vendredi 17 avril 2009

Gypsy Witch – I'm here for you...


Petit dessin fait sur une échelle minuscule. Il s'agit d'Alice, auprès de sa fille blessée et pratiquement inconsciente. La scène se déroule durant l'époque où la sorcière observe la vie de Natasha en intervenant secrètement de temps en temps. La suivant à l'époque où la pauvre Ambrienne est pratiquement suicidaire, elle ne peut s'empêcher d'agir en cas de coup dur et, dans le cas présent, va la soigner durant son évanouissement.

Le dessin aurait probablement gagné à être fait en plus grand, ne serait-ce que pour utiliser le stylo feutre pour le repassage du tracé plutôt que le stylo bille qui bave. A cause de ça, j'ai dû laissé quelques trace de crayons de papier heureusement camouflé par la peinture. La petite taille empêche de détailler avec précision, mais c'est pas si mal réussi en l'état. Je suis également assez satisfait de la peinture, notamment des différents teint de peau d'Alice (bronzée) et de Natasha (peut-être un peu trop rose).

Pas grand chose d'autre à dire, a part peut-être qu'il manque un bras à Alice parce que je ne savais absolument pas où le placer ! De peur de mal faire, j'ai préféré prétexter qu'il soit caché par son corps plutôt que de me risquer à faire un rajout parasite.

Gypsy Witch – Cyber Mask


Une version cybernétique du Masque que j'ai improvisé ici. Il se compose d'un masque à "bec" en métal, avec une visière rouge proche de celle de Cyclops des X-Men, et d'une cape dont je ne savais pas quelle serait la couleur tout d'abord. J'avais en tête un gris clair pour donner un aspect très urbain au look général, mais j'avais peur de faire trop redondant avec la couleur métallique du masque. J'ai alors demandé l'avis de Lady A. qui elle voyait plus une cape noire aux reflets bleus métallisés...

Autant dire que ce fut une véritable bataille... Le masque, le visage et les cheveux n'avaient posés aucun problème mais je ne savais pas du tout comment m'y prendre. Lady A. m'a donc aidé tout d'abord à placer des touches de bleu sombre en me conseillant par la suite d'appliquer le noir, mais entre le papier qui gondole, les reflets de la lumière sur la peinture et mon inexpérience dans le domaine du diluage et du mélange, j'ai eu vite fais de m'arracher les cheveux.

Lady A. a alors reprit les choses en main en terminant une couche sur la cape à laquelle j'ai rajouté par la suite une seconde couche de bleu afin de ne pas perdre de vue les cheveux et le pantalon d'Alice dans le mélange. N'arrivant toujours pas à un résultat satisfaisant, elle s'est de nouveau chargée des corrections pour faire ressortir ces éléments de l'ensemble. Au final la version visible ici-même rend beaucoup mieux que celle sur papier, beaucoup trop terne et assez brouillonne à force de peinture.

Il y a un aspect "massif" ici qui est dû non seulement à la forme de la cape, entourant totalement le corps d'Alice mais flottant dans le vent, mais aussi en raison du stylo-feutre que j'ai utilisé pour les contours noirs du dessin. Le papier imprimante sur lequel je dessine habituellement étant de mauvaise qualité, le trait du stylo est devenu très épais et peu pratique pour les détails. Heureusement le dessin ne nécessitait pas de travaux de finissions et ce look donne bel et bien un certain style à ce Masque futuriste, vis-à-vis du "classique" plus typé Fantasy / super-héros.

Le concept est ici d'avoir un Masque usant de la technologie à son avantage. Sa cape possède un camouflage optique type Metal Gear Solid / Ghost in the Shell qui le rend pratiquement invisible, tandis que la visière si particulière du masque possède des infrarouges et différentes fonctions à la manière des multiples visions des casques de Yautja dans les Predator...

En dessinant ce masque, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à celui que porte Cyblade de Cyberforce dans sa jeunesse. Le "bec" m'a par contre été inspiré du masque de Jill Valentine dans Resident Evil 5.


jeudi 16 avril 2009

Gypsy Witch – Civil War: The Impaler


La véritable version papier est un peu plus dégueu que ça en raison d'un stylo qui bave, d'une très mauvaise gestion de la peinture et de traits au crayon de papier encore visibles malgré les coups de gomme... La petite taille rend le tout très peu lisible et je ne peux dénier le côté "fais en vitesse" puisqu'il était tard et que je n'avais pas envie de me concentrer trop longtemps sur mon travail.

Bien sûr on peut se demander l'utilité de faire quelque chose de bâcler "pour faire quelque chose" et je ferais mieux de ne dessiner que lorsque j'ai une bonne idée, mais bon, ça fait un brouillon à se mettre sous la main en attendant une belle version par moi ou quelqu'un d'autre...

Le concept est donc une image en contre-jour total, un monochrome avec quelques touches de rouge par-ci par-là pour simuler le sang. Il montre Alice, ses longs cheveux au vent, marchant dans la rue et entourée de pieux géants où se trouvent empalé les corps de ses ennemis. Elle possède deux têtes coupées dans les mains et traverse tranquillement la place.


Un aspect horrifique pleinement repris des films d'horreur et de l'image que l'on se fait de "l'Empaleur" Dracula. Par exemple, les têtes coupées tenues par les cheveux dans chaque main sont une référence direct au film Premutos, der Gefallen Engel de Olaf Ittenbach. Il s'agit en fait d'illustrer une Alice vampire ayant pleinement contrôle de ses pouvoirs et faisant un carnage à travers la Roumanie pour venir à bout de ses adversaires de la mafia. J'aime bien l'idée d'une Alice méchante et puissante, d'une véritable Dracula, et Civil War est l'occasion de se permettre quelques essais dans le genre.

Reste que maintenant je dois non seulement prendre mon temps pour mon tracer mais aussi pour ma peinture. Par exemple ici, j'étais assez fatigué et la tête ailleurs, et après le crayonné j'ai commencé à passer la peinture (rouge) sans rajouter des traits au noir ni gommer. J'ai fais ça en vitesse et forcément l'encre n'a pas eu le temps de sécher correctement. Après ça, en mettant la peinture noire sur le reste du dessin, j'ai très mal rendu la notion de champ de profondeur et je n'ai pas réussi à foncer / éclaircir les tons pour donner l'impression de pieux lointain ou plus proche d'Alice...

Je classe ce petit truc dans la section "brouillon" mais j'aimerai bien le refaire en mieux. Je pense aussi qu'il faudrait que je m'applique clairement à partir du moment où je décide de réaliser quelque chose. Même si j'avais dans l'idée de tenir ce blog quotidiennement, ne réaliser que des brouillons ou des croquis rapides n'est peut-être pas la meilleure chose à faire.


mardi 14 avril 2009

Gypsy Witch – Masque (variante)


Voilà une variante du visage du Masque que j'ai fais en vitesse pour les besoins d'un autre dessin. J'ai simplement fait une version de face, grossière, de ce qui est à peine visible sur l'illustration. Il s'agit d'une déclinaison du Masque original, avec des yeux rouges pour donner un aspect plus menaçant / imposant, et surtout des arabesques (rouges également) peintes sur la surface blanche.

Elles ont un aspect calligraphie que j'aime assez, bien que je ne sois pas encore assez souple dans l'utilisation de mon pinceau pour rendre parfaitement ce que j'avais en tête. A l'origine je comptais également en placer sur toute la surface du Masque, mais la présence de blancs sur le côté droit à son charme et évite l'effet de surcharge. De plus j'avais le stress de faire un mauvais coup de pinceau et de tout gâcher. J'ai bien fais de m'en tenir là.

lundi 13 avril 2009

Gypsy Witch – Masque & Dante


Pas d'inspiration pour ce soir. En résulte donc ce machin franchement bâclé et pas très original. Il représente Alice, dans la forme du Masque, conservant Dante sous sa forme gazeuse à l'intérieur d'une sorte de globe. La scène provient d'un jeu de rôles durant lequel Alice sauve la créature des griffes de Damaskinos en faisant croire à sa mort...

J'ai repris le Masque tel que je l'avais représenté la première fois, avec une légère variation sur son visage. Des yeux rougeoyant, pour lui donner une apparence plus impressionnante / menaçante, ainsi que des dessins d'arabesques sur le masque. Pas très visible ici, la petite taille du dessin ne permettant pas à mon pinceau de faire des miracles. J'ai donc fais un petit dessin de l'objet, de face, pour donner une meilleure impression de l'effet (voir l'article pour plus de détails).



La cape demeure, mais la coloration est atroce. Je me débrouille encore moyennement avec l'aquarelle et peindre des grandes surfaces est une horreur. On voit des altérations de tons, des blancs par-ci par-là et surtout les marques de l'eau et du pinceau, puisque je n'ai pas réussi à rendre le tout harmonieux. Faut dire que pour obtenir une couleur vive, j'ai passé plusieurs couches à la suite...

L'orbe est plutôt bof. J'ai constitué une sphère très noire, renfermant le sort du Masque pour sceller Dante sous cette forme, et j'ai rajouté des volutes un peu plus claire pour reproduire l'aspect gazeux du démon. Autant dire que si la coloration passe très bien, le tracé est brouillon au possible...

J'ai vraiment besoin d'inspiration pour réaliser quelque chose de concret je crois...

Gypsy Witch – True Friends


Un petit dessin tout mignon d'Alice et de Neige, laquelle n'avait pas encore était représentée sous sa forme humaine. L'idée était ici de souligner leur amitié, puisque l'indienne (pardon, native américaine) est la meilleure amie d'Alice après Jade. Pour ce faire, j'ai décidé de faire quelque chose de simple et simplement de les montrer ensemble entrain de parler et de se relaxer en plein air.


L'image en elle-même provient très probablement des cinématiques de Michelle et Julia Chang dans le jeu de combat Tekken Tag Tournament, deux personnage d'origine indienne. Julia est la fille adoptive de Michelle et la remplace dans le jeu à partir du troisième volet. Tag Tournament est un épisode un peu spécial, sorti après Tekken 3 mais avant Tekken 4, et ne possède aucune histoire en soit. Il s'agissait simplement d'un best-of de la saga qui regroupait chaque personnage des trois jeux parus, en groupant les combattants par équipe de deux. Les épilogues de deux personnages sont ainsi toujours liées et ici ils montrent les deux femmes discuter tranquillement l'une à côté de l'autre en pleine nature...


Le physique de Neige est énormément basé sur Julia Chang. A sa création je n'avais pas nécessairement fait le rapprochement et je m'étais en fait plus inspiré de Seung Mina, personnage d'une autre série de jeux de combat (Soul Blade et Soul Calibur), notamment pour la tenue. A y repenser maintenant, les vêtements de Julia durant Tekken 3 / Tag Tournament et le fait qu'elle soit indienne forment probablement la véritable source d'inspiration du personnage...

http://i.imgur.com/xCsvpyV.jpg    http://i.imgur.com/BlA2Nb8.png

Bien sûr le look de Neige est ici légèrement différent et c'est parce que non seulement c'est la première fois que je la dessine, mais aussi parce que je ne savais pas vraiment comment la représenter. J'ai finalement repris la jupe en jean (et rajouté une culotte noir en réalisant que vu la position de ses jambes, je ne pouvais pas faire autrement) et du mini top vert avec une deuxième couche en cuir... J'ai laissé tombé le bandeau et la plume car je n'étais pas à l'aise durant le tracé de crayon et il manque ainsi beaucoup de détails (sa petite natte, son tatouage sur le visage, pas visible en raison de l'inclinaison de sa tête, la plume dans ses cheveux, etc.)

Son visage est de toute façon raté et il manque clairement les caractéristiques ethniques de son physique. J'ai cependant tenté de lui donner un teint de peau approprié et malgré quelques défauts de peinture (différences de tons et marque d'eau et de pinceau) c'est plutôt réussi je trouve.

Alice, en revanche, est plutôt ratée. Habillée de façon classique mais avec étrangement un mini débardeur noir au lieu de son haut de bikini, elle aborde ses blessures habituelles même si sa jambe n'est pas visible. Sa canne est absente et à l'échelle je crois qu'elle est légèrement trop petite par rapport à Neige. Sa position n'aide pas. Le plus raté ici est, je pense, sa peau. En me concentrant sur celle de Neige, j'ai mal fait le mélange habituelle de la sorcière et elle semble bien trop brune / marron, même si je la voulais légèrement hâlée.

Bref, j'ai encore beaucoup de boulot à faire sur les crayonnés, les repassages au stylo et la coloration... Je devrais aussi faire apparaître Neige un peu plus souvent...

dimanche 12 avril 2009

Gypsy Witch – Rebirth

Nouvelle tentative de crayonné et de peinture aquarelle en suivant la technique de Lady A. Je suis revenu à ce qu'elle m'a expliqué plutôt que de partir dans un effet de style grossier et je commence légèrement a me dépatouiller un peu avec mon pinceau, mon eau et mes mélanges. Bien sûr j'ai encore beaucoup à faire...

J'ai improvisé ce qui ressemble plus à un croquis qu'autre chose en matière de dessin. D'ailleurs le crayonné était clairement une version très simplifiée de ce que j'avais en tête et je l'ai finalement à peine retouché au stylo par la suite. Car si l'on peut le corriger assez aisément, il arrive que le repassage au noir gâche quelques traits qui étaient très bien à l'origine. Le visage d'Alice en est l'exemple flagrant bien que je ne puisse plus montrer l'état d'origine...

Bien sûr mes erreurs de proportions demeurent et les bras et les épaules de notre sorcière sont atroces, même si sa silhouette fine n'est pas si mal. J'aime beaucoup le détail de cet étrange losange qui relie le pagne à la culotte du bas de sa robe de danse, ainsi que la forme de son petit haut. Les couleurs ne sont pas si mal même si je dépasse à certains endroits (les cheveux et sur la peau), le pire étant les flammes du cercle de feu dans lequel danse Alice. Trop court, trop "orange / jaune"... Quant à l'effet magique des flammèches en spiral autour d'elle, il est très simplifié par rapport à ce que j'avais en tête. L'idée reste là quand même...

La chose au-dessus est censé être un Phoenix. Je n'avais aucune idée de comment le faire alors voilà, ça donne une silhouette bizarre en feu, avec une queue qui se décompose en trois longs filaments. A la base, la coiffure d'Alice devait elle-aussi se terminer en trois longues nattes égales, mais j'ai laissé tombé devant l'ampleur de la tâche...

Pour en venir à l'histoire du dessin, il s'agit simplement d'une scène issue d'une petite histoire (Le Nid de Phoenix), où Alice entame une danse rituelle permettant aux Phoenix affaiblis de renaître de leurs cendres. Sa mère et sa grand-mère  ont effectuées cette tâche avant elle, et c'est désormais à son tour de participer au rituel. L'animal, joueur, va alors virevolter autour d'elle pour l'accompagner à la fin de sa danse en remerciement...

vendredi 10 avril 2009

Gypsy Witch – Pour Cynthia


Une nouvelle technique, très proche du travail de Lady A., sur ce dessin. Et pour cause puisque c'est elle qui en est à l'origine et qui m'a guidé durant toute la réalisation de l'illustration ! Autant dire que c'est à elle d'en imputer les qualités et à moi pour les défauts. Le sujet était son idée, puis elle a commencée à poser les bases en traçant le crayonné sur lequel j'ai grossièrement repassé le stylo noir. Elle m'a ensuite convaincu de tester sa fameuse technique d'aquarelle (dégradé progressif) en m'aidant pour la coloration et rattraper les erreurs. Elle a supervisé toute l'opération tandis que j'ai maladroitement suivi ses conseils...

Il s'agit ici d'Alice, fabriquant une peluche de gros nounours pour sa petite-fille Cynthia. Un thème bien sûr issu de la toute récente partie de l'histoire où Alice devient mère. Évidemment dans sa ligne temporelle, Cynthia est censée être une jeune femme et non plus une enfant, donc il va falloir trouver une façon d'insérer cela dans la chronologie. Très probablement durant le temps où Alice observe par bonds temporels la vie de Natasha, avant de revenir à sa véritable époque et avouer son identité...

Techniquement c'est une véritable évolution puisque je laisse tomber les crayons de couleur de mauvaise qualité pour une façon de faire bien plus professionnelle. De plus, le fait que Lady A. ait elle-même fait le crayonné pour lancer le dessin donne à l'ensemble un aspect bien plus conséquent au résultat. On peut même clairement parler d'un travail à deux, même si son savoir-faire est clairement responsable des bons aspects du travail.

Parmi mes gros défauts, on peut noter un trait hasardeux au stylo, la position assez brouillonne des yeux et de la bouche sur le visage (je voulais qu'elle plisse les yeux par rapport à sa couture, mais je ne savais pas ce que je devais faire de sa bouche), et bien entendu d'énorme problème de peinture... Je ne suis pas du tout habitué au pinceau ni à l'eau, et on peu noter beaucoup de changement de tons, trop claires ou trop foncés, à divers endroit.

Une peluche de papier, situé vers la gorge du personnage, a provoqué une étrange bavure rouge, j'ai débordé plusieurs fois et c'est Lady A. qui a réussi à donner aux cheveux un aspect réaliste via des tracés au noir.

C'est indubitablement supérieur à mes travaux habituel, d'une part par la technique (que je vais mettre beaucoup de temps à maîtriser), mais aussi par le crayonné original. Je ne possède bien sûr aucune connaissance des perspectives et des proportions, et si je retente l'aquarelle par la suite, seule la coloration changera de ma façon de faire habituelle: mes traits seront aussi mauvais que d'habitude...

Gypsy Witch – Civil War: No More...


Civil War est un projet d'histoire inspiré de certaines situations de la Roumanie. Ce pays qui fut autrefois puissant est aujourd'hui surtout connu pour ses difficultés sociales, notamment sur deux points: l'exclusion des peuples Roms, vivant dans une pauvreté alarmante, et la prostitution forcée de beaucoup de jeunes filles, littéralement achetées par des organisations mafieuses ou des particuliers. Un tourisme sexuel s'expliquant par la pauvreté énorme du pays (les parents vendent leur fille en pensant la récupérer passée une nuit) et qui profite à bons nombres d'ordures...

Cette situation, des plus révoltantes, existe depuis longtemps déjà dans le pays, et ne risque pas de se terminer de sitôt. Avec Civil War, qui est bien sûr une fiction et qui ne changera jamais rien à la véritable vie, nous allons toutefois tâcher de rester très réaliste dans la description de ce problème et la façon dont il est géré politiquement à travers le monde. Le reste, bien sûr, demeure de la pure science-fiction et pourra ne pas plaire à ceux qui espère un écrit sérieux sur le sujet...

Dans cette histoire, Alice rentre dans son pays natal et va prendre les choses en mains de par ses pouvoirs. Petite fille de Dracula, elle va ainsi utiliser ses dons de vampires pour changer les choses et se former une véritable armée de ses semblables, imposant finalement une dictature sur le pays. Nouveau dilemme alors (que l'on peut rapprocher à celui du film Hero): peut-on accepter un tel régime s'il est mit en place "pour le bien de tout un peuple" ?

Le présent dessin illustre l'acte fondateur, celui de la prise de décision d'Alice de provoquer une guerre civile dans son pays. Après le meurtre d'une prostituée par la Mafia qu'elle n'a pas eu le temps d'empêcher, celle-ci va alors libérer ses pouvoirs maléfiques contre les tueurs... Le dessin n'est pas "complet" dans le sens où il ne montre pas Alice à genoux au sol, dans une position d'apparente soumission pour l'assassin qui est derrière elle, alors qu'elle laisse éclater sa rage...

J'ai réutilisé la technique de peinture de Lady A. afin de la conserver et de m'améliorer avec. J'ai manipulé une nouvelle fois l'aquarelle mais, là où le dessin précédent était une technique de coloration normale / précise, ici c'est déjà un peu plus grossier dans l'ensemble. En fait c'est en raison de l'effet d'obscurité ambiant que je voulais donner...

L'image devait avoir une résonance très "comic-book" dans l'esprit, et baigner dans le noir (synonyme de la nuit et du vampirisme), cachant pratiquement complètement le visage d'Alice à l'exception de ses yeux. Au-dessus d'elle je voulais un éclairage "naturel" rouge, rappel au carnage et au sang commis par le tueur qui braque son arme sur elle...



Si l'effet est grossier car appliqué par grosses couches, j'ai toutefois essayé de créer un effet "test de Rorschach" (une marque d'encre symétrique sur deux feuilles de papier) que j'ai ensuite modifié afin de donner à l'ensemble un aspect de crâne. Un symbole évoquant bien entendu la Mort, mais surtout le personnage du Punisher, dont la version sérieuse de Garth Ennis est assez semblable dans l'esprit.

Amusant de constater que le Punisher fut d'ailleurs une énorme source d'inspiration pour le personnage de Natasha d'Ambre et de sa deuxième personnalité, "Black", sorte d'entité surnaturelle engendrée par la Mort elle-même. Mère et fille se ressemblent beaucoup plus qu'elles ne le pensent, finalement...


mercredi 8 avril 2009

Gypsy Witch – Time to Say Goodbye

Un dessin d'Alice et d'Oberon, lors de leur dernière rencontre. Sur la tombe de "Rebecca", ils se disent adieu et cessent d'être le couple qu'ils formaient des années en arrière, chacun devant suivre un chemin différent. Le destin d'Alice est de s'occuper de leur fille Natasha, celui d'Oberon de disparaître pour la troisième fois...

J'avais de grand espoir sur ce dessin en commençant avec Oberon, plutôt pas mal de tête et malgré les disproportions et erreurs de perspectives avec le reste de son corps. Son visage exprimait une émotion difficile à identifier convenant parfaitement à cette scène d'adieu. J'ai malheureusement très vite déchanté avec le reste. Dès lors que je me suis mis à tracer la pierre tombale, j'ai su que je n'allais rien réussir d'autre.
Passons la tombe, qui ne ressemble à rien, Alice est franchement raté. Plus petite qu'Oberon, je n'ai pas réussie à faire rencontrer son regard avec celui de son ancien compagnon. Son corps est longiforme et complètement disproportionné et sa tenue a été improvisé à partir de son ancien accoutrement (voir ici). On distingue la jupe fendue habituelle, le foulard et les New Rocks, mais son mini top est nouveau et elle possède des gants comme ceux de Tao. Sa chevelure, comme souvent, est ignoble.

Tout comme le dessin d'Alice, la coloration est très grossière. C'est parce que je n'ai plus perdu de temps à m'appliquer dès que j'ai fais le visage d'Alice, réalisant que le reste ne serait pas terrible au final. Mon matériel à pas cher rend l'âme au fur et à mesure que je dessine, ce qui ne me facilite pas la tâche cependant.
Je trouve que la scène manque de détail. Du vent, une pluie de feuilles ou de fleurs, quelque chose pour mettre en scène... La main d'Alice devait être posé sur le cœur d'Oberon en un geste intime mais je suis allé trop vite et on dirait plus qu'elle lui tapote le bras. Elle-même ne témoigne pas la mélancolie qu'elle ressent, de toute façon.
En plus il manque le bouquet de fleurs sur la tombe. C'est volontaire puisque je me suis dis que je n'y arriverai jamais...


Gypsy Witch – Mother and Daughter


La réunification d'Alice et Natasha, probablement peu après la lecture de la lettre de l'Ambrienne. J'ai fais le dessin bien plus grand que je le désirai, ce qui ne pose aucun problème en soit, mais ça aurait pu: que ce soit pour les détails ou la coloration, je maitrise mal les grandes surfaces.

Je voulais quelque chose de mignon, je crois que c'est pas mal réussi. A l'origine je voulais faire une Natasha en pleure, mais dès que j'ai commencé à tracer ses yeux j'ai abandonné l'idée par peur de mal faire. Sa bouche devait également être caché par le bras d'Alice et du coup son expression me paraît assez étrange. Mais ça reste quand même dans l'esprit que je voulais donc pas de soucis.

Globalement, je le trouve plutôt bien fait celui-ci. Alice est bien faite, en robe orientale et enlaçant son enfant. La position de sa jambe est bizarre car je ne savais pas trop comment les placer et que la jupe fendue n'a pas aidé. Un autre "défaut" est le détail de sa coiffure gâché par la couleur. Sur la droite, elle possède une natte épaisse qui lui tombe sur l'épaule, mais les traits disparaissent sous le crayon de couleur noir et ce n'est donc pas très visible. Dommage.

Natasha semble peut-être un peu trop adolescente, alors que nous sommes à une partie de sa vie où elle est une vraie femme. En fait, elle ressemble à la toute jeune Natasha du début de ses histoires, l'adolescente. Mais bon, ça rappel le côté "enfant" du personnage qui se laisse aller contre sa mère. Elle est vêtue comme à son habitude de vêtements noirs et moulant, pratique pour le combat, mais j'ai été incapable de lui faire ses New Rock. Ses cheveux disparaissent un peu dans la coloration de son débardeur, mais ce n'est pas très important.

Quoiqu'il en soit je les trouve très belles toutes les deux et leur petit moment ensemble est adorable.

lundi 6 avril 2009

[NOTES DE TEXTE] Journal de Natasha: Lettre ouverte

Notes de Texte


Un tout petit texte totalement improvisé à-même le blog, écrit sous l'influence de la portion d'histoire révélant le lien de parenté entre Alice et Natasha, développée il y a peu via deux petits dessins (ici et ). L'idée était d'écrire le point de vue de Natasha après avoir appris que la sorcière est sa mère. A partir de là, plusieurs possibilités de sont offertes à moi et le texte aurait pu être très différent. Par exemple, ma toute première idée était de nommer l'histoire Mother's Day (la fête des mères) et de montrer l'Ambrienne parvenir jusqu'à sa mère pour lui offrir une invitation à la rejoindre comme cadeau...

