samedi 29 décembre 2007

Punisher MAX, vol.4: Mère Russie

Le nouveau Punisher vient enfin de sortir chez nous, toujours dans la violente et jusqu'au-boutiste collection Marvel MAX. Les dessins sont assurés par Dougie Braithwaite et le scénario, comme toujours, par Garth Ennis.

Cette fois il s'agit d'un crossover entre Frank Castle et une autre figure célèbre et moins super-héroïque de l'univers Marvel: le colonel Nick Fury, célèbre dirigeant du S.H.I.E.LD., pour qui Garth Ennis a déjà écris quelques aventures, elles aussi publiées chez Marvel MAX.

Fury, viré du commandement du S.H.I.E.L.D., est amer mais voit une possibilité de retrouver son bébé. Il lui faut empêcher un virus mortel d'être lâché contre les USA. Problème: l'inventeur du virus vient de mourir et a caché le virus ET l'antidote dans le corps de sa petite fille. Deuxième problème: les États-Unis souhaitent non pas empêcher la menace mais bien récupérer le virus à leur fins. Fury accepte de diriger les opérations et envoi sur place le seul homme capable de réussir cette mission: Frank Castle.

Notre Punisher, d'abord réticent, fini par se laisser embarquer dans cette aventure avec un vrai G.I. Joe dans les pattes. Le voilà donc en Russie, parti pour infiltrer un silo à missiles nucléaires afin de retrouver la fillette. Seulement voilà, la gamine n'est pas sans lui rappeler sa propre fille et le renvoyer à son image de père, depuis longtemps oubliée...

En voilà une histoire originale. Sur un début qui n'est pas sans donner un air de déjà vu (Au Commencement, deuxième épisode de la série, où Micro tentait de convaincre Castle de bosser pour l’État et assassiner des types comme Ben Laden), Ennis parle de terrorisme et de politique non plus au sujet de l'Irlande mais de la Russie. Un point de vue loin des cliché URSS / guerre froide qui fait plutôt plaisir à lire, et où les salauds sont pas toujours du côté que l'on croit. Toujours aussi violente et pleine de personnages détraqués, la BD nous donne ici un Big Jim qui se croit au top et un mongol spécialiste du kung-fu. Castle flingue et assassine à tout va mais avec cette fois un certain décalage sur la situation.


Moins froid et haineux que d'habitude, on le sent revenir sur son passé de soldat, se raccrochant sur une mission à accomplir (pas de tête de mort ni de costume noir d'ailleurs). Quant à Nick Fury, si sa présence est secondaire et ses rapports avec Castle sympathiques bien que trop brefs, il est toutefois très bien représenté et s'incorpore tout à fait dans l'univers. Enfin l'humour est toujours présent, notamment lorsque le Punisher lance un "j'ai comme une impression de déjà-vu" après s'être copieusement fait casser la gueule par un gigantesque russe.

Au final, ce que l'on retient le plus dans cet album c'est le fameux lien paternel qu'entretient Castle avec la gamine. Une humanisation du personnage qui ne plonge pas dans la mièvrerie et ne rachète pas une conduite au vigilante. Cependant le souvenir de sa fille et ses réactions face à l'enfant sont à la fois maladroites et touchantes. Ennis évoque de nouveau le massacre de sa famille et le rend toujours plus violent (on apprend ici que Castle tenta de ranger les entrailles de sa fille dans son ventre en lui chuchotant que "tout ira bien").

Mother Russia (traduit par Mère Russie chez nous) est une très bonne aventure du Punisher, et on espère qu'Ennis va poursuivre sur la lancée. 

Marvel Zombies 2 #3


Aujourd'hui sort enfin le troisième numéro (sur 5) de Marvel Zombies 2 et mon petit fournisseur adoré m'en fait aussitôt cadeau.

Bilan: un regain d'intérêt pour l'histoire un peu brouillonne de cette séquelle. Si le second numéro nous laissait un peu perplexe quant à la direction que prend l'histoire, beaucoup de choses sont ici résolues et l'inévitable bataille finale entre les zombies et les humains a belle et bien lieue, l'enjeu étant le portail dimensionnel de Reed Richards, reconstruit par Forge.

On note une mise en avant de la SF avec des zombies de plus en plus cybernétiques, renvoyant au concept d'exosquelette du Retour des Morts-Vivants 3 ou à d'autres idées farfelues de divers films (ai-je mentionné que le corps robotisé de La Guêpe est reprit de la Maria du Metropolis de Fritz Lang ?).

Le présent numéro ne lésine pas sur l'humour, qu'il soit déjà-vu (les membres arrachés des zombies, le Forge vieux et obèse – ce dont je ne me remettrai jamais je crois) ou un peu plus original (Spidey et Luke Cage s'envoyant des vannes après un combat). Et c'est là que l'adhésion du lecteur revient, car ce Marvel Zombies 2 nous renvoient aux anciens comics d'antan au détour d'une sympathique bataille entre zombies-héros à l'ancienne (le gore en plus). Très sympathique.

La conclusion reste le moment d'anthologie de ce troisième opus, avec un retour "2 en 1" d'un vieux héros (ce qui liront me comprendrons). L'idée d'un Captain America noir me fait encore bien rire. Sans parler qu'avec la mort récente du personnage, cette version zombie façon Frankenstein n'en est que plus drôle !

lundi 24 décembre 2007

Cadeaux De Noël ♥ – Sous le Sapin


Dernière entrée de cette série de dessins de Noël par Renan. Celui-ci représente justement un déballage de cadeau sous le sapin, avec Premutos et un personnage secondaire que je ne nommerai pas (encore qu'il me serait très simple de la présenter comme étant Natasha, ou alors sa fille dans un avenir éventuel). Quoiqu'il en soit, une scène amusante et totalement dans l'esprit des fêtes de fin d'année.

Merci à l'illustrateur pour la quatrième et dernière fois, et un autre remerciement encore pour avoir réalisé cette série en général !

dimanche 23 décembre 2007

Cadeaux De Noël ♥ – Suicide


Illustration commandité par Lady A. pour la série de Noël. Elle y implique Premutos et son propre personnage, C., laquelle commet une tentative de suicide en raison de ses graves problèmes de socialisation et de confiance. Je dis bien "tentative" même s'il apparaît clair que la jeune femme s'est tiré une balle dans la tête. On va dire que dans l'univers d'Ambre, les personnages sont quasiment des dieux et que ce genre de chose peut s'arranger...

Quoiqu'il en soit, très bel effet sanglant de la part de l'artiste, le résultat en jette !
Merci à lui comme d'habitude et encore bravo.


samedi 22 décembre 2007

Cadeaux De Noël ♥ – Natasha & Natasha


Superbe cadeau de Noël par Renan.

