vendredi 26 novembre 2010

Machete (2010)

Séance très attendu de Machete, que nous fantasmons tous depuis la fausse bande-annonce. Pas de VO bien sûr, mais une VF pas dégueu et cerise sur le gâteau, une bonne ambiance de salle très amusée par le film (et non pas moqueuse). Autre surprise: une histoire qui tient pas mal debout, contrairement à ce que l'on pourrait craindre. Car si la "vraie" bande-annonce est toute aussi hallucinante que la fausse (voir pire avec ce saut à la corde avec des intestins), le scénario est étonnamment très clair dans son intrigues, simples et même réaliste d'une certaine manière.

Bien loin d'un foutoir incompréhensible façon Once Upon a Time in Mexico, et malgré les mêmes plans de départ (un grand nombre de personnages, une intrigue socio-politique aux proportions épiques et une vengeance personnelle impliquant une "légende"), Machete se suit comme une série B d'action à l'ancienne. Certains diront (n'est-ce pas Brad Jones ?) que Rodriguez a donné un aspect trop politique à ce qui devrait être un simple divertissement totalement décérébré. Personnellement ça ne m'a pas dérangé, bien au contraire. L'aspect Z assumé s'associe très bien avec cet esprit rebelle et révolutionnaire.

Mais pour le fun, on en a pour son argent. Danny Trejo déjà, parfait en Machete et n'usurpant pas sa réputation. Cheech Marin, pas assez présent mais parfait en prêtre déjanté, Jeff Fahey, classieux à mort et s'en sortant avec un rôle un peu plus consistant que celui de simple gros Boss... On peut bien sûr cité Steven Seagal en Baron de la Drogue aussi arrogant et prétentieux qu'il semble l'être dans la réalité, même au porte de la mort, et toujours accroché à son trip asiatique franchement dépassé. Tom Savini fait une apparition délirante en mercenaire fringué comme dans Zombie et se bon vieux Don Johnson nous avait bien manqué !

Quant à Michelle Rodriguez c'est bien simple, elle n'a jamais été aussi sexy et bad-ass qu'en pantalon et soutif en cuir moulant, bandeau sur l’œil façon They Call Her One Eye. A côté d'elle, Jessica Alba fait pâle figure même si elle fait semblant d'apparaître nue (en fait portant ses sous-vêtements mais retouchée par ordinateur !) et Lindsey Lohan est insignifiante malgré un hommage sympa à Ms. 45. En fait ces deux dernières, avec Robert De Niro, donnent même l'impression que c'est les stars qui sont les has been, et les vieilles trognes de second rang les véritables héros. L'inverse d'Hollywood en somme !

Ajoutez à ça une machette géante, une musique de film porno des seventies dès que Machete se tape une actrice et un conciliabule d'hommes de main façon Austin Powers, et vous obtenez un cocktail incroyable dans la parfaite lignée d'Une Nuit en Enfer et Planet Terror. Trois films Grindhouse à se voir bout-à-bout, en attendant peut-être Machete Kill et Machete Kill Again ! On espère !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire