jeudi 1 janvier 2009

[NOTES DE TEXTE] Gypsy Witch – Sisterly Love

Notes de Texte


Voici un fragment de texte retrouvé, une histoire inachevée et même à peine commencée, écrite en 2007 durant les débuts du forum Rise of MilleniuM. La dernière entrée indique le 30 avril, ce qui signifie que le texte n'a jamais été retouché après cette date, cependant il peut très bien écrit quelques  jours voir semaines avant puisque cette indication ne précise rien d'autre que la dernière ouverture du document. Il faut donc supposer que cet écrit date de mi-avril...

Rise of MilleniuM fut l'introduction d'Alice, et ce fragment de texte représente, je crois, la toute première tentative d'écriture sur le personnage. Le premier essai de nouvelle, quand bien même celle-ci est inachevé. A ce propos, on peut d'ailleurs remarquer que la chronologie du texte et du jeu de rôle se classe dans la même période: c'est la première année de Fac de Jade, avec Alice, quelque temps après la rentrée des classes.

A la vérité, je ne sais plus ce que j'avais en tête lors de l'écriture de cette nouvelle. Le fragment met en place les éléments pour introduire une problématique mais finalement rien ne s'est encore déroulé quand on arrive à la fin du récit. Alice n'apparaît d'ailleurs même pas, ou si peu... Le but était à l'origine de centrer cette histoire sur Jade, et sur sa relation avec ses parents, Alice ne servant que de prétexte pour former une histoire autour de la famille.

De mes souvenirs, le projet n'était pas planifié de A à Z et mon plan se résumait à un simple synopsis que voici: Peu après sa rentrée, Jade retrouve ses parents pour un après-midi en ville. Tout devrait se passer sans problème mais elle réalise que son amie Alice a de graves problèmes et se met en tête de l'aider. Bien sûr ces ennuis sont suffisamment grave pour que Jade demande du soutien à ses parents, lesquels n'hésitent pas un instant pour aider leur fille. Et au final le problème est résolue, Jade est heureuse de voir combien ses parents sont là pour elle tout comme Alice comprend que Jade sera une amie qui ne l'abandonnera jamais.

Le but avoué était de souligner les liens qui unissent Jade à ses parents, et également sceller une bonne fois pour toute son amitié avec Alice, qu'elle n'a en fait ici rencontré que quelques temps plus tôt. S'il était prévu que les deux jeunes femmes soient très rapidement proches, l'intrigue devait se conclure par la naissance d'une relation forte, chacune devenant comme une sœur pour l'autre. Alice devait voir en Jade une personne digne de confiance et capable de la protéger, tandis que Jade sentait en Alice une personnalité forte et aimable, très différentes de celles qu'elle pouvait côtoyer jusqu'ici.

Le texte a finalement été abandonné par manque de temps et de motivation ainsi que par le fait que Lady A. n'aimait pas trop qu'Alice sert de prétexte pour écrire une histoire sur la famille Jade / C. / Prem car devenant envahissante et risquant de les transformer en faire-valoir. Faut dire qu'on allait très mal à cette époque là et que, plutôt que de calmer le jeu et de nous centrer sur nous, j'ai rajouté ce personnage à l'intérieur de ça. Une grosse gaffe de ma part puisque je disais écrire un texte pour Lady A.. Du coup cela lui a fait mal et j'ai préféré interrompre le tout plutôt que de m'enliser...

Désormais, si ce texte devait être à refaire, il faudrait modifier beaucoup de chose et prendre en compte les voyages dans le temps d'Alice. Les parents de Jade, qui devait ici faire connaissance de la jeune femme pour la première fois, ne peuvent maintenant que la reconnaître. Avec ce nouvel élément scénaristique, il paraît évident que ceux-ci ne peuvent pas "accepter" Alice comme amie de leur fille unique et au contraire avoir de mauvais pressentiments en connaissant un peu la demoiselle...

Quoiqu'il en soit, le texte conserve quelques touches d'humour via le début, avec une Jade gentiment chieuse et un Herbert West (colocataire d'Alice) inévitablement nerveux et agacé. Le premier chapitre quant à lui pourra peut-être paraître niais à certains, mais fut un bonheur à écrire. Il met nettement en place les sentiments réciproque de la mère et de la famille et l'amour qu'elles ont l'une pour l'autre. Personnellement j'adore cette scène.

On note aussi une touche très personnelle de ma part (mais amplement partagé avec ma femme): mon amour pour l'accumulation de bibelots en tout genre. Premutos, père de Jade, est comme moi un grand collectionneur d'objets bizarres / magnifiques et possède un amas de ce genre de babioles. Il en va de même pour Lady A. et donc de son personnage. C'est tout naturellement que leur fille attrape elle aussi le virus de la collectionnite aigüe en grandissant dans un tel environnement...

Parmi les objets, Jade déniche une belle plume de verre qu'elle offre à sa mère. Il s'agit là d'un clin d’œil à ma fiancée qui en possède elle-même une ou deux, la première ayant été acheté durant le BD Boum, lors de notre première véritable rencontre. C'est un hommage à cette journée, où nous nous sommes clairement lié l'un à l'autre, et à son talent pour le dessin, que j'estimais normal d'attribuer également à son personnage.

La fin du récit amène à l'apparition éclair d'Alice. Rien à redire là-dessus, il s'agissait simplement d'un élément servant à la monté progressive du "suspense" et de l'intrigue. En fait, la scène prévue pour après devait être les retrouvailles entre Jade et C. avec Premutos, les attendant au restaurant. Celui-ci devait entre temps avoir découvert un petit chaton abandonné qu'il gardait avec lui pour l'offrir à sa fille. S'ensuivait un repas agréable et une conversation "banale" mais montrant la tranquillité d'une famille heureuse de vivre.

Ce qui peut paraître inutile à beaucoup était surtout important pour moi, afin de montrer à ma fiancée qu'à défaut d'avoir pu avoir une famille douce et gentille avec elle, nous serions capable de fonder la nôtre dans le bonheur. Alors certes, il s'agit ici d'une représentation fictive et virtuelle à travers des avatars surréalistes, mais les sentiments, eux, sont véritable et je suis sûr que notre petite Jade, quant elle verra le jour, aura deux parents tout aussi aimant et attentionné que Premutos et C. ...

Rien d'autre à dire puisque je n'ai plus aucun autre souvenirs concernant cette histoire...

PS. Ah oui, et les miaulements récurrent de C. et Jade sont une private-joke puisque ma petite femme le fait plus que régulièrement ! Il en va de même pour la Boîte à Poulpe...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire