mercredi 27 février 2013

[Ciné] Die Hard – Belle Journée Pour Mourir


Die Hard – Belle Journée Pour Mourir
A Good Day to Die Hard (2013)
Pathé Saran, Orléans (45)



En plus d'être une mauvaise suite,  Die Hard 5
c'est aussi du marketing racoleur ET mensonger !


Et alors ces gros plans ? 
On les garde pour une édition Unrated, comme le "motherfucker" de Die Hard 4 ?


dimanche 24 février 2013

Tribal Shadow – Shooting Urbex (BTS)


Voici les Behind the Scenes d'un shooting avec la photographe Ella Kay. C'est notre première véritable collaboration avec elle depuis que nous l'avons rencontré au Palais de Tokyo, parmi les Burners de Paris, et nous avons décidé de faire quelque chose d'un peu spécial histoire de changer du cadre habituel. Nous nous sommes décidé de faire dans l'Urbex et d'organiser notre session au sanatorium abandonné de Dreux (28), qui dispose de nombreuses pièces intéressantes.
Nous voulions également apporter une touche d'agressivité dans le sujet, et plutôt que de miser pour du Post-Apocalyptique ou du Goth, nous sommes parti sur un univers entre le comic-book et les films de tueurs à gage, en ajoutant aussi bien des répliques d'armes que du cuir noir un peu partout.

Les photos que vous voyez ici ne sont PAS celles d'Ella (c'est-à-dire le véritable fruit du shooting), mais plutôt le making-of que j'ai réalisé en accompagnant. Mon rôle habituel en fait, mais puisque cette fois il n'était pas question de danse, j'ai décidé de ne pas utiliser de caméra et de me contenter de prendre quelques clichés souvenirs.
De manière amusante, plutôt que d'utiliser notre petit appareil habituel, j'ai eu l'étrange idée d'utiliser l'iPhone 3G de Lady A. et de le coupler à Instagram – je le répète, l'idée n'était pas de faire de vraies photos puisque Ella était là pour ça. Pour autant le résultat est bien plus réussi puisque j'ai pu recadrer et corriger les images sur le tas grâce à l'application.

Bref, pour du BTS j'en suis très content. Qui plus est le résultat du shooting ne sera pas visible avant quelques temps car Ella est plutôt occupée, donc ces quelques images sont les seules traces de cette session dont nous disposons pour le moment.

http://i.imgur.com/VU73XUI.jpg    http://i.imgur.com/4dJweCv.jpg    http://i.imgur.com/3SHlFQF.jpg

http://i.imgur.com/H2F0VSw.jpg    http://i.imgur.com/wjgHn0y.jpg

http://i.imgur.com/6YtC2Pd.jpg    http://i.imgur.com/WWwlmkn.jpg    http://i.imgur.com/0uVlHS9.jpg


Photos prises par moi-même.

vendredi 22 février 2013

Bellydance in Gossip Girl (2007)



Les vidéos de danse sont de retour ! Ça faisait un petit moment et le retard s'est beaucoup accumulé depuis, m'obligeant à stocker différentes œuvres en attendant. Puisque je fais un peu de ménage dans mes disques durs, c'est l'occasion de reprendre en main cette petite série en commençant par un épisode de la série Gossip Girl, sur laquelle je ne me prononcerai pas car je ne la connais pas (il faut dire aussi que ce n'est pas mon truc, mais vous vous en seriez douté).
Je dois dire que pour cette nouvelle catégorie (que j'espère tenir, car outre les vidéos en retard, je suis toujours en recherche d'images et je n'en trouve pas toujours) les choses vont probablement légèrement changer. Car depuis la dernière fois, je me suis moi-même lancé dans la danse orientale et je côtoie également les danses ATS et ITS depuis pas mal de temps. Au moins de quoi pouvoir analyser les chorégraphies des danseuses avec un œil nouveau. De ce fait, mon point de vue sur les vidéos sera sûrement plus tranché qu'auparavant, loin de la simple appréciation en tant que spectateur ignorant.
Je ne cherche pas à faire de la critique pour autant et je vais tâcher de rester sobre dans mes déclaration.

