lundi 22 avril 2013

Doctor Who (Ep. 7.09)


Ep 7.09
Hide

"Doctor what ?"

J'avoue qu'après un épisode précédent très moyen je n'étais pas particulièrement pressé de retrouver Doctor Who cette semaine, et autant le dire, ceci est statistiquement quasi impossible.  Bien sûr il y avait quelques excuses (notamment le fait de succéder à la vision de l'incroyable final de Spartacus) et cette fois les choses ne pouvaient pas se montrer aussi décevante.
A raison, puisque Hide est un savoureux épisode qui joue beaucoup sur le concept des voyages dans le temps, comme Steven Moffat les affectionnent. Écrit par Neil Cross (The Rings of Akhaten plus tôt cette saison), le script commence comme une "banale" histoire de maison hanté. Une façon de surfer sur la vague des Paranormal Activity et autres films de fantômes au rabais ? Pas du tout ! Plutôt une manière de revisiter et dépoussiérer une intrigue classique avec cette magie que seul Doctor Who possède.



Le Docteur et Clara débarque en 1974, en pleine nuit, dans un manoir abandonné. Ils y rencontrent un couple de chasseurs de fantômes enquêtant sur une mystérieuse revenante dont la légende remonte à plus de 300 ans. De quoi exciter le Docteur qui se lance immédiatement sur les traces du spectre et explore les lieux avec Clara. Mais le Docteur semble trop bien connaître ses hôtes pour que tout ceci soit un pur hasard...
Dès le début quelque chose cloche et on le sent. La question du surnaturel se fait très rare dans Doctor Who et se voit être le plus souvent résolue en utilisant l'origine extraterrestre comme explication du phénomène. Pourquoi donc le Docteur irait-il jouer les Ghostbusters aussi soudainement, sans disposer de véritables informations sur la situation et tout en connaissant parfaitement l'historique des deux autres enquêteurs ? La réponse ne sera donnée qu'en toute fin d'épisode et sert au fil rouge de cette saison: le mystère que représente Clara.
Quoiqu'il en soit cette "récréation" pour le Docteur est loin de paraître inutile car elle dispose d'une intrigue vraiment intéressante. La première partie, celle impliquant la maison hanté, fonctionne comme une sorte d'hommage au genre, au point de faire référence à la célèbre scène de "la main" de The Haunting. Courant d'airs frais, bruits étranges, messages sur les murs et formes menaçantes dans le noir, tout est là pour instaurer une atmosphère Fantastique et guider le spectateur vers un chemin balisé qu'il va tenter de décoder, pour savoir de quoi il en retourne.



Et c'est là qu'un retournement de situation inattendu vient tout bouleverser, présentant le fantôme comme un voyageur temporel prisonnier d'un autre univers et dont on ne perçoit en fait que les échos. Et le Docteur utilise le TARDIS pour remonter progressivement le temps, époques après époques, afin de surveiller l'évolution du secteur "hanté", ce qui nous vaut une visite inattendue du début ET de la fin du monde !
De belles petites surprises qui attisent la curiosité puis l'intérêt du spectateur, alors que le postulat de départ n'était pas des plus intéressant. Bref tout le contraire d'un Cold War, d'autant que l'épisode saute sur  l'occasion pour  souligner une nouvelle fois l'étrange relation qu'entretien Clara avec le TARDIS. La jeune femme était déjà venue à la conclusion que la Blue Box ne l'aimait pas, nous en avons maintenant la confirmation lorsque l'étrange machine l'empêche de rentrer et utilise un hologramme pour se chamailler avec elle ! Une dispute hilarante puisque nous avons l'impression de voir deux rivales sur le point de se crêper le chignon. Innovant, et pour une série vieille comme Doctor Who, c'est dire quelque chose !



Rajoutez à ça un monstre zarbi bien mis en scène et l'alchimie sans cesse grandissante entre le Docteur et Clara, et vous obtenez un bon spectacle très loin devant la déception de la semaine derrière. Et pour finir en beauté, la preview du prochain épisode sait faire du charme au spectateur grâce à son sujet des plus incroyables. Une visite au centre du TARDIS ? Comment résister ?!

Vivement la suite !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire