lundi 9 janvier 2006

Fangs – La Revanches des Chauves-Souris

Marchant sur les traces du déjà bof Bats, Fangs n'est qu'un petit téléfilm ridicule calibré pour les soirées en famille sur les chaînes câblés.

L'histoire narre l'évasion d'une bande de chauves-souris génétiquement modifiées du laboratoire où elles se trouvaient (en pleine université !). Alors qu'elles attaquent quelques personnes et que cette affaire intéresse une criminologue et le vétérinaire du coin, l'entrepreneur immobilier de la petite ville souhaite se débarrasser de cette affaire au plus vite, avant de perdre de l'argent en annulant une petite festivité locale...

Si vous avez reconnu le scénario des Dents de la Mer, vous avez gagné. Fangs ose nous refaire le coup de ce qui est devenu l'un des plus grands clichés de tous les temps, et le combine même à une affaire policière au twist final qui compte parmi les plus débiles depuis Scream ! Alors non, les chauves-souris ne se vengent pas de l'abandon de leur mère qui aurait surpris leur père la tromper avec le hamster du voisin, mais il y a quand même une histoire de règlement de compte là-dessous.

Court, ridiculement prévisible, mal joué, et passant plus de temps à montrer des scènes pseudo-rigolotes que de quelconques agressions animales, Fangs est un exemple typique du film à éviter. Heureusement, les chauves-souris en CGI sont très bien conçues, ce qui est même terriblement surprenant, et il faut compter sur la (petite) prestation d'un Corbin Bernsen (le dentiste dans Le Dentiste) qui cabotine comme un sagouin en attendant son chèque. Le bougre aura beau cachetonner, il sauve le film du néant abyssal et on s'attend à le voir péter un plomb et tuer tout le monde comme dans... Ben, Le Dentiste quoi...

Ah si, un gag marrant quand même: la mort du chef de police (risible) aussitôt suivit d'un plan sur un parcmètre qui indique "expired". C'est maigre mais il faudra s'en contenter.

2 commentaires:

  1. J'ai eu pendant des lustres ce DVD qui trainait quelque part dans la maison (acheté 50 centimes dans une farfouille) et je n'ai jamais eu le courage de le visionner. Maintenant qu'il a disparu (probablement embarqué par une chauve-souris égarée) je me dis que je n'ai rien perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, ce n'est absolument pas une grande perte ! Heureux toutefois que le prix soit raisonnable vu avec quoi on ce se retrouve.

      Supprimer