samedi 22 mars 2003

Sketches 2002


Cette vidéo est un peu particulière puisqu'il s'agit d'une compilation de différentes choses que nous avons tournés au cours de l'année 2002 avant de les assembler sous l’appellation (un peu mensongère) de "sketches". En réalité, il ne s'agit pas de vignettes travaillées mais d'improvisations faites pour passer le temps.

On y trouve un peu de tout, entre des reprises modifiées de vidéos de Michel Muller, des private-jokes et même de simples images prisent en vacances (les génériques de début et de fin). Il y aurait beaucoup à dire, beaucoup d'anecdotes, mais il serait trop compliquer d'évoquer ça par écrit. Peut-être devrais-je faire une sorte de commentaire audio un jour...

vendredi 14 mars 2003

The Making of Le Concours


Simplement les bloopers de la vidéo Le Concours.
Malheureusement, je n'ai pas pu filmer la culotte...

jeudi 13 mars 2003

Le Concours


Vaine tentative de participer au concours vidéo "House Movie" organisé par Canal + dans le cadre d'une programmation télé. Le concept était de réaliser des vidéos ne durant pas plus de quelques minutes, sujet libre. Avec Mathieu on a décidé de faire un petit quelque chose, improvisant avec le peu de temps que l'on avait de disponible. Forcément, le résultat ne ressemble à rien et la durée dépasse largement le temps initialement prévu...

Les étranges "lasers" rouges au tout début sont le résultat d'un bug dans la fonction "titres" de Windows Movie Maker. J'ai trouvé ça sympa alors je les aient gardés. Le délire final sur la musique est une référence à une pièce de théâtre que nous avions vu dans le cadre des cours et sur laquelle nous avions des travaux d'études à faire. Une façon d'exorciser peut-être... 

mardi 11 mars 2003

Intuitions (2000)


INTUITIONS
The Gift (USA, 2000)

Réalisation: Sam Raimi
Scénario: Billy Bob Thornton, Tom Epperson
Musique: Christopher Young
Avec: Cate Blanchett, Keanu Reeves, Katie Holmes, Giovanni Ribisi

Une femme gagne sa vie en utilisant son don de clairvoyance. Alors qu'elle est persécutée par le mari violent d'une de ses clientes, la police lui demande de l'aider à retrouver une jeune femme qui a mystérieusement disparue...

Très loin des Evil Dead, ou même de Darkman, Sam Raimi est maintenant beaucoup plus calme. Si ses films sont toujours particuliers, les sujets et la mise en scène n'ont plus sa "folie" d'avant. Exit les mouvements de caméra incroyables et autres effets techniques particulier. Mais Raimi sait toujours filmer et il le prouve ici.
Si la trame est classique (un mort, un max de suspects), il fait preuve de beaucoup de talent dans sa mise en scène. Dès les premières minutes, le film captive par son ambiance et donne au spectateur l'impression de regarder un tableau animé, vivant. Que ce soit par le biais des visions du personnage principal, ou tout simplement les décors, tout est mis en œuvre pour que l'esthétisme se dégage le plus possible de l’œuvre.
Ce n'est pas innocent si certains passages renvoient aux deux premiers Evil Dead: la forêt semble vivante et les maisons évoquent plusieurs fois le fameux chalet de la série susnommée. Jusqu'à la voiture de Raimi, présente dans chacun de ses films.
Bien sûr il y a des temps morts, mais les acteurs (car c'est avant tout un film de personnages) parviennent très bien à les faire oublier. Cate Blanchett est impeccable et Keanu Reeves est encore plus effrayant en mari brutal qu'en serial killer dans The Watcher. Et que dire de Giovanni Ribisi en garagiste au passé trouble ? Les révélations sur son personnage sont d'ailleurs un grand moment, tout comme sa (brève) confrontation avec Reeves...
Un film qui n'a presque aucun défaut, si ce n'est ceux que peuvent donner les fans de la première heure de Sam Raimi: l'absence au casting de Ted Raimi, frère du réalisateur ayant joué dans plusieurs de ses films et bon acteur malheureusement trop rare à l'écran, et de Bruce Campbell, grand ami des frangins et héros de la saga des Evil Dead, lui aussi excellent comédien malheureusement trop souvent oublié.
Et si The Gift a remporté un grand succès en salle, c'est d'une part parce que les fans de Raimi se sont déplacés, mais aussi grâce à la participation de Katie Holmes, encore sous le succès de la série Dawson, montrant pour la première fois ses seins à l'écran (beaucoup de jeunes ne sont allés voir le film rien que pour ça).
A noter la rapide apparition du compositeur Danny Elfman en violoniste mystérieux, le temps d'un rêve.

LA SCÈNE: Lorsque Blanchett a la vision de Holmes, morte, flottant dans le ciel près d'un arbre. Malgré le côté morbide de l'image, la vision est esthétiquement très belle. Un vrai tableau digne du Surréalisme.