La scène de cette vidéo se déroule au cours de l'épisode 6 de la première saison de la série, lorsque des personnages se rendent à une sorte de gala d'artistes ou quelque chose du genre. Apparaît une danseuse orientale pendant quelques instants, celle-ci divertissant les invités. De la simple figuration, bien sûr, et elle demeure malheureusement en arrière-plan passé son introduction. Pas grand chose d'autre à dire puisque l'épisode se concentre sur les personnages plutôt que sur sa danse.
Question chorégraphie, on se contente d'une jolie pirouette au tout début et pour le reste il faut se contenter de quelques mouvements de hanches dans le fond de l'image. On ne profite pas vraiment du spectacle mais au moins la danseuse est agréable à regarder. Elle porte un costume sobre (ce qui nous change du clinquant-paillettes parfois trop envahissant) qui a la bonne trouvaille d'exhiber discrètement les hanches au niveau de la jupe.
Malheureusement je suis incapable de l'identifier puisqu'elle n'est pas crédité au générique. Le site IMDB note la présence de deux "ballroom dancers" et il y a des chances pour qu'il s'agisse de l'une d'elles: au choix Aryn Cole ou Karen Sieber.

mardi 19 février 2013

Burn Crew Concept – Midian

Juste quelques idées pour mon rôle éventuel dans l'association parisienne de jonglage de feu Burn Crew Concept (BCC), à laquelle j'étais inscrit à l'époque. Ma participation se résumait jusqu'ici surtout à suivre Lady A. dans ses spectacles et à faire le roadie (conducteur, porteur, gérance des costumes, sécurité incendie, caméraman, monteur, photographe, etc.) mais à un moment vint l'idée de toucher moi aussi à l'art du feu. Je voulais quelque chose de différent et d'original, et j'ai imaginé une manipulation avec des Tonfa.

Me vint alors l'idée d'un personnage Tribal, au look pouvant aller avec ma partenaire et fortement inspiré de l'univers de Nightbreed, de Clive Barker, que j'explorais profondément à l'époque. Ainsi je le nommais Midian, comme la ville secrète des monstres. Du reste, je désirais rester masqué car peu à l'aise avec mon apparence, surtout en plein spectacle, et je voulais pour cela un masque en bois. Un aspect Shaman avec plumes, bijoux (l'étrange collier autour du cou est évidemment le même que je porte sur ma tenue de Texas Ranger Steampunk) et vêtements évoquant l'Orient mystique et les tribus amérindiennes.

En terme de chorégraphie, les Tonfa auraient permis des mouvements rapide et je pensais mêler du free-style avec quelque chose de plus lent et visuel, comme des katas artistique. Bref. Ces horribles croquis ont encore une fois été effectué à la souris, sur Paint/Photofiltre, et n'existaient que pour poser à plats quelques idées avant de les oublier, sans même réfléchir à si elles étaient bonnes ou pas. Purement et simplement du brouillon, que je publie maintenant en guise d'archive et de souvenir puisqu'il n'y a plus aucune chance que je revienne dans le milieu du spectacle de feu.

http://i.imgur.com/R2ciAB8.jpg   http://i.imgur.com/hIQJQH0.jpg   http://i.imgur.com/nUHSb02.jpg 

samedi 16 février 2013

Gypsy Witch PULP – The Raft


Pas grand chose à dire sur celui-ci, il s'agit simplement d'une reprise du célèbre segment du radeau, de Creepshow 2. Le film, et la nouvelle, sont mêmes beaucoup plus graphique que ça.
Ici Alice se trouve ainsi sur le radeau en question, agressée par l'étrange flaque d'huile monstrueuse, et tente de s'en défaire avant d'être dissoute vivante. La masse visqueuse a déjà emprisonnée ses jambes et ses cheveux, et tente de l'attraper par la taille tandis que l'acidité de la créature vient de faire fondre une bretelle de son maillot de bain.


L'histoire pour celui-ci avait été développée un peu plus, l'héroïne arrivant au lac pour faire des repérages afin de vérifier l'existence de la chose. Elle croise alors un groupe d'étudiantes en pleine séance de bizutage: les nouvelles sont invitées à s'amuser au lac, devant remplir une supposée épreuve de natation. Naturellement c'est un piège et les organisatrices repartent avec leurs affaires, les coinçant sur le radeau à la nuit tombée: le groupe doit regagner la rive en nageant dans l'eau gelée. Et bien sûr, la présence du blob carnivore va poser quelques problèmes.
Alice, qui s'était glissée parmi elle un peu plus tôt en sachant qu'elle ne pourrait pas les chasser des lieux, va devoir trouver une solution pour sauver le maximum de personne sans aucun matériel.
Plusieurs scènes doivent jouer sur la notion d'éclairage à la lampe torche durant les scènes nocturnes, avec plusieurs jeux d'ombres pièges, et une séquence sous-marine montre la sorcière tenter d'atteindre le fond du lac où se trouve quelques réponses quant à la situation (le monstre possède ici une origine similaire aux horreurs de Lovecraft), nous faisant découvrir que la masse vivante peut modifier sa forme à volonté. Celle-ci se gonfle, allonge des ligaments et tente d'attraper les proies passant sous elle...