L'auteur joue les cuisiniers tandis que Natasha rencontre... Natasha !
Grand merci à l'artiste pour cette nouvelle splendide illustration.

vendredi 21 décembre 2007

Nouveau projet Raimi

La nouvelle la plus mitigée du mois est celle de la futur mise en chantier de Drag Me To Hell, le nouveau projet de Sam Raimi.

Il y a de quoi être perplexe. En effet d'un côté, plusieurs éléments donne l'impression que Drag Me To Hell sera un véritable retour au source: le script lui-même, autrefois nommé The Curse, a été écrit par Sam avec son frère Ivan à l'époque de L'Armée des Ténèbres (Evil Dead III), et Robert Tapert l'annonce comme un "Spook-a-Blast", sous-entendant un film "train fantôme" fun et effrayant à la manière du culte Evil Dead 2.

Si la présence de noms rassurants dans le projet laisse espérer le meilleur, on a quand même quelques réserves. D'une part, Tapert précise que le film ne s’appuiera pas spécialement sur la "violence excessive", ce qui tue dans l’œuf dès le départ l'idée d'un grand gore over-the-top façon Evil Dead 1 et 2. Ensuite l’œuvre sera produite sous la bannière de Ghost House Pictures, la maison de production de Sam Raimi coupable de purges immondes (les remakes The Grudge 1 et 2).

Au final on est sincèrement partagé quand à ce qui se prépare. Allons nous retrouver les vieux potes d’antan, Bruce Campbell, Rob Tapert, Sam et ses frères Ivan et Ted ? Ou bien est-ce que Drag Me To Hell va s'apparenter à de l'horreur "jeune" comme semble être le futur remake de Evil Dead ?

On reste sur nos gardes...

PS. L'intrigue n'a pas encore communiquée, on sait juste qu'il s'agit d'un "homme victime d'une malédiction qu'il aurait bien préféré évité", comme c'est sûrement le cas avec les 3/4 des malédictions...

Preview – Hellboy II: The Golden Army


Voilà, la bande-annonce est disponible depuis hier. Si l'on admire toujours la passion de Guillermo Del Toro et son véritable génie cinématographique, force est de constater que l'on a un peu peur du résultat final.
Le premier Hellboy avait été un très grand ratage traversé de scènes réussites. Ici on sent que le réalisateur a pu se débarrasser de plusieurs contraintes qui avait plombé le scénario (l'agent Myers pour que le grand public s'identifie et découvre progressivement l'univers, une Liz jeune et une amourette brouillonne avec Hellboy).
On reconnaitra l'imagerie propre au cinéaste, comme les créatures humanoïdes blanchâtre inspirée de sa version du vampire (et par ailleurs joué ici par l'acteur ayant interprété Nomak dans Blade II), les symboles anciens, la mécanique et les insectes, ainsi que le fantastique pur et dur venant contrebalancer la demi-teinte du Labyrinthe de Pan.


Reste malheureusement une bande-annonce pourrie montée sur du Rammstein (non mais quelle idée ?) et ne montrant qu'une série de séquences d'action (pour le public américain ?), le tout sous une voix off des plus ringardes ("le monde invisible va se révéler, blablabla...").
Si les CGI sont une fois de plus super raté (sincèrement, le poulpe géant c'est rigolo mais ça fait plus dessin animé que créature Cthulhuesque), il reste quand même un bestiaire très impressionnant et très jolie. Allez, c'est Del Toro qui régale, alors on va pas faire la fine bouche et on attendra de voir !


mercredi 19 décembre 2007

Cadeaux De Noël ♥ – Joyeux Noël !!!


Le cadeau de Noël de cette année, par Renan. Le première d'une petite série à venir les jours prochains, ce qui dépasse l'entendement ! Alors joyeux noël aussi à l'illustrateur et tous nos vœux pour ces fêtes de fin d'année !

Celui-ci est parfait pour un futur projet d'écriture qui nous trotte un peu dans la tête ces temps-ci. A suivre ! Le détail du pull de Freddy est impeccable, quant à l'appartement c'est tout à fait ça, pile-poil.

samedi 15 décembre 2007

Resident Evil 3, trailers officiels


Ayé il est fini, ayé est il prêt à générer un nouvel opus. Resident Evil troisième du nom, le nouveau rejeton de l'une des plus grandes horreurs cinématographiques, arrive donc sous peu au cinéma. Plus besoin de présenter l'histoire qui se passera dans le désert du Nevada, près de Las Vegas, où Alice rencontre Carlos et Claire Redefield (hmm ? ces deux là ne sont pas supposés ce connaitre ? Oui mais vous savez au point où on en est maintenant...) pour taper sur Umbrella.

Et bien aux premières images, Resident Evil: Extinction est bien tel qu'on se l'imaginait. Un gros Z très stupide et sans aucun rapport
aucun avec les jeux. Pourtant, et oui pourtant, la présence de Russell Mulcahy semble toutefois rehausser un peu le tout. Bien que le gars n'ai plus rien fait de concrètement bien depuis le visuellement sublime Razorback et le désormais légendaire Highlander (non je ne me prononcerais pas sur Stealth Assassin, parce que j'aime Dolph Lundgren et les snipers alors ça ne serait pas objectif), il garde toutefois de beaux restes.

Ainsi le côté propre du premier volet et gros nanar du second fait place à une ambiance plus proche des bis rital et possède une ambiance type Mad Max (avec d'ailleurs la présence d'un gros camion bizarrement semblable à celui que Mel Gibson conduisait dans le deuxième film, mais faisant également office de "Dead Reckoning" façon Land of the Dead) qui n'est pas pour déplaire. Cache-poussière, look desperado, gros flingues et décors désertiques. Bref, on est pas loin du western et les images de centaines de morts-vivants errant dans ce milieu est une véritable beauté visuelle.

Reste que bon... Milla est toujours la même et les extraits confirme bien tout ce que l'on pensait de la série... Oh ! Le Noir se fait bouffer par les zombies ! Oh ! Y a un Tyrant tout pas beau et partiellement humain ! Oh ! Y a encore Milla qui fait des acrobaties câblées avec les toutous contaminés ! Tout ça sans parler de l'apparition des célèbres corbeaux du jeu, références un peu trop appuyées à Hitchcock... Euh attendez... Des corbeaux... ? Dans le désert ? Non, laissez tomber, je ne cherche plus...

Reste à voir s'ils oseront maintenant faire leur 4ème épisode au Japon...


Smoooooke in the Water
A Fire in the Sky
!

(vous comprendez au tout dernier extrait)
(mais faudra voir ailleurs, car lien mort)

jeudi 13 décembre 2007

Bannière – Le Bazar du Bizarre


Voici une illustration faite par Lady A., représentant Alice et quelques objets de son Bazar du Bizarre. Il s'agit d'une bannière pour un projet de blog visant à rassembler divers objets magiques ou technologiques issu de films ou de BD, avec photos et explicatif... Un peu comme dans un véritable magasin de magie !


Fait sur fond noir, le dessin représente divers objets bigarrés de provenances diverses. Les différentes couleurs et la nature de chaque élément correspondent parfaitement à l'imagerie fantastique du magasin d'Alice, plein de choses brillantes et amusantes. Plein de magie.

Une seconde version a été faite avec un fond plus claire remplaçant le noir pour mieux faire ressortir le dessin.


Alice possède un mini top d'inspiration orientale, avec une petite perle au-dessus de son nombril, rappelant ses talents de danseuse et évoquant le mysticisme de l'Orient. Il s'agit d'une version assez antérieur du personnage puisqu'elle ne possède pas ses très longs cheveux (la bannière a été réalisé durant la période du forum Rise of MilleniuM) mais elle est parfaitement représentative de son caractère libre et plein de vie. Elle regarde avec un certain bonheur un objet qu'elle tient en main,  une opale de feu tirée de Wishmaster, soulignant bien son intérêt pour les bibelots.


En revoyant ce dessin, l'artiste a regrettée un truc dans la coloration: trop de rouge sur le visage qui donne l'impression qu'Alice est bourrée ! Il s'agissait en fait des reflets du joyau qu'elle tenait dans sa main, un peu trop appliqués au milieu de sa figure. Pas grave, c'est déjà bien sympa d'avoir fait cette illustration.

vendredi 7 décembre 2007

Red Hulk

Alors qu'en France on vient tout juste de sortir un trade paperback sur Planet Hulk, voilà que le mois dernier c'est "achevé" (car Marvel tire quand même sur la corde) World War Hulk, qui devait encore une fois "tout changer même que plus rien ne sera jamais comme avant".

Alors, ce Hulk rouge de rage devant cette silhouette indéfinie surgit-il dans les dernières pages ? Et bien en fait pas du tout ! On se fait bien avoir car notre Hulk reste vert et il faut attendre la nouvelle série, un relaunch tout simplement appelé Hulk, pour voir notre géant dans ce nouvel état.

L'histoire se déroulera donc après les évènements de WWH même si je suis incapable de dire si elle en tient réellement compte (le synopsis ne révèle rien quant aux compagnons du colosse vert). L'idée est de nous faire un Hulk encore plus méchant et plus dangereux car "un personnage important lié à la saga" viendra à mourir.

On se demande quelle idée à pu prendre les scénaristes puisque le personnage a quand même déjà perdu sa femme et (le croit-il) son fils. On suppose par ailleurs que l'enfant, vu à l'épilogue de WWH, reviendra dans l'histoire. Betty Ross étant également décédée il y a longtemps, qui reste t-il ? Pas grand monde puisqu'on annonce la présence de Iron Man, She-Hulk, Doc Samson et même le général Ross dans l'histoire... Franchement à part l'Abomination je vois pas, et vu que c'est pas sur lui que Hulk va verser une larme... Reste Sentry, mais là c'est Mission Impossible pour le tuer.

Quelques mots concernant WWH maintenant. Si la véritable série est terminée (avec sa fin ridicule qui prouve que tout ça n'aura servi à rien), Marvel continue de lancer des numéros parallèles dans d'autres séries, dont ce mois-ci un certain After Smash (référence au "Hulk smash !", phrase récurrente du personnage) qui semble régler le sort des compagnons aliens de notre héros. La preuve, dès le premier tome la mignonne jeune femme à peau rouge se fait tuer. Comme quoi ça donne pas envie de lire...

Très franchement pour ceux qui découvriront la série, restez sur la principale et évitez le reste (sauf à la rigueur le tie-in dans Punisher), car la seule chose qui nous vient en tête c'est qu'il n'y a aucun intérêt à cette intrigue vu qu'elle arrive après les évènements de Civil War, ne provoquant donc qu'une redondance (ben oui, encore une fois les super-héros sont des méchants et c'est à cause d'eux que c'est tout le temps le bordel, bouuuh !).

Marvel Comics, où quand la Boite à Idées n'a pas beaucoup d'idées...

Pendant qu'on y est...


Hulk on le connait en vert, on l'a déjà vu en gris, mais aussi chauve, calme (avec une régression en Bruce Banner lors des crises de colères) et dernièrement en gladiateur et roi extraterrestre. Merci mon cœur pour cette nouvelle variation du personnage !

samedi 1 décembre 2007

Hack/Slash #6

Tout frais de ce matin, le nouveau numéro de Hack/Slash dans sa déclinaison série vient de m'être offert par mon cher et généreux Fournisseur. Une attention qui fait chaud au cœur.

Un visuel très étrange que la couverture de celui-ci, puisque le graphisme est une parodie ouverte des Archie Comics, une BD très éloignés des comics de super-héros (quoiqu'un crossover avec le Punisher existe, et le personnage y été très bien respecté malgré l'hallucination totale du scénario). La trouvaille de ce 6ème opus, en effet, est de plonger Cassie et Vlad dans un univers très éloigné du leur !

Ainsi après des premières pages dites "habituelles", avec un dessin normal, nos deux compères atterrissent dans une petite ville qui leur paraît très "étrange". Un monde où tout est beau, tout est gentil... Mais où se cache pourtant Father Wrath, le tueur Chrétien déjà vu dans Girls Gone Dead (La Main du Saigneur, chez nous, dans le seul double-numéro édité à ce jour chez Wetta). Une idée complètement dingue que de nous inclure un tueur de "pécheurs" dans un monde où tout est comme Disney...


Au final beaucoup d'humour, notamment avec Vlad qui commence à être stressé par les tenues de Cassie maintenant qu'il n'est plus puceau. Un épisode très différent de ce à quoi on pourrait s'attendre (surtout vu le cliffhanger du numéro précédent) mais qui prouve que la série arrive à évoluer et se renouveler en très peu de temps, là où toutes d'autres stagnent dans le train-train habituel. Bravo !


Freddy vs. Jason vs. Ash #2

Sorti hier, mon Fournisseur préféré vient de me remettre ce tant attendu deuxième numéro du big crossover, et enfin les choses avancent un peu.

Au programme, un Ash fidèle à lui-même qui drague comme un gros loser dès son arrivée et se fait immédiatement suspecter par la police dès les premiers meurtres par Jason. Notre "héros" se met à déblatérer toutes ses affaires avec les Deadites et le Necronomicon pour se faire taxer de fou par les jeunots, mais se trouve quand même quelqu'un pour croire à ses histoires. Allez comprendre... Et je vous épargne certaines de ses répliques, tout bonnement incroyable (genre: "There are things your testicle-sized brains can't even comprehend", ou encore ce "(...) ancient Kandarian demons that want to turn you inside out and wear your flesh like a full-body condom.").

Jason quant à lui se fait narguer par Freddy pour l'obliger à tuer, puis il massacre la bande de jeunes habituelles, cette fois carrément venu squatter sa propre maison ! Fallait le faire, et du coup le gros père s'énerve grave, allant jusqu'à couper en deux une pauvre jeune femme avec ses mains nues.

Freddy, toujours en retrait pour le moment, va carrément se la jouer gentil papa en prenant bébé Jason sur ses genoux pour lui lire une histoire... Avec le Necronomicon !


Notre histoire s'achève avec le début de la confrontation Jason / Ash, ce dernier lui envoyant quand même une décharge de son Boomstick pour commencer les hostilités... Au final on a une impression d'un démarrage quand même assez longuet mais les personnages sont parfaitement respectés. Reste un graphisme moyen, parfois très limite sur certains visages humains (celui de Ash notamment), mais avec quand même de bonnes images (Freddy qui ressemble vraiment à Robert Englund).

Bon les comics c'est bien, mais c'est vachement trop court ! Au mois prochain pour un affrontement sûrement dantesque !


Marvel Zombies 2 #2

Mon gentil Fournisseur m'a offert ce deuxième numéro de la suite des Marvel Zombies, sorti hier.

Marvel Zombies 2, on est un peu sceptique maintenant, concernant la direction que prend le scénario. Une fois la Terre dévastée et avec la faible population encore présente, on sait pertinemment que l'on aura plus jamais de séquence aussi dingue que celle du premier opus ou du crossover avec Ash des Evil Dead. Ainsi on tente de faire évoluer nos zombies-Galactus ainsi qu'instaurer un certains climats de tension chez les humains, avec ces différents groupes tous opposés et cette lutte de pouvoir.

Quelque part on pourrait presque rapprocher Marvel Zombies 2 d'un Jour des Morts-Vivants de part son approche, le génie de Romero en moins bien entendu. Alors du coup l'histoire en prend un petit coup dans le nez: d'un côté on voit nos zombies rigolo se foutre encore une fois sur la tronche (Parker décide de garder son côté "humain" de peur de se voir devenir un monstre sans pitié alors que Giant-Man, au contraire, veut absolument bouffer tout ce qui bouge), tandis que le climat hostile sur Terre prend des allures telles qu'on se demande où les scénaristes vont nous emmener.

Car on se rend compte que l'on suit beaucoup plus les humains que les zombies, jusqu'à ce que ceux-ci finissent par débarquer, comme par magie. Retour aux luttes entre super-morts-vivants quand même et on espère que le prochain numéro va être un peu plus dynamique !

mardi 27 novembre 2007

Freddy vs. Jason vs. Ash #1


Bon ça y est, le fantasme c'est réalisé le premier de ce mois-ci et j'ai eu l'honneur d'avoir été servi le plus tôt possible ! Alors qu'en est-il de ce premier numéro ?

Et bien ni chef d’œuvre ni déception pour l'instant puisque celui-ci fait office de prologue à l'histoire: comprendre par là qu'il ne se passe presque RIEN ! Les bases sont posées. Quatre ans après les évènements de Freddy vs. Jason, Laurie et Will retournent à Crystal Lake car la demoiselle est persuadée que Freddy n'est pas mort...

Allez tant pis pour les SPOILERS ! Tandis que l'ennuyeux couple qui nous avait gâché le film se balade, une voix off fait la narration et on la reconnait tout de suite: c'est celle Ash. Et celui-ci, de ses propres mots, est "désolé pour eux mais il n'y a qu'UN Élu, et c'est moi". Comprendre: si vous n'êtes pas Ash, vous ne survivrez pas ! Et BLAM ! Arrive Jason qui explose les jeunes en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Et avec classe s'il vous plaît (après une chute qui lui brise la nuque, il expédie Laurie d'un coup de machette dans la tronche avant de se remettre la tête en place).


La suite pose l'intrigue: Crystal Lake change son nom en Forest Green (les fans comprendront) et a même été jusqu'à installer un grand S-Mart (magasin de Ash dans L'Armée des Ténèbres) pour attirer du monde. Devant une telle responsabilité, le patron décide d'engager l'employé modèle pour apprendre aux jeunes recrues le sens du mot "travail". Et celui-ci, vous l'aurez compris, c'est Ash. La dernière planche le montre arriver en ville, observé au loin par Jason...


Bon, Jason verse le premier sang et Ash se fait désirer. Et Freddy dans tout ça ? Et bien lui, il tire les ficelle et nous offre la scène la plus dégueu du numéro: prisonnier dans l'esprit de Jason, il le manipule une nouvelle fois en se faisant passer pour... L'amant de madame Voorhees ! Jason le surprend au lit mais sa "mère" le tempère avant de lui demander de récupérer le Necronomicon présent dans leur demeure familiale (pour ceux qui n'auraient pas suivi Jason va en Enfer, le réalisateur avait placé cet objet issu de Evil Dead en petit clin d’œil). Freddy espère ainsi utiliser le livre pour augmenter ses pouvoirs.

Maintenant que le strict nécessaire a été dit, on attend la confrontation ! La fin du mois est proche, donc très vite la suite ! Groovy !



Freddy vs Jason vs Ash, projet longtemps fantasmé par les fans, 
la preuve ce fake qui en aura excité plus d'un lors de son apparition.

samedi 24 novembre 2007

Forum Sous-Culture – Motor Killer


Juste une étrange trouvaille sur le forum Sous-Culture, dont je ne connais rien: une citation de ma chronique de Motor Killer, publiée sur le site Nanarland. C'est le hasard de recherches qui m'y a mené, et j'avoue ne pas avoir bien compris le Sujet (compilation de phrases amusantes glanées ici et là ?), en tout cas ce fut une sacrée surprise. Au moins des gens lisent mes articles !

dimanche 18 novembre 2007

Gypsy Witch – Born 1984


Voici une petite illustration (la dernière en noir et blanc, juste avant que je n'utilise les crayons de couleurs) sans véritable sens. Il s'agit d'une reprise de l'affiche du film culte Class 1984 où Alice apparaît ici dans la position et la tenue de la jeune femme du gang.
L'idée vient du fait que je suis justement né en 1984 et que cette date de naissance a officiellement été donnée à Alice. Elle fut ainsi mise au monde au moment du film, et l'idée de détourner l'affiche paraissait amusante. J'ai donc d'abord dessiné le personnage tel qu'est représenté sur l'affiche, puis j'ai réutilisé la typographie du titre en la modifiant en Born 1984. Un autre lien avec le film est bien sûr la participation d'Alice Cooper (le vrai) à la BO avec l'excellente "I am the Future". Un titre qui fait écho à une des répliques du film et ici reprise en tagline pour l'illustration.