Dans tous les cas cependant demeurait cette idée que Natasha ait besoin d'un peu de temps pour se remettre de la nouvelle, partagée entre la joie et la rancœur. L'absence de véritable interaction entre les personnages était également prévu, du fait que je ne sais pas encore comment Alice va expliquer la vérité à Natasha ni dans quelle condition. Dans le doute, j'ai éludé autant que possible et n'ai fait que des références volontairement floues, qui pourront correspondre à tous types de situations.

Le rendu est un peu bizarre et l'idée d'une page de journal intime était ce qu'il y avait de mieux pour justifier tout ça. Il s'agit d'une simple note de la narratrice pour elle-même, et le fait que ses paroles ne soient pas tout à fait claires ne pose donc aucun problème. De plus cela permettait ensuite de finir sur une lettre ouverte, porteuse d'espoir et reflétant le désir réel du personnage.

Dans l'idée, Natasha va volontairement laisser trainer cette page de journal afin qu'elle soit lu par Alice. Une manière d'être sûre de faire passer le message. Un peu lâche, mais très pratique au vu de la situation. Natasha a toujours été une fille ayant beaucoup de difficultés à exprimer ses sentiments, et en proie à des émotions contradictoires. Quand bien même elle est désormais mère, et qu'elle est une combattante aguerrie ayant vécue bon nombre d'aventures, elle n'en reste pas moins une enfant dès que le sujet touche à ses parents.

Orpheline, elle a réussie à dépasser ses doutes et ses peurs pour continuer à vivre mais ne peut réagir parfaitement. Elle demeure une personne troublée et fragile, socialement maladroite et très timide. Son comportement explique ainsi parfaitement ses pensées chaotiques à travers son journal, et la conclusion sur son désire le plus profond qui est de connaître cette femme qui est sa mère. D'autant plus qu'Alice n'est pas une mauvaise personne et qu'elle aurait été parfaite pour élever Natasha si l'Histoire avait été différente.

Maintenant il faut leur laisser un peu de temps pour s'apprivoiser. En tant qu'auteur, je ne sais pas moi-même comment la situation va évoluer, mais connaissant par cœur ces deux femmes, je ne peux qu'avoir confiance en elles. Nul doute qu'elles se trouveront le moment venu...

dimanche 5 avril 2009

Journal de Natasha: Lettre ouverte

 JOURNAL DE NATASHA
Lettre ouverte

 

Une partie de moi voudrait la détester pour ce qu'elle a fait. Pour être partie, pour m'avoir abandonnée. Pour avoir su ce qui allait se passer avant même le jour de ma naissance, mais d'avoir quand même laissé les choses se faire... Pour avoir trahi papa, nous avoir caché son existence à lui et à moi. Et pourtant, quand mes yeux se pose sur elle, je n'y arrive pas. Je ne vois en elle qu'une jeune femme semblable à moi, physiquement, moralement... Une jeune femme triste et tout aussi apeurée que moi.

Incapable de la détester, je me demande encore parfois si je suis incapable de l'aimer. Ma mère. Je n'arrive même pas à l'appeler comme ça. Pour moi, elle reste Alice. La sorcière. Celle qui m'a fait découvrir l'existence de Moe, celle qui fut une amie. Regarder vers le passé après ça devient difficile... Je ne sais pas si je pourrais supporter sa présence maintenant.

Cette femme incroyable, si puissante mais en même temps si vulnérable, avec qui j'ai ri, avec qui j'ai eu de la peine.

Une partie de moi voudrait la gifler, lui crier dessus. Mais j'en suis totalement incapable et je tremble comme une feuille quand je la vois. Et mon cœur cogne comme pour me forcer à aller la voir et me serrer contre elle. Ce dont j'ai toujours rêvé... Ce dont elle m'a privée... Et pourtant. Il suffit de se mettre à sa place pour comprendre qu'elle fait le bon choix, et que je suis une égoïste.

C'est elle qui s'est sacrifiée. Elle qui a renoncée à connaître le bonheur pour que je puisse exister telle que je le suis. Avoir connu Vincent, avoir Cynthia. Être libre et forte, heureuse. La partie de moi qui veut lui attribuer mes malheurs, la responsabilité d'avoir été brisée, elle finit par s'abaisser face à cette réalité. Alice a fait ce qu'elle avait à faire. Ni plus ni moins.

Après ça, forcément, faire le point devient pénible. On ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé, ou comme si on acceptait parfaitement la situation. J'ai connu cela avec Cynthia, mais j'ai pu sauver les meubles. Pour elle et moi cependant, c'est impossible. Je ne suis plus une enfant, et elle est encore trop jeune. Lorsque je lui fais face, ce n'est pas de la joie que je ressens, mais du regret. Alice a traversé des épreuves, a endurée des blessures et des tourments, juste pour que je puisse venir au monde.

Pourquoi ne pouvons nous pas trouver un peu de paix, et de réconfort ?

---

J'écris ce texte pour cette femme que j'ai toujours attendu, celle qui a hantée mes rêves durant toute ma vie. Ma mère.

Je n'ai jamais eu de cesse de penser à toi et d'espérer qu'un jour tu arrives vers moi. Que tu me délivres et que tu m'aimes. A cette époque, je ne voulais même pas d'excuse. Juste toi. Je te voyais plus belle que toutes les autres femmes, même si ton visage était flou. Je te voyais avec ta gentillesse et ce sourire qui était ma seule source de réconfort quand je me sentais mal.

