puisqu'ils possèdent un éclat prismatique. Ainsi la lumière se réfléchissant dans mes iris donne naissance à tout un jeu de couleurs différentes, celles de l'arc-en-ciel, sans cesse changeant au moindre de mes mouvements. Un effet un peu perturbant pour les personnes me voyant pour la première fois. J'en suis assez fière.

Résumé de l'histoire:
Alyss est née dans une tribu nomade traversant le désert et les villes de la planète, comme des bohémiens. Fille de danseuse, elle apprit cette art de sa mère où elle excelle et se faisait souvent accompagner de sa sœur jumelle les soirs de fête. Mais la vie de voyageur est dure et dangereuse, et après la mort accidentelle de sa sœur, Alyss fut l’une de seules survivantes de son clan lorsque celui-ci subit les attaques des Hommes des Sables et de divers pilleurs et pirates.
Capturée par ces derniers avec quelques autres, elle fut revendue à un parrain du crime quelconque, ni très connu ni particulièrement puissant, mais suffisamment riche pour posséder sa propre ligue. Elle devint la danseuse favorite des criminels et travailla comme domestique avant de devenir un peu plus que cela en grandissant. Subissant les outrages réguliers de son maître et de ses hommes de main, asservie et humilié, Alyss ne tint le coup que grâce à son travail de concierge.
L’une de ses tâches était de nettoyer la salle des trophées personnel de son maître, une pièce où s’entassait divers objets précieux récupérés illégalement. Une sorte de petit musée privée regroupant des reliques des quatre coins de la galaxie, et la jeune femme se mit à rêver d’aventure, trouvant en ses lieux un peu de liberté et de paix.
Malheureusement ce fragile équilibre fut mis à mal par une guerre des gangs, son maître tombant sous les coups d’un puissant rival connu comme étant Jabba le Hutt lui-même. Ses hommes de main investirent sa demeure et massacrèrent un grand nombre de personnels. Les mercenaires quittèrent leur patron déchu pour se trouver des postes plus intéressant et les esclaves furent soit revendus aux enchères comme des objets, soit conservés par Jabba pour son propre plaisir.
Soumise à son nouveau maître, Alyss attend désormais son sort, au choix être revendue aux plus offrants, ou destinée à donner plaisir à Jabba. En attendant, elle continue de danser et de servir les criminels, et parfois malheureusement doit également les satisfaire d’une autre manière...

Description psychologique:
Alyss est une jeune femme calme, courtoise et altruiste, aimant s'amuser et aider les autres avant tout. Toutefois elle a développée un comportement très "intéressé" et n'hésitera donc jamais à verser son grain de sel plus que de nécessaire si elle se rend compte qu'elle peut obtenir quelque chose se faisant ! Cela peut la rendre parfois très envahissante, voir même agaçante, mais elle n'ira cependant pas attirer les ennuis sur quelqu'un juste pour tourner la roue en sa faveur... Du moins pas si cette personne lui plaît.
Un autre élément de sa personnalité à retenir est sa collectionnite aiguë, la rendant aussi bien kleptomane qu'acheteuse compulsive: si elle quelque chose (ou quelqu'un) lui tape dans l’œil, elle fera tout pour s'en emparer !
Enfin, sans être exhibitionniste, Alyss est une habituée des pays chaud et de la danse, et s'avère être très peu pudique. Ce qui n'est pas un problème en soi peut toutefois se révéler un peu délicat lorsqu'elle est en contact de personnes sensibles ou la considérant comme volage.

Aime:
La danse et les vêtements légers, collectionner les objets, être totalement libre.

N'aime pas:
La torture, les femmes soumises et rabaissées, devoir obéir, les Hutts.

lundi 15 décembre 2008

Gypsy Witch – Blessure Magique

Une petite série de dessins pour illustrer la plaie à l’œil infligée à Alice sous sa forme de loup par Premutos. C'est ce coup de couteau qui va valoir à la sorcière d'être pratiquement borne et de pleurer des larmes de sang pendant quelques temps...

Cette blessure est infligée durant un combat entre Alice, transformée, et les parents de Jade pour le moins particulièrement décidé à la punir. Si la jeune femme les fuit dans un premier temps, sa malédiction la rattrape et la Bête en elle se met alors à attaquer ses agresseurs. Mais loup-garou ou pas, Alice n'est pas de taille face à deux Chaosiens énervés et va vite se faire rétamer.


La première blessure est ainsi faite par Premutos avec un couteau en argent qu'il utilise pour l'occasion. Comme le dessin le montre, il se contente de planter la lame dans l'œil durant le combat, espérant atteindre le cerveau pour tuer le monstre. Si Alice s'en sort, la blessure est suffisamment grave pour la mettre hors-combat tandis que l'argent, la seule faiblesse des loups-garous, l'empêchera de guérir même en reprenant forme humaine et lui laissera une cicatrice.

Ce premier dessin est une telle horreur que je ne sais même pas par où commencer ! La perspective est complètement foireuse (le loup de biais, Premutos de face), la gueule de la bête est ratée (une mâchoire inférieure rajoutée et décalée par rapport à celle du dessus), le couteau est bien trop petit et la main qui le tiens ressemble à une moufle !

Premutos perd un bras et sa tête est rogné par le haut de la page. Son écharpe ne ressemble à rien tandis que son manteau ne possède ni pli, ni consistance (juste une grande surface en rouge quoi). Seul l'expression de son visage tiens la route, bien dans le ton, et la coloration de ses cheveux.

Quant au loup c'est une catastrophe. Sa bouche est tordue, il n'a pas de pattes et son pelage en fait plus un bon gros toutou qu'un énorme loup (voir ici). Le sang de sa blessure est mal simulé tandis que la blessure est toute sauf impressionnante. Et pour une blessure magique, ça l'a fout mal !

Ce truc est en fait une illustration dans le véritable sens du termes: la représentation d'une idée, comme le serait un croquis, et ici ça ne vaut franchement pas mieux !


Je serais plus conciliant sur la petite série de dessin qui suit, un peu mieux réussi. Le premier est la représentation de face de la suite des évènements. Le visage est beaucoup plus réussi qu'au-dessus et on y croirait presque au petit loulou ! Par contre la dague est tellement petite et ça rend le tout franchement ridicule.

C'est ce qui m'a lancé sur le dessin de droite, un gros plan censé restaurer la taille de l'arme et l'impact de la blessure. Et au final ça ne marche pas vraiment faut dire... C'est un peu gore, mais c'est tout et c'est pas encore l'effet recherché.

En bref quelques "illustrations" qui, finalement, sont la même chose que des croquis : elles représentent une scène mais ça n'en fait pas de bon dessins pour autant. Des brouillons, tout au plus des ébauches, mais c'est tout.