Il y a une légère modification avec le modèle du dessin. Premièrement la tenue a été rendue un brin plus "sexy" en supprimant le côté eighties de la coupe de la robe, qui dévoile le ventre au-dessus du nombril, et en lui donnant un aspect plus moderne en laissant ce dernier apparent.
Alice possédant des cheveux noirs, elle se retrouve ici avec une mèche blanche dans les cheveux, un peu à la façon de la Malicia des X-Men, plutôt qu'une couleur foncée qui ne se serait probablement pas vu (bien sûr le dessin est en noir est blanc mais c'est une simple question de logique).
Concernant l'utilisation de cette illustration autrement que comme d'un simple dessin, ça parait par contre un peu compliqué ici. Il n'y a rien à exploiter et il est donc quasiment impossible de l'insérer dans une chronologie. Il a cependant été utilisé dans le cycle Brave New World où Alice découvre des styles culturels plutôt différents de celui de son enfance (ici un côté très punk).


vendredi 16 novembre 2007

[FRAGMENTS] Gypsy Witch – Le Sang et le Chaos

LE SANG ET LE CHAOS


     Jade avait attendu des jours, des semaines, des mois même. Ses appels étaient rejetés, ses mails n'avaient pas de réponses et lorsqu'elle se rendait devant la maison, on ne lui ouvrait même pas. Jusqu'ici elle n'avait rien dit, pas osée forcer les choses, mais là c'était plus fort qu'elle. De plus elle avait un atout dans sa manche afin d'obtenir ce qu'elle voulait, et un atout de taille. Un atout nommé Logrus.
    Se concentrant, il ne lui fallu pas longtemps pour sentir la présence d'Alice à travers Ombre. La reliant avec un fils, elle usa de son pouvoir pour la ramener à elle. Le procédé allait probablement la secouer un peu mais ça serait l'occasion pour l'empêcher de se défiler. Les rares fois où elles s'étaient revues, Alice se faisait fuyante. Maintenant, elle ne pourrait pas aller bien loin et Jade comptait bien avoir ses explications.
    Devant elle se forma peu à peu une silhouette: Alice. Dans une seconde ou deux elle serait là, et Jade avançait déjà vers elle pour se préparer à la confrontation. Elle se figea immédiatement à la vue de son amie. Celle-ci était couverte de sang, ses vêtements étaient en pièces et son corps présentait la trace de multiples blessures pour la plupart aggravées. Mais la chose que Jade remarqua plus que tout était les deux canines proéminentes qui saillait de la bouche de la jeune femme. Des crocs aussi long que ceux de son père, qui lui n'était pas humain. Des crocs de vampires.
    Le regard affolé, Alice resta un instant immobile, tâchant de comprendre ce qui se passait et où elle se trouvait. Jade comprit qu'elle l'avait récupérée alors qu'elle devait être au beau milieu d'un combat, toutes dents dehors pour... Boire... Leurs yeux se croisèrent enfin et ni l'une ni l'autre n'osa agir en première. Alice vit la stupeur sur le visage de son amie et celle-ci lu la terreur dans les yeux de la vampire.
– ... Alice ?
La jeune femme prit la fuite instantanément sans même savoir où elle se dirigeait. Traversant des dizaines de pièces avec Jade sur les talons, elle aspergeait le sol de son sang et perdait ses forces. Elle n'avait pas bu de sang depuis des semaines et se trouvait dans un grand état de faiblesse. C'est presque en frénésie que Jade l'avait retrouvée, et Alice venait de réaliser que si elle n'avait pas réussie à garder le contrôle, elle se serait jetée sur elle. Cette idée lui restait en tête et il lui fallait fuir pour ne pas risquer de faire du mal à Jade.
    Elle trébucha plusieurs fois et ne se rattrapa que de justesse, continuant de courir. La voix de son amie était si proche que plus d'une fois elle faillit abandonner et se laisser aller à s'écrouler pour reprendre son souffle. C'était si difficile... Mu par la seule force de sa panique, elle était au bord de l'évanouissement. Et lorsqu'elle se retrouva piégée dans une salle sans issue, acculée au fond de la pièce, elle se sentit perdre pied.
    L'idée de faire demi-tour lui vint à l'esprit mais au moment même où elle se retourna, Jade lui fait face. Sursautant, la jeune femme manqua de tomber à la renverse. Elle resta paralysée l'instant d'après.

    Jade courra après Alice sans même penser à utiliser ses dons métamorphes. Elle n'était qu'une simple humaine ordinaire concernant son physique, et elle n'aurait aucun mal à la rattraper après une ou deux foulées. C'était du moins ce qu'elle pensait jusqu'à ce qu'elle ne la perde de vue après quelques détours. Depuis quand Alice était-elle aussi sportive qu'elle ? Il lui fallu la suivre à la trace et, ce faisant, elle se posa de nouvelles questions. Depuis quand Alice pouvait-elle la semer tout en perdant autant de sang ? L'hémorragie était loin d'être légère et l'endurance nécessaire pour exercer un effort physique aussi important dans cet état était très probablement au-dessus des possibilités humaines.
– Alice !
Elle commençait à s'inquiéter de la tournure que prenaient les évènements, mais heureusement Alice restait une Ombrienne. Elle la retrouva un peu plus loin, complètement apeurée, tremblante. Levant les mains pour lui montrer qu'elle n'avait aucune mauvaise intention envers elle, Jade se permit d'avancer de quelques pas. Alice recula en même temps.
– Alice...
– Va t-en !
– Alice tu as besoin d'aide...
– Dégage !!


(...)

Texte inachevé, à peine débuter à vrai dire. Il s'agissait juste d'une tentative de mettre en place quelques éléments pour un nouveau cycle / jeu de rôles à venir. Quelques notes de textes sur le sujet sont trouvables ici.

samedi 3 novembre 2007

Cannibal Rouennais Holocaust


C'est avec la présence de notre adorable Sara, à Rouen, que nous avons passé une petite soirée vidéo, prélude à de nouveaux rendez-vous. Le prochain se déroulera la semaine prochaine, avec une sélection de trois films, mais pour celle-ci ce fut un seul et unique film coup de poing qui fut visionné. Le bien nommé Cannibal Holocaust.

La soirée en elle-même aura été remise au lendemain dans le courant de la journée, suite à plusieurs heures de route assez fatigante. Au programme, un réveil agréable avec petit déjeuner fourni (merci Sara !), puis petites courses en prévision de la séance: pizza chorizo sur les genoux, mousses au chocolat en désert, le tout devant la télévision.

Cannibal Holocaust, le chef d’œuvre de Ruggero Deodato (et son second film de cannibale après Dernier Monde Cannibal), souffre encore aujourd'hui d'une réputation de snuff movie. Réhabilitons: non, les personnes tuées dans le film ne sont pas mortes pour de vrai, il ne s'agit que de cinéma ! En revanche, les animaux ont véritablement été massacré et ces images sont absolument insoutenables (sauf pour les pervers). De même, les quelques images de guerres civiles africaines diffusées sont de véritables reportages où les exécutions où réellement eu lieu.

La scène de l'empalement aura évidemment fait parler d'elle et Deodato aura fait quelques jours de prisons car on pensait qu'une indigène avec réellement été mise à mort. C'est dans son dos que les producteurs auraient rajoutés les scènes de massacres d'animaux afin de donner un impact plus grand au film qui n'en avait franchement pas besoin.

Grosse critique des médias qui veulent diffuser des images sans cesse plus choc, Cannibal Holocaust est également le précurseur du Projet Blair Witch (caméra épaule dans la forêt, final complètement hystérique filmé par les protagonistes avant leur mort), mais en bien mieux réalisé. Avec ses faux problèmes de tournages (pellicules abîmes, diaphragme obstrué), Deodato renforce l'impression de réalisme et créé un véritable malaise.

L'année d'après, Umberto Lenzi surf sur la vague et réalise le vulgaire Cannibal Ferox. La vague des cannibales italiens est née.

La semaine prochaine, la soirée sera bien moins mouvementé et bien plus rigolote. En attendant, nous remercions Sara de nous avoir héberger et on espère qu'elle aura été contente de revoir ce film qui l'avait tant intrigué.


Courage pour ton ordi et à la semaine prochaine !

jeudi 25 octobre 2007

Retour à la Maison de l'Horreur

La Maison de l'Horreur, première production Dark Castle, est sorti il y a un petit moment maintenant. Remake du célébrissime House on Haunted Hill de William Castle (Le Manoir Hanté ou encore La Nuit de Tous les Mystères chez nous), on y croisait au détour de quelques scènes sympathique une Famke Janssen alors encore pas très connue mais déjà étoile grimpante, une Ali Larter dans le même cas, mais surtout un George Rush (le Barbossa des Pirates des Caraïbes) reprenant le look du regretté Vincent Price et un certains Jeffrey Combs, plus connu sous le nom de Dr. Herbert West, dans le rôle du chirurgien sadique Dr. Vannacutt (l’œil averti aura aussi reconnu le Jim des Mission: Impossible et le Spike de Buffy en caméo).

Le temps a passé depuis et même Marylin Manson est tombé en désuétude depuis. Pourtant Dark Castle, maintenant grillé (on ne parlera pas de ses productions les plus honteuses, mais entre un 13 Fantômes épileptique et un Vaisseau de l'Angoisse bien naze, voyez que ça ne volait plus très haut), a bien produit une suite direct-to-video. Le titre: Return to House on Haunted Hill. Pas compliqué d'imaginer le titre français quand ça sortira.

Exit les stars et William Malone (ça c'est pas forcément un mal), le casting est rempli de quasi inconnus. Pourtant c'est avec joie que l'on se jettera sur la galette, car pour notre plus grand plaisir, notre Dr. W... Vannacutt revient, toujours campé par Jeffrey Combs ! On espère que son perso aura rasé sa moustache et opté pour une seringue pleine de liquide vert fluo.

Les premiers échos sont plutôt bon, font état d'une intrigue classique mais efficace, d'une pointe de gore, et on décrète que s'il ne casse pas des briques, le film surpasse son prédécesseur. On ne demande qu'à le croire, et on espère passer un bon moment !


mercredi 24 octobre 2007

Le point sur... Army of Darkness

Dernièrement, on avait été plutôt déçu avec l'arc The Death of Ash. Le fameux épisode #13 voyait juste Ash disparaître dans un éclair blanc pour mieux faire revivre son double maléfique. Heureusement, la dernière page annonçait le crossover épique avec Marvel Zombies. Celui-ci vient de s'achever il y a peu, qu'en est-il alors ?

Et bien il en résulte une mini série en 5 épisodes, ce qui n'est pas rien quand même. Tout bonnement génial, Marvel Zombies vs. Army of Darkness se révèle être un véritable travail de fans, bien que le titre soit un peu usurpé ! En effet si l'Armée des Ténèbres se réveille effectivement pour s'en aller combattre nos zombies préférés, tout se passe hors-champ et seul Wolverine nous dira ce qu'il en est. Dommage.

Se lâchant complètement, les auteurs nous livrent pêle-mêle: un Fatalis excédé par le franc-parlé et le manque de respect total de Ash envers sa personne, un Howard the Duck zombie pour qui le cerveau humain à le goût de poulet, un Dr Strange qui se fera sauter le caisson de façon ignoble, Ash faisant brièvement équipe avec le Punisher (mais en tant que gros fan du perso je suis un peu sceptique sur la façon d'avoir expédié l'affaire, m'enfin...), un Necronomicon qui risque de bien se faire torcher par Hulk et on note même la présence d'un certains Ash G. Williams, version alternative de notre héros dans cet univers...

Reste cependant un parti-pris scénaristique assez surprenant, laissant Ash tout bonnement insensible aux sorts d'autrui. On le savait habitué à la pertes des êtres chers, mais là c'est franchement poussé...

Pour l'actualité de la série, l'autre crossover, celui avec Darkman, est également terminé et Ash revient à son époque dans un nouvel arc: From the Ashes. Celui-ci nous venge de la fin officielle de L'Armée des Ténèbres et plonge donc Ash dans ce fameux futur alternatif qui promettait !

Et enfin ça y est ! C'est annoncé ! Le plus grand crossover de tous les temps débutera en novembre pour une longue mini-série mensuel ! Ash vs. Freddy vs. Jason débarquera d'ici peut et on en reparle très prochainement.


Hail to the King !

Le point sur... Marvel Zombies


Fraîchement débarqué chez nous cet été, le premier tome de Marvel Zombies va quand même laisser perplexe ceux qui l'on reçu sans rien savoir de la saga. Pas qu'il fallait surveiller les Ultimate Fantastic Four mais quand même. De toute façon, la France est un peu à la ramasse dans la chronologie de cette mini saga à part entière et les news pleuvent plutôt du côté des States.
 
Donc après le one-shot Dead Days, prologue à la mini-série, histoire de prolonger le plaisir où l'on pouvait voir Parker bouffer Tante May et M-J et Mr. Fantastic contaminer lui-même les Fantastic Four avant de se faire dévorer d'un air heureux (un petit un plaisir qui ne se voit pas tous les jours), puis l'excellent crossover avec Ash des Evil Dead / Army of Darkness, ce sont les séries principales Marvel actuelles qu'il faut surveiller.

Ça sera tout d'abord l'arc Frightful dans les Ultimate Fantastic Four, où la version zombies des héros jusqu'ici retenue prisonnière s'évade enfin, allant jusqu'à obliger Richard de pactiser avec sa Némésis de toujours le Dr. Fatalis. Pas très palpitant mais c'était histoire de mettre un point final aux morts-vivants hors Marvel Zombies, laissant toutefois une nouvelle ouverture de taille puisque l'on y voit rien de moins que le Fatalis s'introduire dans l'univers Zombies. « That should be challenging. » You bet !

C'est ensuite du côté de l'univers "normal" de Marvel qu'il faut retrouver, en guest-stars, nos zombies préférés du côté de N'Tchalla, alias The Black Panther. Nous y voyons les zombies après leur transformation en Galactus en pleine visite chez... Les Skrulls ! N'Tchalla et Tornade vont avoir fort à faire mais la conclusion laisse les choses en suspens et il n'y a nulle doute que nous les reverrons encore dans quelques temps.

A noter également – d'après rumeur – l'intrusion de Spider-Ham dans l'univers des Zombies, mais n'ayant pu me procurer le comic-book, c'est encore à vérifier. Sinon pour les plus fans il existe une planche-gag dans Wizard Magasine où des gamins prennent les zombies pour les vrais héros.

Et quand y en a plus, y en a encore: dans un registre un peu plus sérieux viens de paraître le premier numéros de Marvel Zombies 2. Cette fois les morts-vivants ont carrément bouffé TOUT l'univers et décide de retourner sur Terre pour récupérer la machine construite par Red Richard (détruite par Magneto je vous le rappel). Pendant ce temps sur la planète, N'Tchalla, vieillissant, gouverne sur la nouvelle génération d'humains. Un coup d'état se prépare, la Guêpe zombifie notre Panthère Noire tandis qu'un gamin retrouve la tête coupée d'Œil de Faucon ! Et pendant ce temps, Parker commence à se rendre compte que sa faim de chair humaine se fait moins grande...

Bref ce nouvel acte alterne l'humour habituel de la saga avec quelque chose de plus sérieux. On attend impatiemment la suite qui ne devrait tarder et on espère de prochaines déclinaisons.


mardi 23 octobre 2007

[Ciné] Michael Clayton


Michael Clayton
(2007)
Cap Cinéma, Blois (41)


Le point sur... The Punisher


Dans la version française récemment parue pour la collection MAX de Marvel, c'est enfin le fameux Barracuda qui débarque, avec le mastodonte black le plus destroy et vulgaire jamais vu en comics. On ne va pas revenir dessus puisque ça fait un moment que la BD est sortie aux USA et qu'il faut le faire pour l'avoir raté, mais Barracuda est un peu à part dans la série puisque Frank Castle se fait clairement voler la vedette par le Mutha Fucka, sorte de nouvelle version du Russe en plus trash. De quoi étonner vu que la direction prioritaire de la nouvelle série du Punisher était de faire plus réaliste, mais on ne privera pas son plaisir, d'autant plus qu'il y a plein de requins blancs dans celui-ci !

Amusant car cela coïncide en même temps avec le retour de Barracuda en VO. On ne va pas s'attarder sur le comment du pourquoi du retour du Nigga, car il n'y avait de toute façon aucune chance qu'il puisse survivre à sa précédente confrontation avec Castle. Toutefois le succès du personnage aura lancé une autre mini série en cinq numéros (The Punisher Presents Barracuda, avec un sosie de Christopher Walken dedans !) et Ennis en profite pour faire une pause avec la dramaturgie décidément de plus en plus sombre de l'histoire de base (consécutivement la mort de O'Brien que Castle "commençait à apprécier" puis le suicide de cette pauvre femme, son fan n°1). Même si là encore l'intrigue promet d'apporter quelques éléments nouveaux (dont une petite fille qui serait celle de Castle).

Pendant ce temps, suite aux évènements de Civil War, l'autre version de Castle, celle des super héros, semble encore attachée à l'idée d'exploiter le concept du nouveau Captain America. Avec l'arrivée de World War Hulk, Frank devient une sorte de figure du Bien sauvant de manière quasi héroïque les citoyens du pays (bon ok, avec un flingue qui lance des épées, mais quand même) là où les autres héros n'en ont que pour Banner... Vont-il faire du vigilante une nouvelle icône patriotique, alors qu'Ennis tentait justement de montrer le danger qu'était d'encenser les actes du Punisher ?

Toute la question reste posée... Mutha fucka my nigga !

dimanche 14 octobre 2007

Darabont & King: Nouvel acte

Il est inutile de rappeler que Frank Darabont est LE réalisateur qui a parfaitement su retranscrire l'univers de Stephen King sur grand écran (avec Mary Lambert et son superbe Simetierre).
Y a t-il besoin de rappeler la grandeur de ces films humanistes que sont Les Évadés (alias The Shawshank Redemption) ou La Ligne  Verte ?

C'est donc avec plaisir qu'on le voit maintenant au commande de Brume, l'une des plus célèbres nouvelles de l'écrivain (et que je n'ai pas encore lu). Une ambiance très lovecraftienne pour cette histoire rappelant un peu le Fog de John Carpenter, où un petit village est assiégé par une étrange brume remplie de créatures indicibles (les créateurs de Silent Hill s'en sont bien entendu inspiré). Stephen King oblige, l'horreur de la situation fera vite monter la pression et les habitants vont se monter les uns contre les autres... C'est Thomas Jane (Peur Bleue et The Punisher version 2004) qui jouera le rôle du père, personnage principal de l'histoire.

Produit par les frères Weinstein (argh !), Brume risque d'être un peu salopé par les producteurs et on espère franchement que Darabont va tenir le coup. Pour l'instant, au vu du trailer, tout cela à l'air très prometteur, malgré des CGI plutôt laid comme c'est la mode (mais l'équivalent dans des films plus "côté" style Harry Potter ou Star Wars est considéré comme du bon travail, alors on va retourner ces arguments envers les détracteurs histoire de leur faire un peu les pieds).

Sortie le 21/22 novembre aux USA, faudra attendre chez nous le 19 mars 2008...