Les années passant, je ne t'ai jamais oubliée. Tu as toujours été dans un coin de ma tête, et même s'il m'est arrivé de te haïr et de t'en vouloir pour ne jamais t'avoir connu, ça n'a jamais duré bien longtemps. La vérité, c'est que je t'aimais, même si tu avais pu être un monstre. Parce que tu étais ma mère.

Lorsque j'ai connu papa, je t'ai aimée encore plus. Parce que jamais je ne pourrais te rencontrer, et que lorsqu'il parlais de toi, je savais que vous vous étiez aimés. Que vous m'aviez désiré.

Aujourd'hui, je te découvre enfin. Je connais toute l'histoire et je sais ce que tu ressens.

De toute les femmes qui ont existé, je n'aurais jamais pensée un seul instant que ça serait toi. Toi qui a croisé ma route quelques fois, que j'ai appréciée et qui m'a même donné une deuxième fille. J'avais plus que de l'estime pour toi, tu étais une amie et quelqu'un que j'admirais. Mais pas un seul instant je n'aurai vu en toi une mère.

Mon cœur me fait mal. Parce que je ne sais pas comment réagir même si tout est pourtant si évident. Tu n'as commis aucune faute. Et à ta place, j'aurais pris exactement la même décision que toi. Je devrais te remercier Alice. Tu m'as permis d'avoir aujourd'hui le bonheur que je n'aurais jamais pu avoir autrement. Mais les mots ne sortent pas. Je n'arrive pas à dire "maman", je n'arrive pas à dire "je t'aime". Tu n'es ni une inconnue que je peux ignorer, ni la déesse de mes rêves d'enfant.

Tu n'es qu'une jeune femme comme moi, perdue et terrifiée. Incapable de réaliser la vérité.

Tu dois penser que je ne veux pas te voir, ou qu'il me faut du temps pour digérer. C'est peut-être vrai, mais crois moi si je te dis que mon vœu le plus cher en cet instant, c'est de te serrer dans mes bras et de te dire... Ces mots que je n'arrive pas à prononcer.

Je veux pleurer dans tes bras, je veux dormir dans tes bras. Je veux te rassurer et te consoler, te dire à quelle point ton histoire me touche. Je veux te connaître, Alice. Et je ne veux pas que tu disparaisses. Pas maintenant.

J'ai besoin de toi... Mais je n'arrive pas à t'approcher.

C'est égoïste de ma part, parce que c'est toi qui a fait le premier pas. Mais je te le demande, je t'en supplie...

Alice, viens vers moi... Ne me laisse pas te repousser si je le fais, ne te sens pas détestée si je suis en colère. Ne m'écoute pas et serre moi dans tes bras... Dis moi que je suis ta fille et que tu m'as voulu avec papa. Que je suis née parce que tu l'a réellement souhaitée et pas uniquement parce que "ça devait être fait".

Dis moi que tu m'aimes, s'il te plaît... Et que je ne suis pas une déception...

Parce que, j'en ai besoin... J'ai besoin de toi..

 
je t'aime

maman

samedi 4 avril 2009

Gypsy Witch – Honneur et Respect

La même chose que Le Dernier Hommage d'Oberon mais sous un autre angle. Un dessin beaucoup plus facile à faire du coup, puisque la tombe se limite à une vue de dos tandis que Oberon  (toujours basé sur Big Boss) est de face comme son modèle. Et donc pas de perspective à faire. Bien sûr comme ça, le dessin manque de 3D, mais bon... Demain je dois partir à un mariage, je n'ai encore rien mangé et j'ai passé ma journée à courir dans tous les sens...

Éventuellement, on peut ranger celui-ci chronologiquement avant son prédécesseur pour ne pas montrer les fleurs qui sont déjà sur la tombe, en un effet un peu cinématographique / BD. Le visage d'Oberon n'est pas terrible et c'est la première fois que je dois simuler une barbe, ce qui n'est vraiment pas facile. Cependant il n'est pas trop défiguré je trouve, ça passe encore. Son costume est passable en raison de mes crayons de couleur qui sont d'une qualité affreuse, et mon stylo bille commence aussi à rendre l’âme.

Bref entre la fatigue, l'énervement, l'urgence et les outils pourris, ce dessin est pas si mal finalement, malgré les disproportions. Mais question originalité bien sûr là, c'est vraiment le fond du panier puisqu'il n'y a aucune différence avec le premier de la série...


jeudi 2 avril 2009

Gypsy Witch – Le Dernier Hommage d'Oberon


Un dessin illustrant une scène construite à la vision du magnifique épilogue de Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots, le fameux débriefing mettant en scène Snake et son "père", intitulé Naked Son. Ce passage très touchant, signant la fin de "l'ère des serpents", évoquait de nombreux aspects d'un de mes anciens textes, écrit il y a longtemps, sur le personnage de Natasha d'Ambre ainsi qu'une relation établie entre Alice et un autre personnage, le Roi Oberon...

Naked Son se déroule dans un cimetière ressemblant énormément à celui où commence le tout premier écrit sur Natasha. Le même endroit, face à une tombe pratiquement identique. Dans ce décors, une orpheline rend un hommage à la mère qu'elle n'a jamais connu, qu'elle vient tout juste de découvrir. Alors arrive un homme, celui qui pensait être le seul à venir fleurir cette tombe. Il est Oberon, Roi d'Ambre, venu comme tous les ans présenter ses hommages à sa femme décédée...



