jeudi 25 octobre 2007

Retour à la Maison de l'Horreur

La Maison de l'Horreur, première production Dark Castle, est sorti il y a un petit moment maintenant. Remake du célébrissime House on Haunted Hill de William Castle (Le Manoir Hanté ou encore La Nuit de Tous les Mystères chez nous), on y croisait au détour de quelques scènes sympathique une Famke Janssen alors encore pas très connue mais déjà étoile grimpante, une Ali Larter dans le même cas, mais surtout un George Rush (le Barbossa des Pirates des Caraïbes) reprenant le look du regretté Vincent Price et un certains Jeffrey Combs, plus connu sous le nom de Dr. Herbert West, dans le rôle du chirurgien sadique Dr. Vannacutt (l’œil averti aura aussi reconnu le Jim des Mission: Impossible et le Spike de Buffy en caméo).

Le temps a passé depuis et même Marylin Manson est tombé en désuétude depuis. Pourtant Dark Castle, maintenant grillé (on ne parlera pas de ses productions les plus honteuses, mais entre un 13 Fantômes épileptique et un Vaisseau de l'Angoisse bien naze, voyez que ça ne volait plus très haut), a bien produit une suite direct-to-video. Le titre: Return to House on Haunted Hill. Pas compliqué d'imaginer le titre français quand ça sortira.

Exit les stars et William Malone (ça c'est pas forcément un mal), le casting est rempli de quasi inconnus. Pourtant c'est avec joie que l'on se jettera sur la galette, car pour notre plus grand plaisir, notre Dr. W... Vannacutt revient, toujours campé par Jeffrey Combs ! On espère que son perso aura rasé sa moustache et opté pour une seringue pleine de liquide vert fluo.

Les premiers échos sont plutôt bon, font état d'une intrigue classique mais efficace, d'une pointe de gore, et on décrète que s'il ne casse pas des briques, le film surpasse son prédécesseur. On ne demande qu'à le croire, et on espère passer un bon moment !


mercredi 24 octobre 2007

Le point sur... Army of Darkness

Dernièrement, on avait été plutôt déçu avec l'arc The Death of Ash. Le fameux épisode #13 voyait juste Ash disparaître dans un éclair blanc pour mieux faire revivre son double maléfique. Heureusement, la dernière page annonçait le crossover épique avec Marvel Zombies. Celui-ci vient de s'achever il y a peu, qu'en est-il alors ?

Et bien il en résulte une mini série en 5 épisodes, ce qui n'est pas rien quand même. Tout bonnement génial, Marvel Zombies vs. Army of Darkness se révèle être un véritable travail de fans, bien que le titre soit un peu usurpé ! En effet si l'Armée des Ténèbres se réveille effectivement pour s'en aller combattre nos zombies préférés, tout se passe hors-champ et seul Wolverine nous dira ce qu'il en est. Dommage.

Se lâchant complètement, les auteurs nous livrent pêle-mêle: un Fatalis excédé par le franc-parlé et le manque de respect total de Ash envers sa personne, un Howard the Duck zombie pour qui le cerveau humain à le goût de poulet, un Dr Strange qui se fera sauter le caisson de façon ignoble, Ash faisant brièvement équipe avec le Punisher (mais en tant que gros fan du perso je suis un peu sceptique sur la façon d'avoir expédié l'affaire, m'enfin...), un Necronomicon qui risque de bien se faire torcher par Hulk et on note même la présence d'un certains Ash G. Williams, version alternative de notre héros dans cet univers...

Reste cependant un parti-pris scénaristique assez surprenant, laissant Ash tout bonnement insensible aux sorts d'autrui. On le savait habitué à la pertes des êtres chers, mais là c'est franchement poussé...

Pour l'actualité de la série, l'autre crossover, celui avec Darkman, est également terminé et Ash revient à son époque dans un nouvel arc: From the Ashes. Celui-ci nous venge de la fin officielle de L'Armée des Ténèbres et plonge donc Ash dans ce fameux futur alternatif qui promettait !

Et enfin ça y est ! C'est annoncé ! Le plus grand crossover de tous les temps débutera en novembre pour une longue mini-série mensuel ! Ash vs. Freddy vs. Jason débarquera d'ici peut et on en reparle très prochainement.


Hail to the King !

Le point sur... Marvel Zombies


Fraîchement débarqué chez nous cet été, le premier tome de Marvel Zombies va quand même laisser perplexe ceux qui l'on reçu sans rien savoir de la saga. Pas qu'il fallait surveiller les Ultimate Fantastic Four mais quand même. De toute façon, la France est un peu à la ramasse dans la chronologie de cette mini saga à part entière et les news pleuvent plutôt du côté des States.
 
Donc après le one-shot Dead Days, prologue à la mini-série, histoire de prolonger le plaisir où l'on pouvait voir Parker bouffer Tante May et M-J et Mr. Fantastic contaminer lui-même les Fantastic Four avant de se faire dévorer d'un air heureux (un petit un plaisir qui ne se voit pas tous les jours), puis l'excellent crossover avec Ash des Evil Dead / Army of Darkness, ce sont les séries principales Marvel actuelles qu'il faut surveiller.

Ça sera tout d'abord l'arc Frightful dans les Ultimate Fantastic Four, où la version zombies des héros jusqu'ici retenue prisonnière s'évade enfin, allant jusqu'à obliger Richard de pactiser avec sa Némésis de toujours le Dr. Fatalis. Pas très palpitant mais c'était histoire de mettre un point final aux morts-vivants hors Marvel Zombies, laissant toutefois une nouvelle ouverture de taille puisque l'on y voit rien de moins que le Fatalis s'introduire dans l'univers Zombies. « That should be challenging. » You bet !

C'est ensuite du côté de l'univers "normal" de Marvel qu'il faut retrouver, en guest-stars, nos zombies préférés du côté de N'Tchalla, alias The Black Panther. Nous y voyons les zombies après leur transformation en Galactus en pleine visite chez... Les Skrulls ! N'Tchalla et Tornade vont avoir fort à faire mais la conclusion laisse les choses en suspens et il n'y a nulle doute que nous les reverrons encore dans quelques temps.

A noter également – d'après rumeur – l'intrusion de Spider-Ham dans l'univers des Zombies, mais n'ayant pu me procurer le comic-book, c'est encore à vérifier. Sinon pour les plus fans il existe une planche-gag dans Wizard Magasine où des gamins prennent les zombies pour les vrais héros.

Et quand y en a plus, y en a encore: dans un registre un peu plus sérieux viens de paraître le premier numéros de Marvel Zombies 2. Cette fois les morts-vivants ont carrément bouffé TOUT l'univers et décide de retourner sur Terre pour récupérer la machine construite par Red Richard (détruite par Magneto je vous le rappel). Pendant ce temps sur la planète, N'Tchalla, vieillissant, gouverne sur la nouvelle génération d'humains. Un coup d'état se prépare, la Guêpe zombifie notre Panthère Noire tandis qu'un gamin retrouve la tête coupée d'Œil de Faucon ! Et pendant ce temps, Parker commence à se rendre compte que sa faim de chair humaine se fait moins grande...

Bref ce nouvel acte alterne l'humour habituel de la saga avec quelque chose de plus sérieux. On attend impatiemment la suite qui ne devrait tarder et on espère de prochaines déclinaisons.


mardi 23 octobre 2007

[Ciné] Michael Clayton


Michael Clayton
(2007)
Cap Cinéma, Blois (41)


Le point sur... The Punisher


Dans la version française récemment parue pour la collection MAX de Marvel, c'est enfin le fameux Barracuda qui débarque, avec le mastodonte black le plus destroy et vulgaire jamais vu en comics. On ne va pas revenir dessus puisque ça fait un moment que la BD est sortie aux USA et qu'il faut le faire pour l'avoir raté, mais Barracuda est un peu à part dans la série puisque Frank Castle se fait clairement voler la vedette par le Mutha Fucka, sorte de nouvelle version du Russe en plus trash. De quoi étonner vu que la direction prioritaire de la nouvelle série du Punisher était de faire plus réaliste, mais on ne privera pas son plaisir, d'autant plus qu'il y a plein de requins blancs dans celui-ci !

Amusant car cela coïncide en même temps avec le retour de Barracuda en VO. On ne va pas s'attarder sur le comment du pourquoi du retour du Nigga, car il n'y avait de toute façon aucune chance qu'il puisse survivre à sa précédente confrontation avec Castle. Toutefois le succès du personnage aura lancé une autre mini série en cinq numéros (The Punisher Presents Barracuda, avec un sosie de Christopher Walken dedans !) et Ennis en profite pour faire une pause avec la dramaturgie décidément de plus en plus sombre de l'histoire de base (consécutivement la mort de O'Brien que Castle "commençait à apprécier" puis le suicide de cette pauvre femme, son fan n°1). Même si là encore l'intrigue promet d'apporter quelques éléments nouveaux (dont une petite fille qui serait celle de Castle).

Pendant ce temps, suite aux évènements de Civil War, l'autre version de Castle, celle des super héros, semble encore attachée à l'idée d'exploiter le concept du nouveau Captain America. Avec l'arrivée de World War Hulk, Frank devient une sorte de figure du Bien sauvant de manière quasi héroïque les citoyens du pays (bon ok, avec un flingue qui lance des épées, mais quand même) là où les autres héros n'en ont que pour Banner... Vont-il faire du vigilante une nouvelle icône patriotique, alors qu'Ennis tentait justement de montrer le danger qu'était d'encenser les actes du Punisher ?

Toute la question reste posée... Mutha fucka my nigga !

dimanche 14 octobre 2007

Darabont & King: Nouvel acte

Il est inutile de rappeler que Frank Darabont est LE réalisateur qui a parfaitement su retranscrire l'univers de Stephen King sur grand écran (avec Mary Lambert et son superbe Simetierre).
Y a t-il besoin de rappeler la grandeur de ces films humanistes que sont Les Évadés (alias The Shawshank Redemption) ou La Ligne  Verte ?

C'est donc avec plaisir qu'on le voit maintenant au commande de Brume, l'une des plus célèbres nouvelles de l'écrivain (et que je n'ai pas encore lu). Une ambiance très lovecraftienne pour cette histoire rappelant un peu le Fog de John Carpenter, où un petit village est assiégé par une étrange brume remplie de créatures indicibles (les créateurs de Silent Hill s'en sont bien entendu inspiré). Stephen King oblige, l'horreur de la situation fera vite monter la pression et les habitants vont se monter les uns contre les autres... C'est Thomas Jane (Peur Bleue et The Punisher version 2004) qui jouera le rôle du père, personnage principal de l'histoire.

Produit par les frères Weinstein (argh !), Brume risque d'être un peu salopé par les producteurs et on espère franchement que Darabont va tenir le coup. Pour l'instant, au vu du trailer, tout cela à l'air très prometteur, malgré des CGI plutôt laid comme c'est la mode (mais l'équivalent dans des films plus "côté" style Harry Potter ou Star Wars est considéré comme du bon travail, alors on va retourner ces arguments envers les détracteurs histoire de leur faire un peu les pieds).

Sortie le 21/22 novembre aux USA, faudra attendre chez nous le 19 mars 2008...

PS. Sinon Darabont vient de déclarer avoir acheté les droits de l'excellent Marche ou Crève. On espère qu'il pourra lancer le projet !

samedi 13 octobre 2007

Gypsy Witch – La Nuit des Citrouilles, Chapitre 1

LA NUIT DES CITROUILLES


I
Troubles

    Si sa nuit avait été très agitée, ce n'était rien en comparaison du réveil. La jeune fille se sentit secouée dans son lit par les chaos de la route sur lesquels passaient les roulottes, et les moteurs des voitures rugissaient aux changements de vitesses. Inutile d'ouvrir les yeux pour savoir qu'ils étaient arrivés à destination, cherchant désormais un endroit où se garer. Se roulant en boule pour être plus confortable, la petite Alice espérait quand même gagner au moins quelques minutes de paix et de repos avant de se lever. Son temps de sommeil n'avait été qu'un mélange d'insomnies et de cauchemars, la réveillant sans cesse toutes les heures.
    Bientôt, les secousses disparurent et les grondements se turent. Les gens sortaient, parlaient, installaient leur petit chez-soi. Alice abandonna l'idée de pouvoir réussir à se détendre et commença à remuer. Ses muscles étaient endoloris et son esprit avait du mal à émerger totalement, elle sentit un étrange mal dans son cœur qui se serrait comme un étau dans sa poitrine. Essoufflée sans savoir pourquoi, elle resta un petit temps, assise, à tenter de réguler sa respiration et de se calmer. Cet étrange mal-être était physiquement très éprouvant et elle se sentit transpirer tandis que son pouls pulsait à un rythme infernal, lui vrillant le crâne.
    La porte de la chambre s'ouvrit doucement, mais Alice ne pu entendre la voix de sa mère l'appeler. Celle-ci s'approcha, inquiète, et vint s'asseoir au bord du lit. Ses mains douces vinrent caresser le visage de l'enfant, un geste apaisant.
– C'est encore ton cœur ?
Alice hésita un bref instant mais secoua la tête. Elle ne voulait pas affoler sa mère.
– J'ai juste fait un cauchemar…
Leurs yeux se croisèrent et chacune su de quoi il en retournait: du haut de ses quatorze ans, la jeune fille ne s'était jamais remise de la mort de sa sœur jumelle. Koudelka, sa mère, avait fait ce qu'elle avait pu pour la soutenir, mais il y avait des choses auxquelles elle était impuissante. Si surmonter le décès de son enfant avait été très difficile, et elle ne s'en était pas sortie indemne, elle s'en arrangeait désormais. Mais voir Alice dans cet état la rendait malade.
– Viens là…
Elle tendit les bras et attrapa sa fille pour l'attirer à elle et la bercer doucement. Alice ne résista pas et ferma les yeux, trouvant dans cette étreinte ce qui lui avait manqué toute la nuit. Elles restèrent un petit moment sans parler, puis Alice revint à elle en frissonnant. Sa mère lui sourit, l'invitant à prendre de quoi manger puis à se faire couler un bain.

    Quelques minutes plus tard, la jeune fille se relaxait dans l'eau chaude. Le repas avec sa mère lui avait chassé ses idées noirs quelque temps mais elle ne s'était pas sentie à l'aise pour autant. La vérité c'était que malgré tous les efforts de sa mère, son père lui manquait. Sa sœur lui manquait. D'une famille de quatre personnes, elles n'étaient désormais plus que deux, et parfois cela se ressentait fortement.
    Soupirant, Alice posa une main sur son cœur. De ce côté là aussi ça n'allait pas fort mais elle avait peur d'en parler. Il y avait déjà de quoi paniquer au naturel, mais depuis ce matin c'était de pire en pire. Elle avait l'impression d'être en effort physique constant et elle n'arrivait pas à se calmer, sentant son cœur battre à tout rompre. De temps en temps pointait une douleur aiguë désagréable et elle paniquait, mais jusqu'ici jamais rien de sérieux. Elle avait quand même prit soin de garder sa boite de pilules sous la main au cas où…
    Se laissant aller en arrière, fermant les yeux, la jeune adolescente se concentra sur sa respiration pour évacuer son stress. Un petit sourire illumina ses traits lorsqu'elle réussi à calmer le chaos dans sa poitrine, et une légère torpeur l'envahie. Elle perdit la notion du temps jusqu'à ce que l'eau se mette à refroidir légèrement et qu'une voix familière l'appela doucement.
– Alice, tu es toujours là ?
Ouvrant un œil, la jeune fille se redressa en agrippant les bords de la baignoire, un peu gênée à l'idée que quelqu'un puisse interférer avec son intimité maintenant que son corps grandissait.
– Grand-mère ?
– Je voudrais que tu viennes me voir quand tu auras fini. J'ai des choses à te dire, ça risque de beaucoup t'intéresser.
Alice se redressa immédiatement et quitta le bain à toute vitesse. Elle n'avait aucun doute sur le sujet dont voulait lui parler sa grand-mère, surtout pas après le ton qu'elle avait prit. Toutes deux savaient parfaitement ce qui l'intéressait le plus: la magie.
– D'accord, je… J'arrive tout de suite !
Elle ne pouvait pas mieux tomber. Tout ce qui pouvait l'empêcher de penser à son corps ou sa famille était le bienvenu.
    Alice s'empara d'une serviette qu'elle s'enroula autour du corps, sans même prendre la peine de se sécher, puis se jeta sur la porte en espérant y arriver avant que sa grand-mère ne s'en aille.

    Belinka entendit sa petite fille éclabousser la pièce et sauter au sol. Elle grimaça en pensant qu'elle risquait de glisser et de se cogner durement. Elle allait lui préciser de prendre quand même son temps lorsque la porte s'ouvrit subitement, dévoilant une Alice dégoulinante d'eau dont la peau frissonnait au contact de l'air ambiant. La pauvre petite était transit de froid.
    L'enfant eu un sourire embarrassée sous le regard désapprobateur de Belinka. Celle-ci se pencha vers elle puis attrapa le haut de la serviette pour la réajuster un peu mieux.
– Tu gèles sur place ma pauvre petite.
Attrapant un peignoir accroché près de la porte, elle emmitoufla la jeune fille avec et resserra la petite ceinture sur sa taille fine.
– Suis moi maintenant. Un bon chocolat chaud va te faire du bien.
L'enfant lui sourit. Belinka avait toujours été très tendre avec ses petites filles, Alice se sentait bien auprès d'elle. Et étrangement son cœur se calma lui aussi, battant à rythme lent. C'était apaisant, rassurant.
    Alice prit la main de sa grand-mère et la suivit dans sa roulotte.