PS. Sinon Darabont vient de déclarer avoir acheté les droits de l'excellent Marche ou Crève. On espère qu'il pourra lancer le projet !

samedi 13 octobre 2007

Gypsy Witch – La Nuit des Citrouilles, Chapitre 1

LA NUIT DES CITROUILLES


I
Troubles

    Si sa nuit avait été très agitée, ce n'était rien en comparaison du réveil. La jeune fille se sentit secouée dans son lit par les chaos de la route sur lesquels passaient les roulottes, et les moteurs des voitures rugissaient aux changements de vitesses. Inutile d'ouvrir les yeux pour savoir qu'ils étaient arrivés à destination, cherchant désormais un endroit où se garer. Se roulant en boule pour être plus confortable, la petite Alice espérait quand même gagner au moins quelques minutes de paix et de repos avant de se lever. Son temps de sommeil n'avait été qu'un mélange d'insomnies et de cauchemars, la réveillant sans cesse toutes les heures.
    Bientôt, les secousses disparurent et les grondements se turent. Les gens sortaient, parlaient, installaient leur petit chez-soi. Alice abandonna l'idée de pouvoir réussir à se détendre et commença à remuer. Ses muscles étaient endoloris et son esprit avait du mal à émerger totalement, elle sentit un étrange mal dans son cœur qui se serrait comme un étau dans sa poitrine. Essoufflée sans savoir pourquoi, elle resta un petit temps, assise, à tenter de réguler sa respiration et de se calmer. Cet étrange mal-être était physiquement très éprouvant et elle se sentit transpirer tandis que son pouls pulsait à un rythme infernal, lui vrillant le crâne.
    La porte de la chambre s'ouvrit doucement, mais Alice ne pu entendre la voix de sa mère l'appeler. Celle-ci s'approcha, inquiète, et vint s'asseoir au bord du lit. Ses mains douces vinrent caresser le visage de l'enfant, un geste apaisant.
– C'est encore ton cœur ?
Alice hésita un bref instant mais secoua la tête. Elle ne voulait pas affoler sa mère.
– J'ai juste fait un cauchemar…
Leurs yeux se croisèrent et chacune su de quoi il en retournait: du haut de ses quatorze ans, la jeune fille ne s'était jamais remise de la mort de sa sœur jumelle. Koudelka, sa mère, avait fait ce qu'elle avait pu pour la soutenir, mais il y avait des choses auxquelles elle était impuissante. Si surmonter le décès de son enfant avait été très difficile, et elle ne s'en était pas sortie indemne, elle s'en arrangeait désormais. Mais voir Alice dans cet état la rendait malade.
– Viens là…
Elle tendit les bras et attrapa sa fille pour l'attirer à elle et la bercer doucement. Alice ne résista pas et ferma les yeux, trouvant dans cette étreinte ce qui lui avait manqué toute la nuit. Elles restèrent un petit moment sans parler, puis Alice revint à elle en frissonnant. Sa mère lui sourit, l'invitant à prendre de quoi manger puis à se faire couler un bain.

    Quelques minutes plus tard, la jeune fille se relaxait dans l'eau chaude. Le repas avec sa mère lui avait chassé ses idées noirs quelque temps mais elle ne s'était pas sentie à l'aise pour autant. La vérité c'était que malgré tous les efforts de sa mère, son père lui manquait. Sa sœur lui manquait. D'une famille de quatre personnes, elles n'étaient désormais plus que deux, et parfois cela se ressentait fortement.
    Soupirant, Alice posa une main sur son cœur. De ce côté là aussi ça n'allait pas fort mais elle avait peur d'en parler. Il y avait déjà de quoi paniquer au naturel, mais depuis ce matin c'était de pire en pire. Elle avait l'impression d'être en effort physique constant et elle n'arrivait pas à se calmer, sentant son cœur battre à tout rompre. De temps en temps pointait une douleur aiguë désagréable et elle paniquait, mais jusqu'ici jamais rien de sérieux. Elle avait quand même prit soin de garder sa boite de pilules sous la main au cas où…
    Se laissant aller en arrière, fermant les yeux, la jeune adolescente se concentra sur sa respiration pour évacuer son stress. Un petit sourire illumina ses traits lorsqu'elle réussi à calmer le chaos dans sa poitrine, et une légère torpeur l'envahie. Elle perdit la notion du temps jusqu'à ce que l'eau se mette à refroidir légèrement et qu'une voix familière l'appela doucement.
– Alice, tu es toujours là ?
Ouvrant un œil, la jeune fille se redressa en agrippant les bords de la baignoire, un peu gênée à l'idée que quelqu'un puisse interférer avec son intimité maintenant que son corps grandissait.
– Grand-mère ?
– Je voudrais que tu viennes me voir quand tu auras fini. J'ai des choses à te dire, ça risque de beaucoup t'intéresser.
Alice se redressa immédiatement et quitta le bain à toute vitesse. Elle n'avait aucun doute sur le sujet dont voulait lui parler sa grand-mère, surtout pas après le ton qu'elle avait prit. Toutes deux savaient parfaitement ce qui l'intéressait le plus: la magie.
– D'accord, je… J'arrive tout de suite !
Elle ne pouvait pas mieux tomber. Tout ce qui pouvait l'empêcher de penser à son corps ou sa famille était le bienvenu.
    Alice s'empara d'une serviette qu'elle s'enroula autour du corps, sans même prendre la peine de se sécher, puis se jeta sur la porte en espérant y arriver avant que sa grand-mère ne s'en aille.

    Belinka entendit sa petite fille éclabousser la pièce et sauter au sol. Elle grimaça en pensant qu'elle risquait de glisser et de se cogner durement. Elle allait lui préciser de prendre quand même son temps lorsque la porte s'ouvrit subitement, dévoilant une Alice dégoulinante d'eau dont la peau frissonnait au contact de l'air ambiant. La pauvre petite était transit de froid.
    L'enfant eu un sourire embarrassée sous le regard désapprobateur de Belinka. Celle-ci se pencha vers elle puis attrapa le haut de la serviette pour la réajuster un peu mieux.
– Tu gèles sur place ma pauvre petite.
Attrapant un peignoir accroché près de la porte, elle emmitoufla la jeune fille avec et resserra la petite ceinture sur sa taille fine.
– Suis moi maintenant. Un bon chocolat chaud va te faire du bien.
L'enfant lui sourit. Belinka avait toujours été très tendre avec ses petites filles, Alice se sentait bien auprès d'elle. Et étrangement son cœur se calma lui aussi, battant à rythme lent. C'était apaisant, rassurant.
    Alice prit la main de sa grand-mère et la suivit dans sa roulotte.