L'histoire de Natasha débute sur cette rencontre. Elle découvre ses parents, devient une Princesse d'Ambre, et s'ensuit toute une série d'aventure qui n'évoquèrent
plus jamais le personnage de la mère. Bien plus tard, vient le personnage d'Alice Cooper. Née bien après Natasha, celle-ci est une jeune sorcière établissant d'énorme point commun avec l'Ambrienne cependant. Un amour pour la danse, un physique semblable, des yeux incroyables et quantité de combats contre des monstruosités venus d'autres mondes...

Dans l'histoire que l'on connaît, Alice utilise sa machine à voyager dans le temps. Célibataire un très long moment, sa vie va pourtant changer le jour où elle rencontrera un homme étrange. Voyageur également, cachant comme elle bon nombre de secret et utilisant un faux nom pour se cacher... Une relation amoureuse va progressivement attacher la Sorcière au Roi. Des points communs, la puissance et la capacité de changer les mondes... Et des ennuis qu'ils laissent derrière eux.

La suite est évidente, un enfant va naître de leur union. Mais peu avant que la femme n'accouche, le passé refait surface... La mère Alice va sauver son enfant en utilisant ses dernières forces pour la mettre au monde. Ses blessures l'épuiseront et elle décèdera peu après. Oberon va alors quitter ce monde pour protéger cette fille qu'il ne connaîtra pas avant une vingtaine d'année...

Mais Alice n'est t-elle pas immortelle ? Puissante sorcière des mondes, chargée d'en surveiller l'équilibre, descendante de Dracula lui-même et capable de devenir vampire ou hybride ? Loup-garou, scientifique experte en génétique et haute technologie... Et surtout, Alice ne connaît-elle pas le passé, le présent et l'avenir ? Sachant depuis longtemps qu'elle aura une fille dont elle ne partagera pas la vie, au risque d'un paradoxe temporel, Alice partira aussi, laissant sa fille, Natasha, orpheline...

Des dizaines et des dizaines d'année plus tard... Natasha a grandit, connaît son identité et est devenue mère à son tour. Oberon a vieilli et se fait passer pour mort une nouvelle fois, vivant dans le secret. Il vient toujours fleurir la tombe de son dernier amour, même s'il n'est pas toujours seul à le faire...

La scène née de la vision de Naked Son en est la suite logique. Natasha, mère et heureuse, reviendra un jour rendre hommage à sa mère qu'elle a longtemps mise de côté durant son histoire. Oberon l'y rencontrera une nouvelle fois, comme lors de leur première rencontre, mais se cachera à sa vu. Il sera lui-même surpris par quelqu'un d'autre. Une jeune femme, la même que dans ses souvenirs et n'ayant pas changée. Elle utilise une machine pour voyager dans le temps, et après quelques temps à suivre la vie de sa fille en cachette, elle retourne à sa véritable ligne temporelle. En ce jour bien précis, où elle retrouve Oberon...

Une longue conversation va s'en suivre. Les paroles prononcée durant Naked Son, bien que narrant une histoire fondamentalement différente, s'en rapprochent pourtant énormément... C'est également la raison qui m'a fait dessiner Oberon en Big Boss. Les deux personnages ont beaucoup en commun, tant dans le physique que dans l'histoire. Après tout, Big Boss ne s'est-il pas fait passer pour-mort deux fois de suite ? Ne possède t-il pas une vie de famille très particulière, ses enfants étant des êtres supérieurs ?

Peu importe les dessous de cette scène spéciale ici, peu importe les révélations pourtant énorme. Nous avons encore beaucoup à travailler dessus. Voilà simplement Oberon, le "Big Boss", en fin de vie, venu porter un dernier hommage à sa femme avant de la quitter pour de bon... Pas de date ni d'épitaphe sur la tombe, c'est ce qu'aurait voulu Alice. Afin de rester cachée. Un simple symbole, celui de l'Ouroboros, le Recommencement. Encore un élément à rapprocher de Naked Son. Et le nom, "Rebecca". La nom de la sœur jumelle d'Alice, utilisé comme fausse identité...

De dos, Oberon est entièrement reprit à la version vieillie de Big Boss dans Metal Gear Solid. Il est raté bien sûr. Le dessin n'est pas terrible de toute façon, peu détaillé, peu précis, passablement colorié... Mais en première représentation de cette grande scène, il est très important.


mercredi 1 avril 2009

Gypsy Witch – Poisson d'Avril 09


Grossièrement il s'agit simplement du poisson mutant à trois yeux que pêche Bart Simpson près de la centrale de Springfield. On voit la bête plusieurs fois durant la série après cet épisode... Comme il est plutôt simple à dessiner je me disais qu'il ferait un bon spécimen pour ce premier Poisson d'Avril.


Le rapport avec Alice ? Ben comme on le sait, la demoiselle collectionne les bizarreries et possède une "Little Petshop of Horrors" où elle vend plusieurs créatures étranges, comprenez donc qu'elle puisse posséder en aquarium des poissons radioactifs  !


Voilà voilà. Le dessin est pas très ressemblant, je sais... Et la couleur tire plus sur le rouge que le orange parce que je me suis planté de crayon !