mercredi 30 octobre 2013

Rêves & Cauchemars #147 – Humanoïde amphibien


Ce monstre humanoïde est un étrange amphibien qui fut trouvé dans un lac gelé. Une fois encore, comme beaucoup de créatures de Cryptozoologie, il n'y a absolument aucune information sur ses origines. Il pourrait être un extraterrestre venu de l'espace ou le résultat d'une expérience génétique, nous ne le saurons jamais. Une théorie qui fut apportée est qu'il pourrait s'agir d'un être préhistorique, un chainon manquant entre les amphibiens et les mammifères,  qui se serait retrouvé prisonnier dans la glace puis libéré en raison du réchauffement climatique.


C'est un peu tiré par les cheveux mais cela semble assez plausible au regard de son comportement. L'humanoïde réagit basiquement comme un animal ordinaire, défendant son territoire. On peut également noter que son apparition coïncide avec la disparition subite des poissons du lac. La créature les a probablement dévoré en une courte période de temps, ce qui prouve qu'elle ne peut pas être là depuis trop longtemps. Entre autres choses, on sait qu'elle peut sentir les vibrations et qu'il s'agit d'une espèce nocturne. Elle peut survivre au froid extrême et possède des griffes extrêmement venimeuses.


Bien que tout indique que le "monstre" est un simple animal, il faut néanmoins préciser que le spécimen découvert dans le lac a montré des signes de grande intelligence en épargnant la vie de deux femmes terrifiées, réalisant qu'elles ne représentaient aucune menace et qu'elles se protégeaient l'une l'autre... Une supposition qui peut être faite est que cet amphibien est une femelle et qu'elle a reconnu l'instinct de protection maternel à travers une autre espèce.


Source: Hypothermia

mardi 29 octobre 2013

Rêves & Cauchemars #146 – Akua


Akua était une créature mythique, une bête légendaire vivant dans les eaux d'Hawaï depuis l'aube des temps. Pendant des siècles les natifs pratiquaient un rituel pour apaiser le monstre et le garder endormi sous les flots. Cependant la pêche à la dynamite, illégale, mis prématurément fin à son hibernation et les habitants de Kihono craignirent son courroux, le monstre massacrant tout ceux qui croisait son chemin.


Akua avait l'apparence d'une sorte de lézard aquatique, avec une queue et des nageoires, mais n'était pas confiné à l'océan et pouvait marcher sur la terre ferme pour une bonne demi-heure, ou plus. Ses écailles épaisses le protégeaient des attaques et l’immunisaient contre les balles. Les forces de l'ordre durent s'en remettre aux explosifs pour le détruire. Une scientifique théorisa que Akua pourrait toujours revenir même après avoir été réduit en miettes, tout comme un lézard peut faire repousser sa queue.

A ce jour, il n'y a aucun moyen de savoir si elle avait raison...


Source: Demon of Paradise

Rêves & Cauchemars #140 – Black Jack


Voici le fantôme d'un croupier de Blackjack qui travaillait au Casino Mysteria, à Las Vegas, dans les années 60. Il fut tué avec quelques uns de ses collègues après qu'ils aient décidés d'aider le gangster Roy Donahue à voler leur employeur, lequel s'est défendu. Celui-ci a reçu une balle en plein visage qui lui a arracher les dents. Tout comme les autres victimes du Mysteria Massacre, son esprit est revenu hanter les lieux pendant plus de 40 ans...


Quand est arrivé l'opportunité de revenir d'entre-les-morts pour réclamer vengeance, il fut l'un des premiers à apparaître et à tuer des gens pour récupérer leurs âmes. Il parvint à assassiner deux personnes avant que le magot de son ancien boss ne soit retrouver par le petit-neveu de celui-ci, permettant aux fantômes de briser leur malédiction et de disparaitre.



Comme les autres revenants, le croupier pouvait apparaitre et disparaitre à volonté et avait le pouvoir de prendre une forme plus agressive et monstrueuse pour commettre ses méfaits. Dans son cas, évidemment, celui du fameux Valet Noir gagnant. Dans ses conditions, il utilisait une machette afin d'exécuter ses victimes. Toutefois, dans sa forme humaine originale, il passait pour un jeune homme poli et amical.


Source: Dead Man's Hand: Casino of the Damned