jeudi 5 mai 2011

The Marrow Retrospective – Cable #15 & X-Men Prime


THE MARROW RETROSPECTIVE
– PREMIÈRES APPARITIONS

Cable #15 & X-Men Prime

Tout d'abord un peu d'introduction. Dans le Marvel Universe et les histoires concernant les X-Men plus particulièrement, il y a les Mutants. Des êtres génétiquement différents, plus évolués et dotés de pouvoirs divers. Certains peuvent être humains d'apparence mais capables de contrôler le feu ou la glace, d'autres voient leur physique être modifié, parfois de façon magnifique (épiderme de couleurs différentes, ailes d'Ange), parfois de manière horrible, les faisant ressembler à des monstres.

Les humains, pour la plupart, craignent et haïssent les Mutants, les scénaristes de Marvel faisant très souvent le parallèle avec le racisme quotidien de notre monde à nous. Mutants révolutionnaires et terroristes sont donc légion et c'est souvent là qu'entre en jeu les X-Men, des Mutants idéologiquement pacifistes qui espèrent qu'un jour l'Humanité les acceptera tels qu'ils sont, prêt à combattre les humains comme les Mutants qui prônent la solution de la violence.

Dans cet univers exista un temps les Morlocks, une bande de Mutants contraint de se réfugier dans les égouts de New York pour éviter le lynchage. Cette communauté était dirigée par une « reine » du nom de Callisto, et fut anéantie lors de l'évènement appelé le Massacre. Une opération ordonnée par l'immortel Mr. Sinistre et pratiquée par un groupe appelé les Maraudeurs (The Marauders) dont faisait partie le célèbre Sabretooth, grand ennemi de Wolverine. Cette tragédie est également connue pour être le fameux sombre secret du X-Man Gambit, lequel fut chargé de recruter les membres du groupe et de les conduire sur place...

C'est de là que provient Marrow, alors une toute petite fille prénommée Sarah. Une enfant qui survécu au Massacre grâce à l'intervention de Gambit, l'ayant prise avec lui en fuyant les Maraudeurs. Les origines du personnage furent progressivement dévoilées aux lecteurs, mais pour l'heure voyons les deux premières apparitions de la mutante. Deux introductions pour une même personne: la petite Sarah ET la redoutable Marrow.


CABLE #15


Sarah fait sa première apparition dans Cable #15 (septembre 1994), dans un épisode nommé soit Ceremonies of Light d'après la couverture, ou bien Cable in Shadows d'après le titre apparaissant dans les pages du numéro. Allons bon, je commence à peine que c'est déjà la confusion la plus absolue...



"Oh my Gaaawd ! What's wrong with your face ?!" © Plinkett

L'histoire s'ouvre sur un prologue se déroulant plusieurs mois en arrière, lors d'une autre grande catastrophe pour les Morlocks. Après le massacre orchestré par les Maraudeurs, les quelques  survivants se regroupèrent sous le leadership de Mikhail Rasputin (le frère du X-Man Colossus) dans l'espoir de reformer leur communauté, mais celui-ci fini par perdre espoir en leur avenir et décida de mettre fin à leur calvaire en les supprimant tous. Il organisa un "suicide" collectif en inondant les égouts, emportant la plupart des Morlocks avec lui...


C'est là qu'entre en jeu Thornn, une mutante d'aspect félin et personnage récurrent de la série Cable. Elle parvient à s'échapper d'un torrent mortel et découvre une petite fille terrorisée dans une salle voisine. Voici Sarah, qui jouait dans les tunnels. Thornn tente de prendre l'enfant avec elle mais une déferlante d'eau les séparent. Alors que la femme-chat est emportée par le courant, nous en apprenons un peu plus sur la fillette.



Sarah nous est présenté comme une enfant à part, même pour les Morlocks. Un être ''spécial'' aux pouvoirs différents (il est clair qu'il s'agit là d'une introduction de la part des scénaristes, lesquels n'ont pas encore développés sa mutation ni son utilité pour les temps à venir). Thornn explique que les autres mutants se sentent naturellement attirés par elle et qu'elle représente une forme d'espoir pour la communauté. Celui de voir un être ''beau'' émerger des Morlocks, celui de ne pas tous être des monstres...


On pourrait s'attarder un peu sur ce concept, celui de l'Élue, qui est certes un grand classique de la fiction mais qui peut s'avérer être agréable à suivre si bien élaboré. Surtout en prenant comme point de départ une petite mutante ayant vécu dans les égouts au sein d'une communauté à la Cabal de Clive Barker. Et bien oubliez tout ça parce que cela ne sera jamais reprit par la suite. Jamais jamais. La vie de Sarah s'orientera dans une direction très différente et, même si sa prochaine apparition sous-entend là encore qu'elle fait partie d'un grand projet, jamais la jeune mutante n'aura de rôle important pour ses semblables. Triste.


Ce prologue se conclut sur une dernière image nous montrant Thornn avoir survécu à l'inondation, ce qui semble évident vu sa présence au sein de la série. L'épisode commence quelques temps plus tard alors que Cable a rencard avec la belle Domino. Le genre de truc qui devrait rendre n'importe quel mec fout de joie mais qui semble terrifier notre montagne de muscle, au point qu'il juge ce dîner romantique être une plus grande épreuve que d'affronter Apocalypse ou Stryfe, son double maléfique. Wow.

... Hein ? Quoi ?!

"Vise un peu ça.
Il aimerait être Schwarzenegger
et elle sort tout droit de "M. Butterfly."
...
Quoi ?!




Quoiqu'il en soit ce n'est pas le sujet de notre rétrospective, aussi faisons un bond en avant. C'est pendant leur moment au restaurant que les deux repèrent alors Thornn et la confrontent, supposant qu'elle est toujours leur ennemie. Cependant celle-ci leur annonce qu'elle est venue pour leur demander leur aide afin de retrouver les Morlocks.


Depuis l'action de Mikhail, la communauté passe pour morte aux yeux de tous, Thornn elle-même ayant passé ces derniers temps à arpenter les tunnels à la recherche de survivants, sans en trouver de trace. Mais elle assure avoir la preuve de leur survie, prétendant en avoir aperçu une. ''Elle''. Car en réalité, Mikhail n'a pas périt lors de la catastrophe et a transporté les Morlocks survivants avec lui dans une autre dimension, où le temps s'écoule différemment et où la loi du plus fort prévaut.


Sentant qu'elle dit la vérité, Cable accepte de l'aider et le trio se retrouve à explorer les égouts. Dans le moment qui suit, seule la féline va apercevoir la jeune Sarah, laquelle lui murmure alors de pratiquer la Ceremony of the Light (la cérémonie de la lumière).



Qu'est-ce que la Ceremony of the Light vous me direz ? Et bien il semble qu'il s'agisse d'une sorte de service religieux chez les Morlocks, où une fois par an seulement, et juste pour une heure, ces derniers acceptent la lumière dans leurs tunnels, celle-ci symbolisant un pont entre leur peuple et celui de l'Extérieur qu'ils craignent tant. Un symbole signifiant qu'un jour enfin les Morlocks pourront traverser cette passerelle et retourner dans le monde du dessus, finalement acceptés.



Le rite se pratique en réunissant divers objets réfléchissant, miroirs et pièces de métal, afin de propager la lumière dans les souterrains. Nos trois Mutants se mettent immédiatement à l’œuvre et vont passer le reste de la journée à réunir le matériel nécessaire. D'ailleurs je me demande comment les Morlocks faisaient à l'époque s'il s'agissait d'un festival annuel. Vous croyez qu'ils avaient un local à miroir avec une pancarte genre ''Matos de la Cérémonie, accès réservé'' ?





Bref. C'est un succès et la clarté illumine la zone, révélant une incroyable cité taillée dans la pierre semblable à une cathédrale, laquelle représente le cœur des Morlock. Bonjour le symbole.



Sarah émerge alors des ténèbres pour les complimenter mais déclare que les autres survivants sont encore trop effrayés pour sortir au grand jour. Certainement parce que Marvel n'avait aucun projet pour les Morlocks à l'époque. Si la fillette semble présente physiquement, elle se trouve cependant toujours dans l'autre dimension où Mikhail a rassemblé les survivants.

Il faut reconnaître que l'artwork est terriblement confus avec toutes ces arches et ces jeux de lumières, mais si l'on est bien attentif, on peut voir que l'image de Sarah apparaît depuis l'un des miroir. Par quel moyen peut-elle communiquer entre les dimensions, sans surveillants autour d'elle ? L'histoire ne nous le dit pas et je n'ai aucune explication...

Lorsque Cable et Domino proposent leur aide, la courageuse petite fille préfère retourner auprès des siens, promettant toutefois à une Thornn désespérée de revenir un jour. Une porte ouverte aux scénaristes pour faire revenir les Mutants, et Sarah comme un leader positif pour eux, ce que personne n'utilisera jamais bien sûr.




L'épisode se termine sur cette note assez tragique, montrant Thornn complètement bouleversée par la scène, priant Sarah de rester auprès d'elle. Et lorsque Cable lui propose de le rejoindre, montrant qu'il ne la considère plus comme une ennemie, celle-ci refuse et s'enfonce dans les tunnels en déclarant qu'elle se doit de rester avec les siens, en attendant l'heure fatidique où enfin les Morlocks referont surface. Même si les scénaristes la ramèneront sur le devant de la scène sans aucune explication par la suite


Respectant son choix, et parce que nous arrivons au terme de ce numéro, Cable et Domino décident alors d'en rester là et de repartir à l'extérieur, ironisant sur la qualité de leur rendez-vous...

Je ne peux pas vraiment considérer cet épisode comme mauvais, celui-ci parvenant à dépasser son introduction peu intéressante (un rencard entre Cable et Domino, vraiment ?) pour s'intéresser à l'univers étendu de Marvel. Seule Thornn vient faire le lien entre le récit et la série Cable tant les protagonistes auraient pu être changés avec d'autres sans que cela ne nuisent à la narration.

A la revoyure, il est amusant de voir comment le personnage de Marrow n'est ici en rien ressemblant avec celui que l'on connaît. Cette origin story nous la présente comme un futur Messie qui propagera l'amour aux délaissés et aux hideux, leur permettant de sortir de l'ombre. Une sorte de futur Charles Xavier / Magneto qui dirigera son propre clan de Mutants à sa manière. Le symbolisme religieux est ultra-présent et les monologues de Thornn idéalise la fillette comme un être positif admiré de tous.

J'imagine que de ces descriptions mettant en valeur un personnage féminin, certains vont nous ressortir le couplet de la Mary-Sue, mais je dois dire que ce n'est ici absolument pas le cas. De plus chez Marvel, les trois quart des protagonistes féminins peuvent être taxées comme tel en raison de leurs pouvoirs puissants et de leurs rôles dans les aventures qui leurs sont attribuées.

Bref nous sommes ici  très loin du concept de Wolverine Bis au féminin, bourrinant tout sur son passage et se la jouant politiquement incorrect. Cela va cependant changer dès la prochaine apparition de Marrow, maintenant adulte, qui va prendre la direction opposée de ce qu'elle était censée devenir !



X-MEN PRIME


Juillet 1995. Après dix mois d'absence, Sarah refait enfin son apparition à travers les pages d'un comic-book. Autant dire que plus personne ne l'attendait. Et de toute façon cette version du personnage ne revient pas vraiment puisque nous allons la découvrir ici si différente que les auteurs auraient très bien pu en faire un personnage différent et sans aucun rapport.

X-Men Prime est un comic-book un peu particulier puisque malgré son titre, il ne s'agit en aucun cas d'un one-shot. Le numéro sert à la conclusion d'un grand crossover impliquant divers titres de la Marvel concernant les Mutants, appelé Age of Apocalypse, et qui met en scène un monde parallèle où Charles Xavier est mort avant d'avoir pu former les X-Men tandis qu'Apocalypse, le premier Mutant et aussi l'un des plus puissants, dirige le monde.

Au terme d'un récit fragmentés en différents numéros et sur plusieurs séries, Age of Apocalypse se termine par un retour au monde normal tel qu'on le connaît. Les différentes séries vont toutes rebondir sur cet évènement pour démarrer de nouvelles intrigues et X-Men Prime se présente comme l'épisode de transition mettant en place toutes ces nouvelles pistes. Ainsi ne suit-il pas seulement les X-Men mais aussi les équipes annexes (X-Force, X-Factor, Excalibur et Generation X) et des personnages secondaires (le Sénateur Kelly, Nate Grey ou Mystique).

Avec autant d'éléments à suivre, vous vous douterez bien que X-Men Prime se fait très confus dans sa narration, surtout pour ceux qui ne connaissent pas bien l'univers des Mutants. Le comic-book aurait pu arranger un peu les choses en séparant chacune de ses pistes scénaristiques en chapitre pour chaque série, mais il préfère se montrer fastidieux en englobant le tout sans ordre précis, se focalisant sur un groupe différent toutes les deux pages et en ajoutant un fil rouge inutile et une sous-intrigue afin de se donner un semblant de conclusion.



Ainsi tandis qu'une journaliste révèle en direct que le virus mortel Legacy, qui jusqu'alors ne contaminait que les Mutants, se propage désormais chez les humains, nous suivons le triste sort de Dennis. D'apparence humaine, il possède en réalité une seconde apparence hideuse qu'il n'arrive plus à dissimuler. Il espère donc trouver les X-Men pour régler son problème mais se réfugie dans un bar où les clients tiennent des propos anti-Mutants.



Tandis que l'équipe de X-Factor tente de capturer la terroriste Mystique et que celle d'Excalibur cherche des preuves sur l'arme qui a tué la population de Genosha, le Mutant du futur Bishop fait des rêves de fin du monde. Le groupe de renégats dirigé par Exodus découvre une forme de vie cristallisée dans l'espace et Nate Grey voyage du futur d'Age of Apocalypse vers la présente timeline.



Nous découvrons aussi que le crapuleux Emplate prépare de mauvais plans pour l'équipe de Generation X et celle de X-Force manque de périr dans la destruction de leur repaire à cause d'un ancien ennemi censé être mort. Et pendant ce temps, les X-Men vivent des moment difficile: Gambit se trouve dans le coma après avoir échangé un baiser avec Rogue, Wolverine s'isole de l'équipe car celle-ci héberge son grand ennemi Sabretooth et le Fauve réalise que sa petite amie l'a trahit en révélant à la télévision les nouvelles sur le virus.



Je vous résume en très gros puisqu'il y a encore plusieurs sous-intrigues concernant des menaces fantômes ici et là. Quant à la petite histoire de Dennis, elle ne mène nulle part puisqu'il périt sous les coups des anti-Mutants avant que les X-Men ne puisse le sauver, tout cela ne servant qu'à rappeler aux héros pour quelle cause ils se battent.

Oh et le titre X-Men Prime ? Il n'a aucune raison d'être puisque dans les pages même du comic-book nous découvrons que cet épisode porte en fait le titre de Racing the Night, tous les évènements se déroulant au cours d'une même nuit.

Mais alors qu'en est-il de Sarah ? Et bien quatre petites pages lui sont attribués ! Voyons celles-ci avec plus de détail.


Cela commence avec l'apparition d'un clochard inoffensif errant près des égouts. Celui-ci est attiré par une vive lumière qui se trouve être celle d'une Ceremony of Light comme celle de l'épisode précédent. Une vision magnifique pour le vieil homme qui trouve cependant la mort, tué par une Mutante.



Cette assassin c'est Sarah, qui est revenue de l'autre dimension dans laquelle elle a bien grandit. La petite fille est maintenant une jeune femme d'une vingtaine d'années qui porte le nom de code de Marrow (mot anglais désignant la moelle des os). Une référence direct à sa mutation qui ne se limite pas au teint rose bonbon de sa peau et de ses cheveux.



Comme le montre son crâne partiellement chauve et difforme et ses multiples excroissances osseuses, Marrow souffre d'une mutation qui développe son squelette au-delà de la normal. Elle peut désormais arracher ses os et les utiliser comme armes, disposant probablement d'un facteur guérissant à la manière de Wolverine puisque son corps semble guérir à chaque extraction.




Le changement n'est pas que physique. La sage petite fille qui se montrait courageuse, attirante et promise à l'Amour est désormais une fanatique haineuse qui ne souhaite que l'élévation des Morlocks, considérant les humains comme des ''déchets génétiques''. Il est clair que l'influence de son éducation dans l'autre dimension l'a beaucoup changée, mais tout de même.



Marrow est celle qui réalise la cérémonie, seule, se remémorant au passage les évènements de Cable #15 (une erreur d'édition va renommer Thornn en Caliban, qui est un autre Morlock survivant). Dans un élan de foi, elle pense que pratiquer le rite permettra de faire apparaître l'Élu qui libérera les Morlocks, ignorant donc que c'est elle qui, selon Thornn, pourrait remplir ce rôle.



A priori personne ne répond à son appel, ce qui la déçoit, mais quelqu'un éteint alors la source de lumière pour l'interrompre. Un nouveau venu que Marrow reconnaît immédiatement et considère comme celui qu'elle espérait.



La dernière page nous révèle qu'il s'agit du Fauve, non pas celui que nous connaissons des X-Men, mais son diabolique alter-ego d'Age of Apocalypse, plus connu sous le nom de Dark Beast. Pour mieux comprendre son implication, il faut savoir que c'est lui qui est le créateur des Morlocks, fondateur initial de la communauté après s'être échappé de sa timeline d'origine.



S'il juge sa création comme décevante, il va toutefois s'intéresser à sa nouvelle situation, Marrow lui semblant prometteuse. Elle lui révèle alors qu'elle fait partie d'un groupe de six autres Mutants prêt à revenir à la surface. X-Men Prime n'en révèle pas plus, mais voici donc comment Dark Beast devient le leader d'un nouveau groupe de Morlocks extrémistes baptisé Gene Nation...

On peut convenir que X-Men Prime ne détourne pas trop la Sarah d'origine dans le sens où celle-ci a entre-temps vécue plusieurs années difficiles, conditionnées pour se battre et pour tuer, et que le thème du Messie qui élèvera les Morlocks est toujours présent. Et pour tout dire,  détourner le cliché de l'Élu qui s'ignore pour lui faire adhérer à l'idéologie contraire à celle qu'il doit défendre est une très bonne idée !

Malheureusement ce scénario n'est pas celui qui va voir le jour, et Sarah va demeurer une  psychopathe qui ne remplira jamais de grands desseins. Son rôle évoluera au cours du temps mais de manière incertaine et pas toujours bien employé. Nous verrons tout cela dans ce qui s'annonce comme le premier story arc du personnage, où Marrow apparaît avant tout comme une dangereuse terroriste...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire