vendredi 30 juin 2006

Attack of the Horrible Dr. Poulet !


Me voilà donc pour vous parler d'un nouveau projet qui va se concrétiser à partir de ce week-end et durant le mois de juillet.

Attack of the Horrible Dr. Poulet ! c'est donc le titre d'un court métrage. Titre Ô combien stupide il est vrai, mais qui néanmoins convient très bien au film en question. Je préviens tout de suite il s'agit d'un grand délire fait surtout pour le fun et pour fêter plus ou moins le départ d'une amie à l'autre bout de la France, donc bon... Ça sera drôle mais pas un chef d’œuvre.

L'histoire narre l'aventure de trois jeunes gens, un fantasticophile, sa copine goth et un pote geek fan de Star Trek, se trouvant être les derniers rempart contre l'ennemi de l'humanité: un ancien savant fou communiste transformé en humanoïde mi-homme mi-poulet. Ce dernier, à l'aide de l'énergie cinématographique néfastes des navets (c'est à dire les films de Roland Emmerich ou les productions Luc Besson...), décide de "Conquérir le Monde ©" et se créer une armée de zombies râleurs. Bien heureusement, nos trois héros se trouvent aidés par la Déesse du Bis et du Nanar qui leur révèlera leurs pouvoirs pour vaincre l'ennemi de l'Homme et du bon Cinéma (parce que Lelouch ça va bien cinq minutes mais eh oh, Bruno Mattei c'est vachement plus fun !).

Voilà pour le résumé, et je ne sais pas si ça donne envie de voir... Bon, il faut que je fasse de la promotion alors en vrac nous aurons: un hommage à Re-Animator et La Nuit des Morts-Vivants, un geek fondu de Star Trek se battant tel Jet Li dans les Il Était une Fois en Chine, un Punisher-like adepte de la tronçonneuse, une goth sexy en bikini et torturée par des chatouilles, une fantastique mise en abîme via le coup du "film dans le film", le Dieu du Cinéma himself qui viendra bénir l'équipe du film, de la baston, un magnétoscope bouffeur de doigts, des morts-vivants, une super ninjette digne d'un Godfrey Ho et de l'humour (enfin on espère)...

Voilà voilà, je sais pas si ça va faire vendre mais bon... Le tournage débute ce dimanche et on espère arriver au bout du projet ! Plus de news en fonction de notre avancée, et une galerie de photo à venir également. Je vous laisse avec quelques membres du casting.



• Rabou le Trekkie (Robin): Fan de Star Trek devant l'éternel et grand adorateur de la culture Vulcain, il ne sort jamais sans ses oreilles pointues et son pyjama. Cette aventure fera de lui un combattant martial hors-pair, fils spirituel du grand Spock qu'il est.



• Barbara (Stéphanie): Jeune fille à l'apparence prude, c'est une jeune goth sexy dont le maillot de bain est le parfait appât à zombies cannibales. Capturée, attachée et chatouillée à mort, elle se révélera être une fière ninjette en tenue légère.




• Le Dr. Est (Thibaut): Savant fou communiste, il est celui qui deviendra l'Horrible Dr. Poulet. Il est DÂRK, il est EVIL, cet homme est DANGEREUX.

jeudi 29 juin 2006

Fruits Basket, T.18

Gros retard ce mois-ci, c'est vrai... En même temps bon ben vie privée, fin d'études, petits soucis à régler, tout ça tout ça... Alors je vais vite fait faire quelques articles pour cette fin de mois, désolé du retard pour les fans du blog (y en a ?).

Donc Fruits Basket ! Sorti en avance sur le planning (d'un jour exactement) et dont je me suis fait griller l'achat par un pote (pas grave je le trouverai quand même, na !). Comme toujours Natsuki Takaya semble tenir à sa formule du "toujours mieux" et à chaque fois ça semble impossible. Et pourtant...

Donc ce mois-ci, les révélations se font moins conséquente que la dernière fois, mais il est surtout question d'évolution à travers quelques personnages... On commence par un nouveau rapport établit entre Machi et notre Yuki (quand je vous le dis qu'ils vont finir par sortir ensemble ces deux là !), tout mignon et adorable. Comme toujours on mix l'amusant (Yuki recevant en "cadeau", par Kakeru, un soutif de Machi) et le troublant (le passé de Machi qui explique son envie de tout casser). Brillant, mais ce n'est qu'un début.

La suite du manga se concentre surtout sur notre Hatsuharu dont la relation avec Isuzu va enfin nous apparaître plus conséquente. Ce dernier apprend la véritable nature de la chute de sa belle, laquelle semble se replier de plus en plus sur elle-même... Bien entendu, Black Haru est de la partie, et je peux vous garantir que son intrusion chez Akito est tout bonnement jouissif (pardonnez l'expression).

Évolution aussi – et c'est pas trop tôt – de Hiro, lequel à bien grandi. En fait, on retrouve Hiro et l'adorable Kisa qui sont désormais bien plus grand. Toujours étrange de voir des personnages grandir et évoluer de la même manière que des gens que l'on connaît vraiment... Mais plaisant et preuve d'un grand talent de l'auteur pour nous chambouler comme ça... Akito de son côté ne bouge pas trop (difficile de faire quelque chose depuis la dernière fois), mais évoque brièvement son père de façon assez touchante, et sa haine des femmes de la famille nous est enfin décrit de façon explicative.

Je pourrai sûrement en dire plus malheureusement j'ai pas le manga sous le pif (toujours pas acheté). Tout au plus je peux dire que le maître de Kyo revient un peu sur le devant de la scène, de même que l'histoire semble bientôt s'attaquer à l'avenir de notre chat ronchon préféré... Et puis on y parle aussi de lever la malédiction mais chut, je dis rien de plus !

Encore une fois on s'envole pour ne plus redescendre avant de finir le manga. Reste juste un sentiment étrange, celui du début de la fin... C'était inévitable même si aucune preuve tangible de la fin de la série ne vient confirmer ce que je pense mais... Quand ça arrivera, ça nous rendra sûrement tout bizarre...

Je confirme donc mon opinion encore une fois: Fruits Basket est un chef d’œuvre !

Mad Movies #187 (Juin 2006)


Le Mad Movies habituel donc, on y vient. Au sommaire de ce numéro, on pourra commencer par une lettre assez étonnante (le courrier des lecteurs, devenu trop insignifiant mais bon) où un "ancien" lecteur s'insurge contre Mad de préférer les séries B ou Z au détriment de "bons" blockbusters façon... Da Vinci Code... On croit rêver. Jolie réponse quand même. Je passe sur les rubriques habituelles pour entrer dans le vif.

Rayon "Griffes du Cinéphages", on dégomme X-Men 3, Da Vinci Code, Ultraviolet et le remake de Terreur sur la Ligne, mais c'est mérité. L'actualité a beau être faible, on saluera les papiers sur The Lost de Chris Sivertson et Eyes of Crystal d'Eros Puglielli qui promettent d'être très bon. On poursuit avec une critique positive du remake de La Colline à des Yeux, qui semble être l'un des rares produits a être refait intelligemment, avec en prime une interview de Alexandre Aja qui en dit pas mal sur la censure du film et ses relations avec Wes Craven.

On parle aussi du français Isolation, qui pourrait être sympathique (surtout pour un produit de chez nous vu la défection que notre patrie à toujours eu à l'égard du genre) et... Une bonne critique du remake de La Malédiction ! Là par contre on est en droit de s'énerver tant ce truc moisi est une insulte à l'original (et aux spectateurs). Les plus maso pourront lire l'interview du réal qui est tout fier de lui et de son équipe et blablabla, discours promotionnel oblige. Reste heureusement un article sur la trilogie Pusher, polar hard-boiled danois, et la deuxième partie de l'interview-carrière de William Friedkin, bien plus intéressante que la première.

Sinon le mag tente de nous refourguer ce mois-ci Dinocroc en DVD, et en "version non-censurée"... Bon on sait que les connards de M6 coupent la moindre parcelle de gore des films mais c'était peut-être pas la peine d'insister comme ça (même pour Carnosaur 2 l'éditeur avait pas osé). Le film en lui-même est un gros nanar, voir navet, mais bon... Y a un gamin qui se fait joliment bouffer et Charles Napier qui doit bien se demander ce qu'il fout là (quoique entre ça et un Skeeter...) A réserver aux fantasticophiles purs et durs ou aux fans de nanars donc. Quant on pense que les gars annoncent tout fièrement un Supergator à venir...

Court-métrage I.U.T. (1ère année)


Court-métrage réalisé dans le cadre des cours d'audiovisuel, pour ma première année à l'I.U.T. Services et Réseaux de Communication. Le but était d'écrire, de tourner et monter un film en équipe réduite, en utilisant seulement les techniques apprises durant les cours et pour une durée moyenne de deux minutes.

La qualité est déplorable car la vidéo a été récupérée un peu hâtivement des serveurs de l'école. Nous n'étions supposément pas censé la récupérer, car elle appartient légalement à l'I.U.T. comme toutes les autres productions des élèves, mais nous avions obtenu le consentement du professeur. Dans le doute, nous n'avons pas vraiment prit le temps de faire une bonne conversion...

lundi 26 juin 2006

Nocturnes Rouges, T.4: Une Seconde Chance

Ça y est, enfin !

Il est sorti et il se sera fait attendre ! Le quatrième tome de Nocturne Rouge vient de paraître et l'attente commençait à devenir insupportable. D'autant plus que ce volume, titré Une Seconde Chance, n'est autre que dernier volet du premier cycle... Et quel dernier volet !

L'histoire ne reprend pas directement là où l'on s'était arrêté et les deux premières planches nous présente une jeune femme inconnue... Qui ressemble à s'y méprendre à May devenue adulte ! Ensuite nous retrouvons notre histoire et les Seittis passent enfin à l'attaque avec leur canon magique, se la jouant Étoile Noire dans Star Wars. Presque pas d'humour pour cet épisode qui voit le premier cycle s'achever avec la perte tragique d'un des personnages principaux, les autres n'étant pas eux-mêmes dans un meilleur état.

Niveau dessin rien à redire c'est toujours aussi beau et ultra-accrocheur. On retrouve quelques détails fan-service (le pantalon de Dolores déchiré juste sous sa fesse droite) et clins d’œil habituel en arrière plan (on croise Hellboy et Bones de leur comics respectifs, Faye Valentine de Cowboy Bebop, Chaozu et Tenshinhan de Dragon Ball, etc).

Un des meilleurs album de la série pour l'instant et le début d'un nouveau cycle qui annonce un avenir incertain et bien moins agréable, qui se traduit d'ailleurs par la fin de l'enfance de May et son passage à l'âge adulte.

Ce 4ème tome semble vendu dans un bipack contenant également le 1er volume. Le prix ne sera pas plus cher mais vous vous retrouverez avec une bande-dessinée que vous avez probablement déjà en votre possession.

Une opération marketing très bizarre sachant qu'avec les fêtes de Noël, un coffret regroupant les 3 premiers volets était déjà sorti... M'enfin personnellement je m'en fiche car je ne possédais le 1er tome que dans la toute première édition. Maintenant j'aurais celui-ci pour correspondre aux nouvelles tranches de la seconde édition.


dimanche 25 juin 2006

Ambre – Fiche de créature: Oriel

Quel est son Nom ?
Oriel.

Décrivez votre Compagnon physiquement:
Oriel fait partie d'une étrange espèce de Fées Succubes. Haute de 20 cm, elle possède toutes les caractéristiques d'une petite fée et… D'une succube ! La méchanceté en moins.
Humanoïde, elle a l'apparence d'une très jolie jeune fille avec un visage adolescent. Les courbes de son corps sont avantageuses (normale pour une succube) mais elle possède quelques attribues des Fées. Ainsi ses oreilles se prolongent à la manière des Elfes mais en un peu plus long, ne possèdent pas une forme triangulaire ou une apparence "pointue", mais sont aussi fines que celles des chats (une membrane de peau en somme), avec justement ce côté bombé qu'ont les félins.
Près des oreilles, Oriel dispose aussi de deux petites antennes. Celles-ci trouvent précisément naissance derrière les oreilles, sur leur dessus, à la jointure entre le cartilage et reste de la tête. Elles n'ont pas une forme d'antennes basiques et ressemblent plus à deux fines bandes se terminant en pointe, et semblent faite de la même membranes qui compose les oreilles. Il s'agit d'un relais psychique faisant le pont entre son corps, l'énergie magique et la psyché.
Elle possède aussi une paire de petites ailes. Celles-ci commencent au niveau de ses omoplates et restent toujours élevées en hauteur (à moins qu'elle ne décide de s'aider de ses mains pour les abaisser dans son dos). Haute d'une douzaine de centimètres, elles ont une forme légèrement semblable à celle de la chauve-souris, mais reprenant plus l'aspect d'une feuille d'arbre dans l'idée. Les ailes sont divisées en deux parties: une "tige" de cartilage partant en nervures qui permet de soutenir une membrane légère (comme les chauves-souris donc), et qui se termine par sorte d'excroissance de forme ovoïde, rappelant le bourgeon de certaines plantes. Pour donner une idée simple, les ailes d'Oriel ressemblent à deux tiges de plantes se terminant par un bourgeon, le long desquels se seraient développée d'autres excroissances plus fine, permettant l'attachement d'une fine membrane, de la même manière que les feuilles regroupes les nervures et la verdure…
Enfin il est à noter que malgré sa dentition semblable à celle des humains, elle possède des petits crocs comparables à ceux des félins.
Oriel possède une peau aussi bleue que la mienne mais la "tige" de ses ailes ainsi que la partie intérieur de ses oreilles sont elles du même rose clair que l'épiderme humain. Ses yeux sont totalement jaune (pas de distinction entre l'iris et le reste du globe oculaire) et ses pupilles sont noires et de forme légèrement ovoïde.
Elle possède de longs cheveux, raides, d'un rouge pâle tirant sur le orange, qui lui retombent sur le corps. Derrière ils lui arrivent jusqu'aux fesses, et devant jusque sous la poitrine. Tombant librement dans son dos, ils ne cachent pas son visage, se contentant de retomber sur ses côtés. L'exception est une longue mèche qu'elle possède sur le côté intérieur (près du nez) de l'œil droit.
En ce qui concerne sa tenue vestimentaire je dois expliquer qu'à l'origine, la société de la race d'Oriel ne s'embarrassait pas de ce genre de chose… Mais puisqu'elle m'accompagne en Ombre il a bien fallu l'éduquer un minimum et lui donner la notion de pudeur. Problème: elle reste malgré tout une succube et je ne suis pas
moi-même du genre à me vêtir des pieds à la tête. Elle possède ainsi divers vêtements que je lui fournis par manipulation en Ombre mais qui n'excède évidemment pas l'équivalent d'un maillot de bain deux-pièces puisque, en tant que succube, elle aime exposer son corps aux regards afin de mieux charmer…
Pas de commentaires je vous prie…

Décrivez son caractère et les traits les plus forts de sa personnalité:
De part sa nature de succube, Oriel semble toujours vouloir prouver une hypothétique supériorité aux autres races mais ce n'est qu'une façade. Très gentille et s'inquiétant toujours pour ceux qu'elle aime, elle se cache derrière une fausse fierté qu'elle prend un malin plaisir à exagérer. De ce fait elle ne daignera jamais être gentille ou polie avec un étranger et se permettra toujours de critiquer la façon de penser, de s'habiller ou les décisions des autres, y compris des miennes. Elle ne se montrera sous son vrai jour que si quelque chose l'inquiète énormément, sinon elle fera semblant de jouer la snob.
Outre cette fausse attitude hautaine et son véritable cœur d'or, c'est une grande curieuse qui s'aventure bien souvent là où il ne faudrait pas, et elle est assez rebelle à toute autorité, s'amusant à ne pas m'écouter si elle ne ressent aucun danger potentiel.
Oriel est une succube. Si le fait de ne pas suivre directement les mœurs de son peuple pour se contenter de m'accompagner partout fait qu'elle n'est pas un monstre cherchant à tuer les amants de rencontre, il ne lui reste pas moins des manies particulières dues à sa nature. Elle est en effet une créature qui n'hésite pas à charmer des êtres humanoïdes – et même humaines, malgré la différence de taille – afin de trouver du plaisir. Elle n'est pas non plus une nymphomane et sait se tenir, seulement il lui arrive, pour plaisanter, de se montrer un peu osée avec certaines personnes et notamment avec la gent féminine.
Par ailleurs, sa salive est un aphrodisiaque très efficace et lui arrive très souvent de provoquer quelques catastrophes – volontairement la plupart du temps – en usant de cette caractéristique si particulière à son espèce…

Décrivez votre relation avec lui:
Oriel garde sa fierté même avec moi en sa présence et il lui arrive de me prendre pour une imbécile et de se moquer de moi, me critiquant sur n'importe quoi. De mon côté, je m'amuse souvent à faire la même chose rien que pour l'agacer.
Mais en réalité nous nous adorons et nous possédons plus qu'une grande complicité. Nous sommes très attachées l'une à l'autre et nous inquiétons toujours lorsque nous devons être séparée.
Oriel ne me quitte jamais sauf cas particulier et nous passons notre vie ensemble. A ce titre je dois avouer qu'elle est assez jalouse lorsque quelqu'un lui "vole" ma compagnie, que ce soit un homme ou une femme, et il lui arrive de vouloir faire rater mes relations (amicales ou sexuelles) rien que pour que je reste avec elle. Sinon elle boude en se cachant et me suivant sans se faire remarquer.
A ce titre, elle dort toujours avec moi et adore s'installer sur mon ventre qu'elle trouve confortable. Si par malheur je passe la nuit avec une autre personne, elle sentira cet étranger comme indésirable puisque lui volant sa place (c'est-à-dire sa nature de compagnon ainsi que sa place pour dormir, puisqu'elle répugne se coucher ailleurs) et rouspétera un bon coup avant de bouder. A noter que si j'ai la bêtise de me tourner pendant mon sommeil et de la faire dégringoler de son "lit" , elle aura la même réaction coléreuse.
En gros, c'est une véritable enfant mais elle est adorable si on ne s'arrête pas aux apparences.
En ce qui concerne sa nature libertine de succube, je suis sans cesse à la surveiller et à la mettre en garde de ne pas se laisser aller. Malheureusement les hormones prennent le dessus et elle m'écoute très rarement, trouvant même un malin plaisir à me contredire en faisant justement ce que je n'aimerais pas qu'elle fasse (sauf situation délicate pouvant nous mettre en péril évidement. Pour elle c'est juste une farce et elle ne tient pas à ce qu'un malheur arrive à cause de ça)… Quant à ceux qui voudraient savoir si Oriel s'amuse à me jouer des tours sur ce plan là, ou à "faire des choses" avec moi, je leur répondrais que ça ne les regarde en aucune manière !

Alexia et Premutos


Croquis visant à définir une illustration de Alexia et Premutos. Illustration ayant pour but de définir le thème d'un tableau au format A3, contenant plusieurs petits dessins.
Celui-ci étant la vie du couple Alexia / Premutos, ils sont donc représentés: Premutos assit au pied de l'arbre et regardant son ancienne compagne, renvoyant à l'inaccessibilité de celle-ci, et Alexia sur la branche, reflétant son rapprochement avec la Nature et le calme.
On notera aussi Oriel, la succube amie d'Alexia, dans la main de celle-ci.

Fait au criterium 0,7mm par Lady A.



mercredi 21 juin 2006

Premutos du Chaos – Aquarelle


Une reprise du dessin d'il y a quelques jours, mais complété à l'aquarelle, toujours par Lady A.
L'illustration a cette fois été réalisée sur une page de carnet en papier kraft, et nous avons ainsi découvert qu'il ne s'agit pas du meilleur support pour l'encre et la peinture, comme le prouve cette sacré perte de détail. Qui plus est, l'image est ici une simple photo du dessin, et pas un scan, d'où cet aspect général plutôt mal rendu...

mardi 13 juin 2006

Tribal Jason – Voodoo (3ème épisode ?)

Quelques précisions sur le 3ème épisode de la mini-série Tribal Jason. A moins que le concept ne serve pour un one-shot, ce dernier épisode devrait se nommer Voodoo et inclure donc cette fameuse pratique au sein de l'histoire... Bien sûr nous ne sommes pas expert en vaudou et cette religion sera probablement remaniée à notre sauce, mais nous ferons toutefois quelques recherches.

On devrait donc y voir une jeune prêtresse ramener notre Tribal Jason à la vie pour venger son village, détruit par un autre clan durant une guerre entre tribus. On pense même faire venir quelques zombies dans l'histoire... J'y travaille actuellement, plus d'informations prochainement !

samedi 10 juin 2006

Vorace (Ravenous)

Petit bijou méconnu réalisé par une végétarienne, Vorace est un film à redécouvrir d'urgence !

1847. Le Capitaine Boyd est décoré pour acte héroïque durant la guerre américano-mexicaine. Toutefois il y a supercherie, le pauvre homme n'étant pas une bête de guerre mais un soldat mort de peur et qui ne supporte même pas la vue du sang... Cependant, il c'est bien passé quelque chose lorsqu'il s'est fait passé pour mort durant la bataille et qu'il a, malgré lui, bu le sang d'un de ses camarades.

Son supérieur le considérant comme un lâche, Boyd est envoyé quelque part en Californie, dans un avant-poste perdue dans les montagnes en pleine hivers. Alors qu'il fait connaissance des rares personnes présentes en ces lieux arrive un étrange personnage, Colqhound. Ce dernier leur raconte qu'il est l'un des derniers survivants d'un petit groupe de personnes s'étant fait piégé durant une tempête et s'étant contraint à pratiquer le cannibalisme pour survivre.

Alors que les hommes de l'avant-poste tente de retrouver les autres survivants, Boyd trouve en Colqhound quelque chose de familier, provenant de l'acte de cannibalisme qu'ils ont en commun. Un indien lui parle également de la malédiction du Wendigo, le cannibale qui mangeait la chaire de son ennemi pour absorber son esprit et sa force...

Ambiance tendue malgré un humour noire très sympathique (la petite ballade au banjo alors qu'un éclopé est poursuivit pour être tué), musique sublime et décors magnifique, Vorace fonctionne grâce à une histoire originale et très bien rythmée, soutenue par des acteurs excellent (Robert Carlyle, Guy Pearce et Jeffrey Jones) et libérée de tout cliché.

Un peu gore, du fantastique en demi-teinte, entre le film de cannibales, d'aventure et le western, Vorace est un véritable tour de force. A voir absolument.

mercredi 7 juin 2006

Tribal Jason

Au même titre que Freddy Krueger, le griffu d’Elm Street, Jason Voorhees, le tueur à la machette et au masque de hockey, est une des plus célèbres icônes de l’Horreur et du Fantastique. Mais oublions un instant le Jason que nous connaissons (et dont nous reparlerons une autre fois) pour nous pencher vers une réadaptation du mythe.
C’est en navigant sur un forum dédié aux Vendredi 13 qu’un sujet a attiré notre attention: selon plusieurs fans, le personnage de Jason aurait quelque chose de « Tribal ». Un des forumeurs se demandait même ce que donnerait le concept retranscrit dans une autre époque, plus primitive. Une idée étrange mais qui, avec réflexion, nous a permis d’élaborer une mini-série se déroulant dans un univers alternatif aux Vendredi 13 que nous connaissons: Tribal.

Le concept du Tribal Jason n’a pas été véritablement difficile à configurer. Remplaçons la forêt par une jungle, le lac par de vastes étendues marécageuses et les habituels teenagers / habitants des alentours par des tribus indigènes locales. L’univers d’un Vendredi 13 étant basique et simpliste au possible, l’incorporer dans un monde primitif ne pose donc aucun problème…

Notre conception de Crystal Lake (le lieu où réside Jason) ayant évolué en quelque chose de plus qu’une simple petite ville banale, il aurait été évident de faire se dérouler Tribal à une époque passée vis-à-vis des Vendredi 13 traditionnels. En quelque sorte imaginer des événements s’étant déroulés à l’endroit que fut Crystal Lake des siècles avant l’arrivée de l’Homme blanc, lorsque les Indiens d’Amérique vivaient sur le continent à l’insu de tous… Pourtant, cette idée nous la gardons peut-être pour autre chose de différent que l’on travaillera un peu plus tard.

Tribal se déroulera dans un monde complètement différent de celui du Jason classique. Une jungle très primitive qui ne sera pas sans renvoyer à celles qu’explorait Conan dans les histoires de Robert E. Howard et les bandes-dessinées, ou la Terre Sauvage de Ka-Zar dans les Marvel Comics. Fauves, sauriens, piranhas, marécages, ouragans, peut-être mêmes quelques dinosaures, allez savoir ! Toujours est-il que ce lieu n’est pas des plus hospitaliers, comme dans la grande tradition des films d’aventures… Cela nous amène donc à un élément important: et les tribus indigènes ? Un monde sauvage et brutal comme celui de Tribal empêche évidemment toute notion de manichéisme: il n’y a ni bon ni gentil. Dans ce contexte, le Tribal Jason ne sera pas spécialement un tueur maléfique, pas plus que les indigènes vivant aux alentours du marais ne devront être considérés comme les « gentils ». Certes, certains peuples seront plus pacifiques que d’autres, mais nous n’excluons pas les clans guerriers ou violents façon « réducteurs de têtes ». Une façon de revenir aux films de cannibales italiens façon Cannibal Holocaust ou autres Dernier Monde Cannibale

Et le Tribal Jason dans tout ça ? Quelles ressemblances / différences avec Jason Voorhees ? Tout d'abord, il sera bien plus proche du Jason zombie que du Jason humain. Tribal Jason n'a rien d'un homme des bois vivant à l'écart des autres indigènes et sera plus perçu comme une entité surnaturelle. Ainsi, si son corps (corpulent comme le Jason original) était autrefois celui d'un humain, il est désormais quelque peu différent et pas juste un mort-vivant rongé par le pourrissement. Plus proche de La Créature du Marais (The Swamp Thing) ou de L'Homme-Chose (The Man-Thing), Tribal Jason aura vu son enveloppe charnelle avoir partiellement fusionnée avec la flore environnante et les minéraux, devenant ainsi une part du marais.

The Man-Thing

Les capacités de régénération du Jason original seront donc transposées à cet état semi-végétal, les marécages permettant ainsi au Tribal Jason de se guérir en cas de blessures trop importantes... De même la force démesurée et la discrétion de prédateur du tueur de Crystal Lake trouveront ici leurs équivalent sans que cela ne paraisse illogique, bien au contraire.

The Swamp Thing

Enfin, Jason ne serait pas Jason sans son inévitable masque de hockey (bien marquant, il faut l'avouer) et il nous aura bien entendu fallu trouver un moyen de le ramener ici d'une façon ou d'une autre et notre choix s'est arrêté sur un masque mortuaire. Un masque tribal sculpté dans du bois et recouvert d'une fine couche d'ivoire, permettant ainsi de retrouver un design proche du modèle original et ainsi d'assurer une certaine continuité. Jason Voorhees et Tribal Jason se ressemblent donc par bien des aspects, la véritable différence étant que cette nouvelle mouture est ici encore plus associée à son élément environnemental, et que de Boogeyman serial-killer propre à notre époque, il sera ici craint par les tribus primitives car considéré comme une divinité colérique.

Pour l’instant, la série est tout juste en cours d’écriture mais nous espérons la terminer pour la fin des grandes vacances. Il s’agira d’un cycle de trois épisodes:

Émergence fait office d’introduction. Il narre le réveil du Tribal Jason et le début de ses agissements. Pour cette première histoire, il s’agira d’une véritable réadaptation d’un Vendredi 13 et ses propriétés classiques (réveil de Jason, meurtres en séries de « jeunes » nouveaux venus dans les parages).

La Regina dei Cannibali, le second épisode. Le titre italien (en fait le titre alternatif du très nanar Zombi Holocaust) est évidement un hommage aux films de cannibales et l'histoire abondera dans ce sens: on quitte le sentier habituel de la série pour s’orienter vers une histoire plus proche de ces œuvres d'exploitations (arrivées de Blancs, perturbation des coutumes d’une tribu, répressions sauvages, barbarismes, etc., et bien sûr la fameuse question "Des primitifs ou des hommes dit civilisés, quels sont les plus sauvages ?").

• Enfin un troisième et « dernier » épisode conclue cette saga. Pas de titre pour l’instant mais il s’agira d’une suite presque directe du précédent opus dont les évènements amèneront des tribus à se faire la guerre. Le Tribal Jason ne restera évidemment pas inactif.

Ces trois épisodes forment donc un story-arc auquel s’adjoindra peut-être un « numéro 0 » que nous titrerons alors Origins. Comme le titre le laisse présager, il s’agira tout simplement d’une très courte histoire servant de prologue et expliquant comment le Tribal Jason est devenu l’équivalent de Jason Voorhees dans ce monde… Ce n’est toutefois qu’une idée et il n’y a là rien de concret. Nous verrons si le projet arrive à terme sans souci et si Origins nécessite vraiment une histoire à part entière pour être racontée. De même, nous avons matières pour deux one-shots qui eux auront plus de chance de voir le jour: celle d’une rencontre entre notre Tribal Jason et un loup-garou mystique, dans une influence proche de Werewolf: The Apocalypse pour le côté « magique », et celle d’un jeune indigène contraint de traverser seul le marais pour son rite de passage à l’âge adulte…

Par la suite, le personnage du Tribal Jason ne disparaîtra pas pour autant, bien entendu ! Le principe des Chroniques permettant le voyages dans les mondes, il est inévitable que celui-ci reviendra d’une façon où d’une autre, mais pas nécessairement dans sa propre série. Ainsi est prévu l’habituel crossover avec notre tueur de Crystal Lake, et je voudrai aussi réutiliser le concept pour Ambre via mon  personnage d'Alexia, une Sang Réelle tribale qui pourrait très bien rencontrer le Tribal Jason au cours d’une escapade en Ombre...

Voilà à propos de ce Jason Voorhees d’un univers alternatif. Nous n’abandonnons pas le personnage original – loin de là ! – mais la possibilité de s’offrir quelques échappatoires et de configurer des personnages trop classiques et / ou sous-exploités vers de nouveaux horizons est l’un des intérêts des Chroniques d’Ombre, de l’écrivain et du fan. Et en guise de conclusion: qui dit Jason dit Freddy, et nous retrouverons bientôt celui-ci qui aura  également une nouvelle adaptation de son personnage !

Merci à tous de votre attention, ou mieux de votre intérêt (enfin euh… Si y a quelqu’un trouve ça intéressant ou prometteur) et à très bientôt !

lundi 5 juin 2006

6666, T.2 – Civis Pacem Parabellum

Après un bon moment d'attente, ce second volet de 6666, la suite de la BD culte 666, viens enfin de paraître (et pour faire mon intéressant, j'ai pu la lire en avant-première lors du BD Boum en novembre dernier où j'ai rencontré Frank Tacito – le dessinateur – avec lequel j'ai échangé quelques mots !)

Lors du 1er tome, on était plutôt perplexe: quel intérêt de sortir une suite à 666 alors que Tacito et Froideval auraient pu faire du neuf ? 666 étant culte et hilarant, une suite se situant des siècles dans le futur auraient pu permettre un nouveau délire mais là encore on avait des doutes: dessins trop fouillis, trop détaillés, histoire sympa mais... Sans plus. Loin de l'humour de 666, sa suite semble belle et bien être tombée dans le piège de la surenchère en voulant en faire trop.

Civis Pacem Parabellum ne déroge pas à la règle malheureusement et reste sur la continuité du premier volume: c'est plat et ça manque de tout ce qui faisait réellement le charme de l'original. Quant à l'histoire, elle stagne !

On se souvient de la conclusion du livre précédent: Lilith et Carmody de nouveaux face à face. Et là rien du tout, les deux s'échangent quelques insultes de rigueur puis se sépare sans même se taper sur la tronche... Et les éléments se mettent en place lentement: tout une BD pour faire de Lilith une nouvelle Impératrice en pleine possession de sa puissance et ramener quelques copains de Carmody, ça aurait pu se faire en moins d'un volume quand même !

Reste que bon, Carmody se remet à fumer, on retrouve avec plaisir Sarah, Rabbi ("Poy ! Poy ! Misère !") et Billy (qui lui, étrangement, est un vieil homme et non l'adolescent boutonneux d'autrefois). La fine équipe est donc presque au complet (le général et sa cravate "boom" manque à l'appel quand même) avec un Carmody qui balance évidemment toutes ses responsabilités vers Billy, Lilith repart faire un massacre sanglant toujours accompagnée d'une Katy à côté de la plaque, d'une Shenesta égale à elle-même ainsi que d'un Nounours (tout bouffi !) qui semble un peu plus mis en avant...

Mais ce second volet de la nouvelle saga c'est surtout la mise en place d'élément important pour l'avenir de l'histoire: Napoléon, ramené à la vie par Carmody pour gérer les armées, semble un peu trop dans son élément pour ne pas laisser le doute planer quant à une future rébellion envers nos "gentils", et surtout les deux camps notent l'entrée en jeu d'un troisième joueur que l'on devine effrayant.

Car une étrange "anomalie" apparaît sur leurs radars au moment où des dizaines d'étoiles disparaisse à un rythme alarmant. Ni Carmody ni Lilith ne comprennent ce dont il s'agit et rien n'est encore révélé. Une "menace fantôme" qui se précisera plus tard donc, peut-être pour profiter du succès derniers du renouveau de Star Wars ? Quoiqu'il en soit, on rêve d'une trêve obligatoire entre nos deux ennemis et une unification contre un adversaire encore plus redoutable ! Pour l'instant seul un étrange triangle de lumière nous apparaît, visiblement attendu depuis des lustres par certains extraterrestres. Une force destructrice qui réduira à néant en un rien de temps une armada de l'armée Nazi de Lilith...

Alors bon, il va falloir attendre très longtemps pour la suite et on espère sincèrement que tout ira en s'améliorant parce que pour l'instant ça ne brille pas d'originalité et le lecteur reste passif, attendant bêtement de retrouver ce qui faisait la saveur de 666.

Prototype d'une "suite" réalisée pour se faire du pognon grâce aux fans, on s'en doute, 6666 en a donc tous les défauts, mais laisse espérer un petit quelque chose à l'avenir. En supposons que cela ne sera pas décevant...


samedi 3 juin 2006

Premutos du Chaos


Voici un représentation de Premutos en tenue de voyage, par Lady A. Cette version sera pratiquement reprise telle quelle pour une aquarelle. Il s'agit d'un véritable dessin et non d'un brouillon, et il a été réalisé durant un voyage en train.
Effectué au criterium 0,7m.

jeudi 1 juin 2006

Les Chroniques d'Ombre


Bonjour à toutes et à tous et soyez les bienvenus sur le Blog des Chroniques d'Ombre ! Celui-ci s'ouvre donc en guise d'introduction au futur site web, qui lui se fait encore attendre... Ça va faire tellement d'années que le projet est lancé...

Projet ? Chroniques d'Ombre ? Ah oui pardon, j'allais oublier... Que je vous explique:

Les Chroniques d'Ombre est un projet artistique assez particulier puisqu'il consiste en la création d'une sorte d'énorme Multivers via des œuvres diverses et variés. Ça semble flou, aussi vais-je expliquer un peu. Autant vous prévenir, ça va être un peu long et seuls ceux qui s'intéressent a l'écriture ou à tout ce qui touche au Fantastique, à la Fantasy et à la Science-Fiction vont être intéressés... Mais bon, si vous avez un moment à perdre n'hésitez pas à lire ce message à caractère informatif !

En guise d'avant-propos laissez moi vous parler de la saga des Princes d'Ambre de Roger Zelazny. Œuvre majeure de la Fantasy, celle-ci se caractérise par un concept assez particulier: celui du multivers absolu. En effet la série narre l'histoire de Sangs Réels, personnages équivalents à des Dieux, vivant dans les seuls deux endroits véritablement réels: Ambre et les Cours du Chaos... Entre ces deux pôles se trouve Ombre, sorte de substance malléable par les Sangs Réels qu'ils utilisent pour créer une infinité de mondes. Ainsi, on peut absolument tout trouver en Ombre car tout y existe.

C'est après être devenu accro a cette saga et avoir commencé à y jouer en jeu de rôles que le projet nous est venu. En partant du concept d'Ombre, l'idée était de créer une sorte de Multivers immense où l'on pourrait y regrouper
– en premier lieu – nos écrits sur Ambre, mais aussi tous nos travaux annexes.

Les Chroniques d'Ombre
regroupera donc un univers étendu d'Ambre, où nos personnages de jeux de rôles y ont un rôle via diverses histoires, mais également tout autre type d'écrits comme des nouvelles originales et issues de notre propre imaginaire, mais également le concept de la fanfiction. Car ici au sein de la team, on est du genre gros fans de divers films / manga / bd / livre et avons nous personnages préférés, nos idoles, etc. Et comme tout fan, l'envie d'écrire sur ces protagonistes et de les mêler à notre propre univers s'est faite de plus en plus importante. Ce projet permet de développer notre créativité de façon multiples: expérimentation dans l'écriture, développement de notre propre imaginaire, évolution de personnages déjà créés mais que l'on apprécie tout particulièrement... Mais nous comptons également nous ouvrir à d'autres horizons: en tant que vidéastes amateurs, la création de petits films (voir de fanfilms ?) est presque obligatoire et nous avons déjà quelques petites idées en tête.

Un projet de grande ampleur, mais également un projet sans avenir... C'est triste pour nous de le dire mais il y a toujours cette peur de ne pas être apprécié du tout. Attention cependant, en aucun cas Les Chroniques d'Ombre n'existent pour que nous ne nous la jouions prétentieux, imbus de nous ou autre... Pas plus qu'il n'y a de but lucratif ici... Nous souhaitons simplement nous amuser en créant et en partageant nos histoires, et également notre amour le l'écriture, mais surtout de la Création sous toutes ses formes possibles.

Mais il faut avouer que le regard des autres est important et influant, et que la crainte de mauvaises critiques (ou plutôt de critiques incendiaires) nous rend anxieux... Peut-être que nos styles sont trop scolaires, ou tout simplement mauvais ? Peut-être que nos conception d'Ambre, d'Ombre ou même des créations issus de nos fanfictions ne plairont pas aux fans qui les liront ? Que nous seront taxés d'hérétique pour oser vouloir imaginer une sorte d'œuvre crossover titanesque à partir d'éléments complètements différents et indépendants les uns des autres ?

Seul l'avenir nous le dira. Cependant ce n'est pas pour tout de suite car comme vous le voyez, nous n'avons pour l'instant pas grand chose à vous présenter (et sur un Blog c'est pas facile)... Comme dit plus haut, un site devrait voir le jour prochainement, contenant les textes, images et vidéos ainsi que des informations sur Les Chroniques d'Ombre en général, mais aussi tout ce qui s'y rapporte (dossiers ou chroniques des œuvres que nous emprunterons pour nos fanfictions ou nos influences) et également quelques notes sur notre travail, façon "making of"... Ça paraît loin mais nous y croyons plus que jamais.

Alors certes pour l'instant la team ne se compose que de deux membres: une charmante et jolie danseuse du ventre et un poulpe pervers et visqueux. C'est peu, mais nous sommes déterminés et avons déjà pas mal de choses à livrer sous la main, alors...

Peut-être vous intéresserez-vous de près (ou de loin) aux Chroniques d'Ombre lorsqu'elle paraîtront. A vrai dire, c'est surtout pour nous tout ça, mais si ça peut intéresser et bien n'hésitez pas à laisser un petit commentaire sur ce Blog en attendant le site.

Souhaitez nous donc courage car maintenant que le Blog paraît, nous ne pouvons plus faire marche arrière ! Pourvu que tout cela soit un minimum digne d'intérêt !